Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sondage en ligne réalisé par Ambenatna pour élire la personnalité tchadienne de l'année 2009 s'est déroulé pratique sur moins de trois jours. Un total de 59 personnes se sont exprimées et les résultats tels que déjà affichés sur le blog sont sans grande surprise.

Le
Colonel Mahamat Hamouda Béchir avec 26 votes / 59 soit 44% du suffrage exprimé, est la personnalité tchadienne de l'année 2009. Il est suivi de très loin par Monsieur Timane Erdimi qui a récolté 8 voix soit 13%. Tandis que Monsieur Mahamat Zène Bada, 5 voix soit 8%, arrive en troisième position.

Ces résultats, malgré la faible participation enregistrée, traduisent fidèlement une tendance qui ne pourrait que se confirmer même sur une grande échelle. La politisation de la vie publique préoccupe énormément les Tchadiens, quotidiennement tiraillés entre la rébellion armée et la résistance du régime Deby. Dans ce bras de fer permanent, tout le monde est embarqué car cette situation de ni guerre ni paix remet constamment toute la vie politique, économique et sociale en question.

hamoudabechir.jpg
Pour rappel, c'est en mai 2009 que le
Colonel Mahamat Hamouda Béchir, 3ème Chef d'état major de l'UFR, a été fait prisonnier par les forces gouvernementales à Am-dam. C'était suite à une offensive des forces unifiées de la rébellion qui, après l'échec de leur assaut sur la capitale N'djaména en février 2008, avaient finalement accepté de s'aligner derrière une seule direction politique dirigée par monsieur Timane Erdimi, désigné pour la circonstance Président de l'UFR.

Cette offensive militaire, très attendue par les populations tchadiennes mais aussi par la communauté internationale qui a fini par reconnaître le caractère oppressif du régime Deby, avait malheureusement lamentablement échoué.
En plus de cette amère déception, nous avons dû supporter l'insoutenable capture d'hommes de grande valeur qui se sont illustrés avec courage et détermination dans la lutte contre la barbarie du régime MPS.

Face à l'amertume de la défaite et à l'humiliation, le Colonel Hamouda a été digne et a sauvegardé l'espoir de tout un peuple meurtri et déçu pour que la lutte continue. Comme l'écrivaient nos confrères de ZoomTchad : « 
Certes son exposition menottée avait pour but de l’humilier mais aussi de prouver son arrestation. Mais quand on l’a interrogé, il a eu cette phrase extraordinaire au sujet de son arrestation : Yom lek, wa yom alek, da hala askariyé..., voilà comment le chef militaire Hamouda a, à lui seul, mis par terre toute la communication de la bande de Mahamat Hissein, et retrouvé tout son honneur aux yeux des populations tchadiennes et de ses parents. En technique de communication, on dirait que le Colonel a récupéré cette camera censée l’anéantir pour torpiller la manœuvre ».

Aujourd'hui, nous avons le regret de constater que son sort ne préoccupe pas beaucoup de monde. Certains de ses anciens compagnons de lutte, aujourd'hui ralliés au régime de N'djaména, n'ont pas eu le courage de poser l'épineuse question des prisonniers politiques et de guerre dans leurs négociations avec le pouvoir.

Les organisations tchadiennes des droits de l'homme et leurs mères occidentales, la Croix-Rouge, etc. ne se sont jamais préoccupées du sort des prisonniers faits par le régime Deby. Pire, toutes ces organisations savent pertinemment qu'un tri s'opére à chaque fois sur les champs de bataille et beaucoup de personnes ont été ainsi fusillées sans qu'aucune organisation ne pipe un mot.

Il est surtout inacceptable que ses compagnons de lutte ne mobilisent pas tous leurs efforts et moyens pour attirer l'attention du monde sur les conditions de détention du Colonel Hamouda et de nombreux autres dont certains subissent de terribles sévices corporels dans le bagne de Koro-toro.

timane1.jpg

La deuxième personnalité de l'année 2009 est
Monsieur Timane Erdimi. Son élection à la tête de l'UFR a fait couler beaucoup d'encres et suscité beaucoup de commentaires. La résistance nationale a sans conteste accusé un terrible coup, tellement que sa personne n'a pas répondu aux aspirations des Tchadiens qui réclament à un changement rapide et radical.

L'échec de l'offensive du mois de mai dernier lui a été imputé à tort ou à raison par une majorité de Tchadiens qui ont vu en Timane Erdimi la continuité de la domination des Zaghawas et donc du régime Deby. D'où cette démobilisation des forces combattantes et les divers problèmes d'autorité et de coordinations unanimement reconnus par les différents leaders de la rébellion qui ont fait que le président de l'UFR soit resté inerte.

La triste affaire de plagiat, oeuvre artistique du Docteur Félix Ngossou, a aussi fait un tabac sur les sites et blogs tchadiens où malgré lui, Timane Erdimi a fait la Une de l'actualité.

Puis, ces dernières semaines, de plus en plus des voix se sont élevées au sein même de la rébellion pour dénoncer le blocage de l'UFR et exiger que Monsieur Timane Erdimi rende le tablier. L'affaire du meurtre des combattants de l'UFDD/F imputée aux éléments du RFC, a contribué à empirer la situation du président de l'UFR.

mahamat-zene-et-deby.png

Et en fin la troisième personnalité de l'année 2009 est Monsieur Mahamat Zène Bada, l'actuel Maire de N'djaména. Ce dernier s'est illustré d'une manière pitoyable ces derniers mois. Notamment dans l'exécution de la politique gouvernementale de tout détruire. Mahamat Zène Bada est le bouc émissaire d'un régime impopulaire et corrompu. Cela se traduit par une haine noire de la population Ndjaménoise sur sa personne.

Autre fait, la gestion calamiteuse de la Mairie de N'djaména dont il est le chef d'orchestre. Il faut dire que non seulement le Maire ordonne les destructions mais en plus Monsieur Zène Bada et son staff s'arrangent à bouffer les quelques miettes prévues pour l'indemnisation des pauvres citoyens.

De connivence avec le Ministre des infrastructures, Monsieur Adoum Younousmi et d'autres barons Itno, le Maire de la capitale a fait engloutir des milliards de francs Cfa dans les dépenses de sa municipalité. Figurez-vous, ils ont eu l'audace de facturer la réfection d'un rond à 18 milliards de francs ! ! !

L'arrestation de ses proches collaborateurs pour détournement de biens publics présage une année incertaine pour le Maire de N'djaména, trop sale et de moins en moins récupérable malgré son activisme pour maquiller la naturellement belle N'djaména.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0