Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

arton181.jpgLes dessous de la visite éclair du ministre des affaires étrangères du Sénégal, Mankeur Ndiaye, au Tchad à bord de l’avion présidentiel a fini par livrer ses secrets. Des sources proches de la Présidence tchadienne ont levé le voile sur cette mystérieuse visite.

Ce déplacement d’un ministre des affaires étrangères seul, non accompagné, a étonné plus d’un à Ndjamena, d’autant plus que la visite est passée sous silence par les autorités sénégalaises et les médias gouvernementaux.

 

Mankeur Ndiaye fait le voyage seul en 24 h le jeudi 22 août 2013, manifestement à Dakar, on cherche à ne pas faire connaître ce voyage et pour cause !

Il faut bien expliquer que, dès son arrivée au pouvoir, Macky SALL annonce la candidature du Sénégal pour le poste de pays membre non-permanent au Conseil de Sécurité pour la période 2014-2015. Il va en voyage en Guinée Conakry le 18 décembre 2012 et un communique conjoint annonce le soutien de la Guinée à la candidature sénégalaise.

Entre temps, Macky SALL et Idriss DEBY se rapprochent, les milliards sont déversés à Dakar où Deby coiffe au poteau Macky Sall pour les distinctions et prix. Il pleut des pétrodollars dans la capitale sénégalaise, ce qui explique l'arrestation du Président HABRE.

Seulement voilà, le Tchad est embêté, il a déclaré sa candidature au poste de candidat membre non-permanent au Conseil de Sécurité et en même temps le Sénégal est candidat. Le Tchad n'a pratiquement aucune chance et commence à se décourager.

 

C'est à ce moment-là que l'équipe de Macky SALL a eu une idée : offrir à DEBY le désistement du Sénégal. Le ministre des affaires étrangères du Sénégal prend l'avion présidentiel et fait un aller-retour en 24 heures chrono en catimini. DEBY est en villégiature à Amdjaress, le chef de la diplomatie sénégalaise, porteur d'un message de Macky SALL, est transporté au village présidentiel à plus de 900 Kms de la capitale Ndjaména. A la consternation des tchadiens, il est tout seul et se dépatouille lui-même avec le protocole. DEBY appliquant la théorie de Khaddafi consistant à rendre public toutes les audiences surtout celles de personnes venues demander de l'argent et cherchant la discrétion totale. Non seulement DEBY s'entoure de quelques ministres mais on fait déplacer la télévision à Amdjaress.

A Dakar, le déplacement du ministre des affaires étrangères est passé sous silence.

A Ndjaména, DEBY accepte, avec joie, l’offre alléchante du Président Sénégalais, et l’espoir renaît pour quelqu'un qui cherche, désespérément, depuis plusieurs années, une respectabilité internationale. C’est ainsi qu’ila, à deux reprises, échoué pour la préparation des jeux de la francophonie, échec aussi pour le poste de Secrétaire général de l'OCI, échec encore pour le commandement de la MINUSMA. La diplomatie tchadienne sort la tête de l’eau, Moussa Faki, l’éternel perdant qui conserve toujours son poste, malgré ses casseroles, est en ébullition et lance son agenda de campagne, un peu tard comme chacun aura constaté dans la mesure où les élections se dérouleront en octobre 2013 mais avec le désistement du Sénégal, tout reste jouable.

 

Il reste seulement au Sénégal d'opérer un glissement de sa candidature qui est décalée d’un an, laissant la place à Idriss DEBY. La visite du Président Mauritanien  ces jours-ci est l'occasion pour Macky SALL de rendre public ce glissement et l’annonce est faite par le soutien de la Mauritanie à la candidature du Sénégal pour 2016-2017.

Le tour est joué, les médias sénégalais  ont déjà oublie que le Président sénégalais avait officialisé la candidature du Sénégal en 2012, lors de son voyage en Guinée voisine pour l’année 2014-2015.

Au Tchad, c’est pratiquement la fête, on tient à signaler que ce sont les sénégalais qui sont venus offrir et monnayer leur désistement. Le ministre des affaires étrangères tchadien fait, depuis deux semaines, le tour du monde pour solliciter des soutiens à un mois du vote prouvant ainsi que la situation vient de se décanter pour le Tchad.

Les pétrodollars ont permis le scandale de l’arrestation illégale du Président HABRE, dès qu’on y a goûté, on revient toujours comme disait Khaddafi. La preuve est faite.

 

La rédaction de Zoomtchad

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0