Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La "Tragédie Grecque" à laquelle on a assisté (il y'a quelques mois) pourrait-elle aussi se produire au Tchad ? Certes beaucoup de gens trouvent qu'une telle question est inappropriée. Car pour certaines personnes toute comparaison entre deux pays ou deux continents serait exagérée voire démagogique. Mais je pense qu'en faisant une comparaison objective ça nous aide à voir plus clair certains points flous. Dans le même ordre d'idée, j'ai comparé l'année dernière le Tchad avec la Somalie. Quelques compatriotes m'ont donné raison et d'autres m'ont fait savoir que j'avais un peu exagéré. Tant mieux pour ceux qui me donnent raison et tant pis pour ceux qui ne partagent pas mon point de vue. L'essentiel c'est de pouvoir écrire ce qu'on pense.

Bref jetons un coup d'œil sur les 5 points suivants :

1-La Grèce, peu avant sa tragédie, a enregistré une dette astronomique de 300 milliards d'Euros. Rappelons qu'au conseil de Ministre de la semaine dernière au Tchad, ils ont révélé que le Tchad est endetté de 1500 milliards de Fcfa (Je me permets de doubler ce chiffre: 3000 milliards de Fcfa. Car parfois nos autorités ne publient pas la dette exacte a' la masse populaire). 3 000 milliards de Fcfa = 6 000 millions de dollars. Certes 300 milliards d'Euro dépasse de loin 3 000 milliards de Fcfa mais pour un pays pauvre comme le Tchad une telle dette est exorbitante.

2- En Grèce, la corruption, le favoritisme et les innombrables règlements débilitants étouffent l'initiative privée et freinent la croissance économique. N'est-ce pas similaire chez nous au Tchad ? D'ailleurs s'agissant la corruption, au Tchad, nous n'avons pas besoin de faire des commentaires. Des douaniers "Bogobogo" peuvent construire des Villa qui coutent autour de 100 millions de Fcfa. Le Monde a' l'Envers.

3- La Grèce est la proie d'une fonction publique obese, couteuse et inefficace. Le Tchad aussi !

4- En Grèce, les syndicats de la fonction publique se désintéressent de la santé économique du pays et s'affairent uniquement a' protéger leurs innombrables avantages et privilèges. N'en est-il pas de même chez nous ? A part Djibrine Assali (présentement en rébellion), au Tchad la plupart de nos syndicats font de petits calculs mercantiles et ne visent que leurs propres intérêts mesquins.

Enfin 5- La Grèce a créé un État-Providence qui a amené le pays à vivre au-dessus de ses moyens. Certes le Tchad n'a pas créé un État-Providence mais les tchadiens eux-mêmes se sont permis de vivre au-dessus de leur moyen. A Ndjamena, une bourgade d'un million d'Habitants, 75% de ndjamenois vivent au-dessus de leurs moyens. Donc ce Scenario de "vivre au-dessus de ses moyen" nous est familier au Tchad d'aujourd'hui !

Une chose est vraie. Le cas du Tchad n'est pas aussi grave que celui de la république hellénique. Néanmoins, nier toute similarité avec notre économie et refuser de tirer les leçons qui s'imposent est une erreur regrettable et irréparable a' long terme. Le morale de l'histoire est pourtant simple: Aucun pays ne peut dépenser sans retenue et s'endetter sans avoir un jour a' payer le prix de ses exubérances. Espérer le contraire relève de la pensée magique. Plusieurs pays en ont déjà' fait la démonstration. Aujourd'hui c'est au tour de la Grèce, l'Argentine, le Portugal, l'Italie etc...Demain peut-être le Tchad si on croise les bras et les jambes sans rien faire en buvant du Thé ou du Gala jusqu'a' la Lie !


Une petite
parenthèse : En 2005, j’ai regarde’ un documentaire passionnant sur General De Gaulle. Des français qui avaient 20 ans dans les années 1950-1960 disaient a’ quel point le grand homme leur tombait sur les nerfs après la guerre. « Il ne cessait de parler de nation, de devoir, de travail et de sacrifice, alors que tout ce qu’on voulait faire, c’est de nous amuser. », se rappelait un homme. C’est exactement ce que nous faisons au Tchad aujourd’hui. Chaque fois qu’un lucide nous dit qu’il faut travailler plus fort et être plus performant, nous roulons des yeux. Pire nous avons certains cadres qui ne sont pas exemplaires. Par exemple, le cas de l’Ex-Ministre de l’intérieur, Mr. Ahmad Bachir, est plus que désolant. Un Ministre de l’Intérieur qui se permet de former un groupe avec des jeunes de la ville pour inviter de petites filles et des « doukas » pour passer toute une nuit (le Week-end) pour s’amuser et boire d’alcool jusqu’au petit matin ! Si de tels hommes responsables ne se respectent pas, comment voulons nous que les jeunes soient responsables ? Impossible.


Pour terminer, j’espère que cette petite comparaison du Tchad et de la Grèce va nous réveiller de notre sommeil et prendre les choses en main. Pour lutter contre la corruption, essayons de faire reculer la pauvreté par tous les moyens et essayons de donner a’ chacun un salaire décent et une éducation convenable. Merci pour votre lecture et bonne journée.


Votre ami et frère,
Mahadjir.Fils
Amérique du Nord.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0