Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

femmestchad.jpg

hindadebyinto

 Assemblée des femmes commerçantes du Tchad
 Hinda Deby Itno, 2nde épouse du Chef de l'Etat

 

 

En prenant la parole devant une salle remplie, en majorité, par des femmes venues prendre leur micro crédit, Hinda Deby s’est adressée à elles. On dit souvent que l’être humain est un être de verbe. Les mots expriment sa pensée et précèdent son action. Voilà ce que Hinda a dit,  en arabe, aux femmes issues des couches les plus défavorisées, rassemblées pour ce show : « Cet argent appartient à l’Etat et vous devez le rendre, vous devez le faire fructifier et le rendre, car, celles qui ont « gaddoumoum maftouh » (la gueule ouverte) dans cette salle, qui n’ont rien eu et qui espèrent avoir quelque chose, n’auront rien, si vous ne rendez pas cet argent. »


Que de mépris et de manque de considération dans ces paroles envers des personnes totalement démunies. C’est absolument incroyable, à ce niveau de « responsabilité », d’oser s’adresser ainsi, publiquement, à des compatriotes. Comment une femme tchadienne enracinée dans les valeurs du pays, dans les règles élémentaires  du savoir vivre et du savoir être en société, peut se permettre de rabaisser les femmes à ce point et ce, sans pudeur aucune et en public, dans des séquences retransmises à la télévision nationale transformée en organe de propagande de Hinda
.


Non ! Mille fois Non ! Cette bouche ouverte avec tant d’arrogance ne peut refléter l’image de la femme tchadienne, elle est plutôt la face insolente d’un régime qui a, durant 22 ans, aggravé et fabriqué encore et toujours plus de pauvreté frappant les masses populaires dans notre pays. Pour Hinda, si les femmes tchadiennes sont pauvres, c’est de leur faute, car, pour elle : « elles attendent la bouche ouverte, une aide (son aide ?) ». Est-ce la réalité du vécu quotidien des femmes tchadiennes dans les zones rurales, dans les villes ? Poursuivant son discours, elle lance
« Vous devez envoyer cet argent dans les régions où il y a des difficultés, où la majorité de la population vit, sinon les jeunes vont DEFERLER sur nous à Ndjamena, nous SUBMERGER, en demandant du travail … ».

 

Cliquez sur ce lien pour lire l'intégralité de l'article sur zoomtchad.com

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0