Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MORT DE CITOYENS DANS LES COMMISSARIATS ET BRIGADES : Policiers et gendarmes au banc des accusés

La mort suspecte de la dame Aïda Camara continue de faire des vagues. La Raddho, à travers une déclaration, a exprimé toute son indignation. Les morts en prison commencent à devenir récurrentes. Sous ce rapport, l'organisation de défense des droits humains qui pointe du doigt les forces de l'ordre, exige une enquête

La rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), juge "inadmissible et inacceptable le suicide ou le décès d’un individu gardé-à-vue dans les locaux de la police ou de la gendarmerie". Des endroits où "il devrait, selon elle, entrer debout et en sortir debout". Ladite organisation non gouvernementale l'a fait savoir hier dans un communiqué. Cela fait suite au suicide en prison de la dame Aïda Camara dans les locaux du commissariat central de Dakar, alors qu'elle était en garde-à-vue.

"Arrêtée avec son mari et son frère, dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de la française Marie Claude Emonet, elle a été retrouvée pendue dans une cellule du commissariat central le 27 novembre 2008", note le document. Avant d'ajouter : "Elle est la deuxième personne qui décède dans dans les locaux du commissariat central, sans oublier le cas de M. Bèye, suicidé dans sa cellule de la brigade Est de gendarmerie de Dakar, les cas d'Alioune Badara Diop et Dominique Lopy, décédés respectivement dans les commissariats de Ndorong à Kaolack et de Kolda durant l'année 2007".

C'est pourquoi, Alioune Tine et ses camarades "condamnent" cela. Ils le qualifient de "négligence" tout en exigeant "l'ouverture immédiate d'une enquête sur ces morts". De même, ces défenseurs des droits l'homme demandent que "la lumière soit faite sur les décès de Mamadou Bèye à Dakar, de Dominique Lopy à Kolda et d'Alioune Badara Diop de Ndorong à Kalolack". A cet effet, la structure dirigée par M. Tine recommande vivement la présence d'un Avocat et d'un médecin du début et à la fin de la procédure judiciaire. Cela, pour garantir du droit à la vie et l'intégrité physique des individus détenus dans les commissariats de Police du Sénégal.

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :