Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

rfi.jpgUn référendum organisé jeudi par les syndicats SNJ, FO et CGT de RFI (Radio France Internationale) indique qu'une partie des salariés se soulève contre le déménagement projeté à Issy-les-Moulineaux. Les syndicats revendiquent le chiffre de 91,5 % de "non". La participation se serait élevée à 53,2 %. Sur les 908 salariés de RFI et MCD (la radio publique du Moyen-Orient), 486 personnes ont participé à ce scrutin destiné à faire pression sur Alain de Pouzilhac, le P-DG de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF), le holding de contrôle qui coiffe RFI et la chaîne internationale France 24. Celui-ci nous fait savoir qu'il n'en tiendra nullement compte.


Actuellement logée au sein de la Maison de la radio, sur les bords de la Seine, RFI acquitte un loyer de 4 millions d'euros par an, jugé trop élevé par l'AEF. "Dans le nouvel immeuble à Issy-les-Moulineaux, nous ferons une économie de loyer d'un million d'euros par an", rappelle la direction. Par ailleurs, compte tenu des travaux de réhabilitation de la Maison de la radio, le déménagement de RFI est inévitable, ne serait-ce que pendant la durée des travaux...

La hantise d'un rapprochement avec France 24


Conformément à sa mission définie par l'État, Pouzilhac poursuit, par ailleurs, l'objectif de rapprocher France 24 et RFI, avec à la clef une fusion des moyens, puis des rédactions. Le gouvernement a engagé, depuis 2007, une vaste réforme dans le bric-à-brac de l'audiovisuel extérieur visant à faire des économies tout en déployant au mieux la couverture journalistique du monde. Une réforme qui bouscule des habitudes et soulève l'ire d'une partie des syndicats de RFI. On l'aura constaté, la CFDT, le premier syndicat de la station au profil réformiste, s'est tenue à l'écart du référendum sur le déménagement.


L'intersyndicale avance que celui-ci serait trop coûteux. Un tract évoque le chiffre de 24,5 millions d'euros. L'immeuble d'Issy-les-Moulineaux, anciennement occupé par Hewlett-Packard, ne serait pas équipé pour l'activité radiophonique. En outre, le nouveau loyer serait versé au Crédit Suisse, propriétaire de l'immeuble. Les syndicats préfèrent verser le loyer à Radio France. Ce n'est d'ailleurs pas l'aspect le moins drôle de cette controverse : le patron de Radio France, Jean-Luc Hees, peu heureux de voir partir cette rente, trouve ainsi un soutien inespéré dans l'activisme des syndicats SNJ, FO et CGT, ceux-là mêmes qui, chez lui, ne le ménagent pas...

 

Face à cette fronde, la direction objecte que le nouvel immeuble a précisément été repensé pour accueillir la radio, tout en modernisant son équipement. Des travaux d'aménagement sont en cours. "C'est de l'obstruction pure et simple", répond la direction. L'intersyndicale s'était également opposée au généreux plan social de RFI pour finir par en réclamer une extension...

 

Source : Le point

Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :