Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

rfc.jpg

La Renaissance Football Club (RFC) est l'équipe mythique de football de Ndjaména, elle est comparable à d'autres grands clubs africains comme ASEC d'Abidjan ou Zamalek du Caire, la comparaison est de l'ex international Tchadien Nambatingué Tokonomo Dieudonné plus connu sous le sobriquet de Toko.

Créée en 1954, RFC a soufflé sur ses 50 bougies en 2004. Occasion saisie par les dirigeants et sympathisants du club pour remonter le temps sur l’histoire glorieuse du club sans pour autant occulter les difficultés de tous ordres traversées par RFC.

Hier comme aujourd’hui, RFC reste la référence du football tchadien. Sa popularité est le fruit d’une symbiose quasi permanente avec les populations, toutes les catégories socio-professionnelles confondues, ce qui confère à la RFC le titre de l’équipe du peuple. La moitié de la ville de Ndjaména est RFC et il n’y a pas de derby sans RFC.

Cette popularité n’était pas vue d’un bon œil par le régime Tombalbaye et la RFC n’échappa à la foudre du Tyran qui s’abattait sur toutes les organisations politiques, économiques, culturelles, religieuses et sportives du pays. En effet, au temps fort de la répression politique caractérisée par la suppression des partis politiques, l’arrestation des leaders nordistes et l’instauration du parti unique en l’occurrence le PPT/RDA, le régime Tombalbaye a aussi jeté son dévolu sur la Renaissance.

Comme vous pourrez le suivre sur la vidéo ci-après, dès 1963, les sbires de Tombalbaye considéraient la RFC comme une interface politique permettant aux opposants de se réunir et de collecter des fonds pour le compte de la rébellion armée naissante dans le nord du Tchad. Les responsables du club sont ainsi régulièrement convoqués aux renseignements généraux où ils subissaient des interrogatoires musclées. Tout a été mis en œuvre pour décapiter la Renaissance football club. Le Président de RFC, Ahmat Séné, a été contraint de démissionner et il fut même arbitrairement affecté loin de Ndjaména, à Bongor, pour l’empêcher de superviser les activités du club. Mais peines perdues, la RFC survivra à ces manœuvres politiciennes sordides car ses dirigeants avaient su gérer les déboires et les folies meurtrières de Tombalbaye.

 


La rédaction du blog

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0