Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'organisation sénégalaise des droits de l'Homme a appelé dimanche "toutes les parties à un cessez-le feu immédiat et à l'ouverture de négociations inclusives" après la mort de six militaires lors d'une attaque de présumés rebelles indépendantistes en Casamance (sud).

"L'organisation nationale des droits de l'Homme (ONDH) exprime ses plus vives préoccupations devant la recrudescence de la violence en Casamance et les pertes en vies humaines de plus en plus nombreuses", indique un communiqué transmis à l'AFP.

"L'ONDH appelle toutes les parties à un cessez-le feu immédiat et à l'ouverture de négociations inclusives qui soient compatibles avec les fondements de la République sénégalaise", conclut le texte, signé du président de l'ONG, Assane Dioma Ndiaye.

L'attaque d'un véhicule militaire vendredi soir, près de la frontière avec la Guinée-Bissau, a fait six morts et trois blessés. Selon une source militaire locale, l'attaque est le fait d'"éléments armés supposés appartenir au MFDC", le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion indépendantiste). Il s'agit des plus lourdes pertes militaires enregistrées depuis trois ans en Casamance, en proie depuis 1982 à une rébellion indépendantiste, malgré la signature en 2004 d'un accord de paix.

Le président Abdoulaye Wade "condamne vigoureusement ces attaques et présente ses condoléances aux familles des victimes", selon un communiqué gouvernemental transmis samedi à l'AFP. Début septembre, le président Wade avait annoncé qu'il poursuivrait "les efforts de paix" en Casamance.

"Je déplore les violences et m'incline à la mémoire des militaires et de toutes les victimes civiles. Je poursuivrai les efforts de paix qui nous ont permis de faire des pas décisifs", déclarait le chef de l'Etat.

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :