Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

mak.jpgMakaïla Nguebla, l'enfant terrible de la blogosphère tchadienne, a encore fait parler de lui.

Ce lundi, lors d'une conférence de presse qu'il a animé au siège de la rencontre africaine des droits de l'homme (Raddho), Makaila n'est pas allé par quatre chemins pour pointer du doigt les incohérences d'une paix « prêt-à-portée » qu'une certaine communauté internationale s'active odieusement à faire porter à son cher pays le Tchad.

Convoqués à 11 heures du matin, les grands noms de la presse nationale et internationale se sont bousculés au siège de cette organisation humanitaire africaine qui a même refusé du monde. De l'accueil à la déclaration du conférencier en passant par les questions-réponses, tout a été magistralement bien mené. Il faut dire  que le jeune résistant est devenu un spécialiste en la matière à force de persévérer. Comme quoi quand la volonté y est, tout est possible.

A la sortie de cette conférence de presse, chacun a pu se faire une idée claire et objective sur ce que trament le Soudan et le Tchad sur le dos de leurs oppositions respectives.

Cette conférence de presse a aussi permis de lever un coin du voile, si peu qu'il soit, du lourd silence que nous observons depuis plusieurs mois du coté de la résistance armée. En effet, depuis que les Soudanais ont osé faire le pari d'une certaine paix avec le dictateur tchadien et le MJE, aucun son de cloche du coté de la rébellion n'a été entendu. Bien au contraire, très tôt des voix indiquées de l'UFR ont laissé entendre que ce silence s'explique par la volonté de ne pas gêner le Soudan dans sa politique intérieure mais aussi par la certitude que Deby, n'étant pas digne de confiance, ne respectera pas ce présent accord. La preuve, une dizaine d'accords ont été déjà signés entre les deux pays et aussitôt violés par le régime de Ndjaména. Donc pas d'inquiétude. La suite vous la connaissez.

Aujourd'hui, face à cette situation particulièrement délicate, il est inconcevable que les responsables de la rébellion s'abritent encore entre les quatre murs et laissent une certaine presse malsaine raconter des ragots sur son sort. Deby a vendu la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Il faut lui démontrer qu'il bluffe et cela commence par des déclarations fracassantes qui sonneront du même coup la mobilisation pour barrer la route à cette farce de mauvais goût.

A Dakar, Makaila a énergiquement dénoncé ces accords exclusifs entre le Tchad et le Soudan. Il n'a pas manqué de réaffirmer la volonté de dialogue et paix de l'opposition mais surtout il a rejeté violemment l'idée d'un sacrifice de la résistance nationale. Nous osons croire que cet exemple Dakarois permettra aux responsables de la rébellion où qu'ils se trouvent de sortir de leur mutisme paralysant et de s'exprimer sur ces magouilles politiciennes.

Pour finir, signalons la présence à cette conférence de presse d'un invité pas comme les autres. Un certain Evariste Djétéké, de nationalité tchadienne, s'est illustré par un comportant qui frise le ridicule. Non content de s'afficher comme co-organisateur de ce point de presse, le sieur Djékété a fini par indisposer toute l'assistance par ses manières collantes et insistantes. Renseignements pris, l'homme trâine plus de 25 ans d'opposition au pays d'Abdoulaye Wade. Il serait une des matières grises de Moïse Kété et de Laokin Bardé mais aussi un grand adépte de l'opposition Doum/Kartcha.

Comme quoi, on a beau fait mais il y aura toujours quelque chose pour salir quelque part.

Par Amadaye Nokour
Dakar - Sénégal    
 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0