Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deby a chaudLa crise libyenne perdure et certains commencent déjà à s’impatienter. C’est normal, nous sommes nombreux à attendre ce jour où le régime criminel du Colonel Khadafi s’écroule et disparaisse à jamais. Ce n’est qu’une question de temps. Et justement parlant du temps, l’OTAN s’est réunie il y a quelques jours et s’est donné un délai de 2 mois pour en finir définitivement avec le Colonel Khadafi. Les moyens adéquats seront mobilisés pour cet objectif. Déjà, les stratégies sont nombreuses et tout porte à croire que le régime Khadafi vit ses derniers jours.

 

A Ndjaména, le régime MPS surveille la situation en Libye comme du lait au feu. Il est par exemple formellement interdit de traiter l’actualité libyenne à la Télévision et la radio nationale. Evoquer le conflit libyen avec les autorités tchadiennes revient à parler de la survie du régime Deby, ce qui fait bondir les inconditionnels du MPS. La peur est bien palpable en eux et visiblement certains barons du MPS tremblent déjà de tous leurs membres.

Néanmoins, malgré sa posture exécrable due à la présence de mercenaires tchadiens dans les rangs de l'armée de Khadafi, le régime Deby cherche par tous les moyens à établir une relation avec les insurgés libyens. C'est ainsi que des envoyés spéciaux de Deby se sont rendus respectivement au Soudan, au Sénégal puis à Qatar. Ces deux derniers pays soutiennent ouvertement la CNT libyenne. Les missionnaires de Deby ont sollicité les services de ces pays amis pour les aider à arrondir les angles avec les insurgés libyens. Apparemment, du coté Soudanais, les missionnaires sont rentrés bredouillent. Les soudanais sont tout autant préoccupés par le MJE du Dr. Khalil Ibrahim qui se bat aux cotés des hommes de Khadafi. En revanche, les Sénégalais, comme d’habitude, ont réclamé à Deby des sous. Quant aux Qataris, ils seraient disposés à aider le Tyran tchadien.


atepa.jpgLes discussions avec les Sénégalais seraient facilitées par l’architecte Pierre Goudiaby Atepa, Conseiller politique du président Abdoulaye Wade et grand ami du Dictateur Deby. Monsieur Atepa rafle depuis plusieurs années tous les marchés juteux au Tchad. La surfacturation et la mauvaise qualité des chantiers réalisés font vomir les architectes et entrepreneurs tchadiens, injustement écartés de ces marchés publics nationaux. Au Sénégal, il serait invraisemblable qu’un homme d’affaire tchadien gagne un marché public.

La presse sénégalaise a nommément cité Monsieur Pierre Goudiaby Atepa comme facilitateur entre Deby et Wade dans l’extradition avortée de l’ancien Président Hissein Habré vers le Tchad. Abdoulaye Wade a demandé 20 milliards mais Deby a fait sa dernière offre à 15 milliards auxquels il a déduit les 2 milliards déjà encaissés par le Sénégal dans le cadre du financement du procès annoncé. Les deux parties s’étaient entendues sur 13 milliards. Un émissaire de Deby (dévinez qui ?) devrait apporter un acompte et le solde versé à l’arrivée à Ndjaména. La suite vous la connaissez.


Du coté de Qatar, les leaders de la rébellion tchadienne qui y ont trouvé refuge, auraient été priés de quitter le pays. En effet, le Qatar leur aurait demandé de chercher un autre pays d’accueil. Trouver un pays d’accueil n’est point un problème en soit, cependant trouver un pays qui respecte ses engagements est tout le problème. Surtout quand on sait que ces principaux leaders font l’objet d’un mandat d’arrêt lancé par le Tchad.


Ces agitations montrent à quel point le régime Deby est inquiet et s’évertue à parer à toute éventualité dans l’optique d’une chute programmée de son mentor Khadafi. Les informations qui parviennent aux oreilles de Deby ne sont pas du tout rassurantes. En effet, le désarmement des ex rebelles des mouvements armés de l’Est n’a pas suffit pour pacifier le pays. Bien au contraire, tous les indices montrent clairement qu’une révolte populaire couve dans tout le pays et il suffit d'une étincelle pour que le MPS brule. Cette fois-ci, les oreilles sont plutôt tendues vers la frontière libyenne.

 

hh.jpg
A Ndjaména, Deby a déjà eu un avant goût de ce qui pourrait lui arriver s’il ne fait pas attention aux actes qu’il pose désormais. L’annonce de l’extradition de l’ancien Président HH vers le Tchad a soulevé tout le Tchad et particulièrement les ressortissants du BET. L'hebdomadaire françafricain Jeune Afrique s'est empressé pour camoufler à la fois l'aspect mafieux de cette affaire d'extradition mais aussi laver le Tyran Deby de cette ignominie. On annonce tout de même des arrestations dans les rangs des officiers supérieurs.

Nous dénoncions à l'époque la politique de l'autruche du régime Deby. Une paix achetée n'est jamais durable. La gestion calamiteuse du pays par une poignée d'individus accentue chaque jour la frustration des tchadiens dont les cris restent inaudibles, étouffés par la françafrique et ses puissants médias. Le pays risque de basculer encore dans la violence. D'autres seraient entrain de réflichir sur une vieille idée saparatistes. Mais attention, comparaison n'est pas raison.

 

Mahamat Abakar  

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0