Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Electiontchad
Pour comprendre la farce de la démocratie tchadienne, remontons le temps. Deby arrive au pouvoir et sous l’impulsion des Français, une conférence nationale se tient en 1993 avec pour ambition la réorganisation des institutions et le rééquilibrage des pouvoirs entre l’Exécutif et le Législatif. Durant les 3 années de la transition, Deby mettra à profit ce temps pour vider de sa substance toutes les décisions de la CNS qui limitaient les pouvoirs du Président. En 1996, une Constitution sur mesure sera faite par les experts français de la françafrique et, avec force manipulation des règles électorales, installation d’une CENI opportuniste et partisane, elle donna au parti de Deby  le MPS, la majorité des sièges. Résultat : face à lui il n’y avait qu’une opposition sans moyens et totalement inorganisée. Les élections présidentielles de 2001 et les législatives de 2002  furent une grande mascarade, seuls les observateurs de la francophonie, bras armé de la françafrique, cautionnèrent ces scrutins
.


Face au scandale des fraudes massives, des condamnations et protestations internationales, Idriss Deby et ses conseillers trouvèrent une astuce, à savoir  prendre l’engagement de ne pas briguer un troisième mandat, de respecter la Constitution mais aussi d’engager un dialogue en vue d’une bonne gouvernance.

 

Comment faire quand les généreux donateurs européens et autres financent en toute connaissance de cause, une grosse machine à frauder et certifient allègrement  des élections qui sont loin d’être libres, transparentes, crédibles et conformes aux standards internationaux, selon la formule à la mode ces derniers temps ? Ainsi donc, grâce à leur complicité active par la validation de scrutins frauduleux, ils contribuent par là même à perpétuer la dictature en lui offrant les moyens de sa survie et une crédibilité politique.  Comment faire enfin quand la communauté internationale, largement représentée au Tchad, dans tous ses démembrements, reste sourde et muette sur les conditions d’exercice totalement inexistantes de toute expression démocratique (liberté d’expression limitée et tolérée pour certains seulement), pas de possibilité d’expression dans les médias d’Etat, liberté de création de partis politiques d’opposition refusée à certains groupes, liberté de réunion contrôlée etc.…) ?

 

Cliquez sur ce lien pour lire l'intégralité de l'article.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0