Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dassert.jpg

La nouvelle a été rendue publique il y a quelques jours par les autorités tchadiennes qui annonçaient la capture du chef de la rébellion du MPRD, le Colonel Djibrine Dassert dont les hommes opèrent au Sud-Est du Tchad, sur la frontière Tchado-Centrafricaine.

Quelques mois après l'arrestation à Bangui et l'extradition clandestine à N'djaména d'un autre chef de la rébellion, le Général Laddé du FPR, voilà qu'un autre chef rebelle opérant dans la même zone tombe à son tour entre les griffes des fauves du régime Deby. Ca commence à faire beaucoup si on ajoute celui du Colonel Hamouda Béchir capturé en mai 2008 à Am-dam.

Contrairement au Général Laddé dont on est sans nouvelles, presque oublié, le Colonel Djibrine Dassert a été présenté à la presse nationale et internationale. Il faut dire que le prisonnier du jour est une vieille connaissance du Dictateur Tchadien, Idriss Deby Itno. En effet, un saut de 20 ans en arrière, nous permet de rappeler que le Colonel Djibrine Dassert a fait partie de la bande de Bamina, au même titre que Abbas Koty Yacoub, Moldom Bada abbas, Ahmat hassaballah Soubiane, Ousmane Gam, et j'en passe. La fameuse déclaration de Deby à sa rentrée « triomphale » à N'djaména : « Ni or, ni argent, …. » aurait été écrite par Ousmane Gam et Djibrine Dassert.

Cependant, contrairement à Koty, Moldom, Soubiane, ...etc. qui ont manqué de lucidité pour voir quel monstre se cache derrière la personne d'idriss Deby. Djibrine Dassert et Ousmane Gam dénoncèrent, dès 1991, très énergiquement l'incompétence criarde voire l'ignorance, le tribalisme à fleur de peau mais surtout le banditisme d'Etat ahurissant qui caractérisaient déjà les nouveaux maîtres du pays. Ils démissionnèrent du MPS et s'exilèrent. Ousmane Gam meurt en exil et Djibrine Dassert reprend la lutte armée.

En 2005, lorsque le vase déborde, intensifiant la rébellion armée aux quatre coins du Tchad, Djibrine Dassert regagne le front Est. Sur place, il retrouve un schéma nouveau, propre à l'ère MPS. Il y va des hommes aux ambitions démesurées aux problèmes de toutes natures qui bloquent toute possibilité d'une véritable union et surtout pas d'objectifs et de programmes politiques communs pour sauver le Tchad de la tyrannie. Aussi, il doit conjuguer avec des hommes qu'il a combattu en 1990, des hommes qui ont forgé le régime Deby dans les pratiques mafieuses et criminelles mais aussi revivre les mêmes choses avec d'anciens camarades de l'épopée de Bamina. Djibrine Dassert a dû se rendre à l'évidence que sa victoire de décembre 1990 n'était en réalité que celle des grandes puissances étrangères qui se nomment la France, la Libye et le Soudan, sans lesquelles la bande de Bamina aurait péri dans le Darfour soudanais.

Le Colonel Djibrine Dassert qui ne pardonne pas à Idriss Deby de les avoir roulé dans la farine va tout de même continuer à jouer sa partition tout en espérant fermément que cet abominable régime disparaisse. Il créé le MPRD (Mouvement pour la Paix, la Réconciliation et le Développement) et choisit la zone triangulaire entre le Tchad, la Rca et le Soudan pour mener des opérations militaires contre les forces gouvernementales. C'est là qu'il sera capturé le 8 janvier 2010 par les hommes de Deby.

Aujourd'hui, c'est pratiquement fini pour l'ancien compagnon d'Idriss Deby Itno. Tout de même, il a eu le mérite de s'opposer à lui et de le combattre sans relâche jusqu'au bout. Encore que son mouvement reste opérationnel. Malgré les moyens très limités, malgré l'intervention de la France qui, à plusieurs reprises, a cherché à le dissuader d'abandonner la lutte armée et aussi malgré l'intervention régulière de tous ces Laokouras au service du Dictateur Deby, le Colonel Djibrine Dassert a tenu bon et est allé jusqu'au bout. Il aurait pu se mettre à l'abri, très loin de cette frontière dangereuse, et faire la politique du PGA en attendant que ça pourrisse à nouveau au royaume des Itno.

En définitif, c'est la conséquence de toute lutte armée mais c'est aussi celle d'une action en solo. Aujourd'hui aucun mouvement armé ne peut à lui seul engager un bras de fer avec le régime Deby. A défaut de s'éloigner chaque jour du Tchad, de vivre des PGA, de décourager tout le monde, il vaut mieux se resoudre à l'évidence, d'engager des discussions sincères en interne au niveau de chaque mouvement puis inter-mouvements pour espérer renverser un jour le régime MPS. Sans cela, c'est toujours dans le désordre et la précipitation que la rébellion tchadienne sera à chaque fois poussée dans la gueule du monstre Deby.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0