Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

hh-copie-1.jpg

Le Comité des Nations Unies contre la torture somme régulièrement, en  des termes incompatibles avec son statut qui fait de lui un simple organe de veille et d’alerte, le Sénégal à juger ou à extrader vers un autre pays l’ancien Président tchadien. Depuis deux ans, le Comité privilégie la Belgique comme la destination judicaire idéale à même de statuer sur le sort de celui qui est devenu, avec quelques autres Africains subsahariens, la cible préférée de tous ces organismes  prétendument dévoués à la défense des droits de l’homme dans le monde.

 

L’Etat du Sénégal, quant à lui, est toujours soumis à un harcèlement honteux. Pourtant, il a assumé pleinement – bien plus que ne l’exigeait le droit – ses « responsabilités » dans cette affaire. Outre les poursuites judicaires, n’a-t-il pas,  pour satisfaire les exigences de ses amis, imposé au Président Habré des mesures restrictives de sa liberté en violation totale et absolue de ses droits ? Sans même faire cas de la trahison emblématique de la parole donnée quant à l’obligation d’aide et de protection envers son hôte à qui il a librement, souverainement et en toute connaissance de cause accordé l’asile politique. Ce sont tous ces manquements graves que la Cour de Justice de la CEDEAO a précisément condamnés.

 

Cliquez sur ce lien pour lire l'intégralité de l'article.

Tag(s) : #Articles- Affaire HH

Partager cet article

Repost 0