Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

deby guide


A l’occasion de l’aïd al Kébir, communément appelée Tabaski, la rédaction du blog Ambenatna adresse ses meilleurs vœux à tous ses visiteurs en particulier et à tout le peuple Tchadien et la Oumma islamique en général. Que le bon Dieu vous accorde une longue vie, une bonne santé, la réussite dans vos entreprises et le bonheur.

 

Cette année la fête a revêtu un cachet particulier. C’est la première fête sans le monstre et démon Colonel Khadafi. Notre joie est doublement immense. Nous rendons donc grâce à Dieu de nous avoir permis de vivre ce jour, nos prières maintes fois renouvelées de voir disparaître à jamais ce monstre et démon qui a hanté nos vies durant quatre décennies ont été finalement exhaussées. Tout est permis de croire que nos autres prières seront inch allah aussi exhaussées. Dieu est juste et miséricordieux.


Le peuple tchadien suffoque sous l’oppression d’une caste de brigands, de criminels de classe exceptionnelle, apatrides sur toute leur lignée, mais il résiste dignement. Contre vents et marées, le peuple tchadien arrachera à son tour sa liberté car il n’en peut être autrement.


L’oppresseur tremble déjà de tout son corps gras et voit le feu partout, il a des épines aux fesses et ne peut plus s’asseoir, il bouge inlassablement d’un coin à l’autre du pays pour humer l’atmosphère du baroude qui y prévaut. Il s’empresse à colmater tous les trous qu'il a creusés durant ces 21 ans tel un individu qui cherche à stopper la mer avec ses bras mais en vain.

Les images du protecteur Khadafi, capturé, humilié, torturé, sodomisé, buté et finalement expédié quelque part dans cette vaste Libye où l’attend Satan, ont été un véritable électrochoc pour ces sauvages incestueux qui dirigent le Tchad depuis 21 ans. Depuis ce jour du 21 octobre 2011, beaucoup de choses ont changé dans leur vision du pouvoir, dans leurs relations avec leurs « sujets » et surtout dans leur idée de ce que demain sera fait. Même questionnement pour leurs serviteurs.


C’est dans cette atmosphère de soufre caractérisée par une trouille permanente des "autorités" que les travailleurs tchadiens se réveillent et osent défier le monstre Deby. Ils rejettent une offre alléchante d’une augmentation de 20% du salaire de base, ce qui pourra porter le SMIG à près de 60.000 F Cfa. C’est incroyable ! Avec un peu d’audace, ils exigeront le renvoi de tous ces sauriens et vauriens qui peuplent les postes de direction dans la fonction publique et les sociétés parapubliques. L’arrestation des leaders syndicaux ne changera rien et n’affectera pas la lutte pour une justice sociale, une justice tout court. Les partis politiques doivent assumer leur rôle en toute responsabilité et arrêter de se blottir derrière des communiqués de presse laconiques. Les leaders des partis politiques tout comme ceux des centrales syndicales, doivent organiser des points de presse et appeler les travailleurs et les populations tchadiennes à investir les rues jusqu’à la libération de leurs confrères et la satisfaction de leurs doléances. Un porte-parole n’a pas le droit de trembler devant un micro d’une radio comme RFI, il doit saisir l’occasion pour taper sur la table, hausser le ton et exiger la libération sans condition de ses camarades arrêtés arbitrairement.


Quant à l’opposition politico-militaire en exil, elle doit comprendre que l’heure est venue pour s’activer et se réorganiser, c’est fini le temps de ruminer ses échecs. Arrêtez aussi de prendre vos rêves pour de la réalité ! Le CNT ne va dégager Deby à notre place. C’est à nous de s’unir autour de l’essentiel et de le traquer à l’image de nos voisins libyens avec leur "Guide". Ne reproduisons surtout pas le modèle soudanais. Je veux évoquer la création d'une multitude de mouvements qui s'auto-neutralisent et bloquent l'unité de nos forces. C’est aussi à nous de prendre l’initiative et non d’attendre que nos soutiens en décident à notre place. Sur ce chapitre tout le monde en sait quelque chose. Que ceux qui n’entendent pas de cette oreille aient au moins le patriotisme de laisser la chance aux autres de régler les problèmes. Nous n’avons malheureusement pas beaucoup de cartouches, alors de grâce, les mauvais tireurs cédez  la place !  

 

La Rédaction

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :