Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre mouvements rebelles tchadiens ont annoncé avoir formé samedi une nouvelle coalition, l'Alliance Nationale pour le Changement Démocratique (ANCD) qui, selon ses dirigeants joints par l'AFP, vise le renversement du président Idriss Deby Itno "par tous les moyens".

"Nous disons qu'il faut prendre le pouvoir par tous les moyens, par la voie pacifique ou par les armes si la voie pacifique est fermée, comme cela est actuellement le cas", a déclaré à l'AFP le général Nouri Mahamat, ex-ministre de la Défense devenu chef rebelle porté à la tête de la nouvelle coalition.

"Notre ambition est de chasser Deby de N'Djamena et d'instaurer une période de pré-transition. (...) Actuellement, il n'y a pas d'apaisement au Tchad. C'est Idriss Deby qui nous a obligés à emprunter la voie de la lutte armée", a ajouté le général Nouri Mahamat.

L'ANCD regroupe le Conseil démocratique révolutionnaire (CDR), le Front pour le salut de la République (FSR), l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) et le Mouvement démocratique de rénovation tchadienne (MDRT), tous signataires de la déclaration de création reçue par l'AFP à Libreville.

La coalition a été créée "après sept mois de discussions" et est basée à Moudeïna, localité proche de la frontière avec le Soudan, a précisé le porte-parole de l'ANCD, Mahadi Ali Mahamat, également joint depuis Libreville.

Trois de ses fondateurs étaient parmi huit mouvements qui ont créé, en janvier 2009, la plus importante coalition de rébellions tchadiennes, l'Union des forces de la résistance (UFR). Cette coalition disait aussi viser le renversement du président Deby, arrivé au pouvoir en 1990 à la faveur d'un coup d'Etat et confronté depuis plus de cinq ans à des attaques rebelles.

Le CDR, le FSR et l'UFDD "ne sont plus dans l'UFR. Deux autres mouvements qui ne sont pas avec nous sont aussi partis, il n'en reste plus que trois. (...) L'UFR, c'est tacitement fini", a affirmé Mahadi Ali Mahamat, par ailleurs secrétaire général de l'UFDD. Aucun responsable de l'UFR n'avait pu être joint samedi soir pour commenter ces déclarations.

Dans leur déclaration, les fondateurs de l'ANCD dénoncent notamment "l'absence d'une démocratie réelle, la détérioration des tissus sociaux" et "la remise en cause de tous les accords politiques depuis plus de 19 ans" au Tchad. Ils projettent d'y instaurer "une période de pré-transition dès la prise du pouvoir", d'organiser "un forum national souverain" avec toute la classe politique, les rébellions et la société civile, qui désignera le président de la période de transition et en fixera la durée. La transition doit prendre fin avec l'organisation d'une élection présidentielle à laquelle "le président de la période de transition ne sera pas candidat", précisent-ils.

 

Source : Afp - Libreville

 

Tag(s) : #Politique