Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

adoumdjimet.jpgM. Adoum Djimet, Ministre de l'Agriculture de la Dictature au Tchad


Le Secrétaire Général Adjoint des NU chargé des affaires humanitaires, John Holmes, a affirmé récemment « la situation des populations rurales tchadiennes va tourner au désastre, plus de 2 millions de personnes sont en état de famine aggravée. Personne ne se souvient d’une telle situation depuis 50 ans ! ».

 

Les femmes enceintes, dans l’ensemble de ces régions, n’ont aucune consultation prénatale ; c’est avec beaucoup d’angoisse, qu’elles attendent leurs accouchements, faute de centre de santé. Le cas échéant, leur éloignement, le coût du transport pour s’y rendre, sans compter les frais médicaux  sont autant d’obstacles infranchissables pour elles. Que de problèmes  insurmontables qui expliquent pourquoi les accouchements difficiles entrainent des fistules, des enfants morts-nés, des fausses couches. Ainsi donc, on a noté plus de 17000 enfants dans la région du Bahr El Ghazal en situation de famine, à Mao, 3400 enfants sont considérés comme atteints de malnutrition sévère. En ce qui concerne, la couverture vaccinale, le Tchad est considéré par l’OMS comme « zone de transmission ré-établie du virus de la poliomyélite ».

 

Depuis 2007, les experts de l’OMS s’arrachent les cheveux pour aider notre pays à ne pas réduire à néant les efforts des autres Etats. La non éradication de la polio au Tchad fait courir des risques pour tous les pays d’Afrique centrale et de l’ouest. Les experts de l’OMS constatent une incapacité totale du gouvernement de mettre en place un système de santé qui fonctionne, la couverture mais aussi les stratégies de vaccination sont médiocres .Il est impossible pour l’Etat du Tchad de mener une réflexion pour dire pourquoi une campagne de vaccination ne marche pas, de même, il ne peut mobiliser le personnel pour la réalisation de cet objectif primordial. Il n’y  a aucune volonté politique d’améliorer le système de santé. Aussi, faut-il s’étonner de la réapparition de la rougeole dans plus de 20 zones au Tchad, 5320 enfants en sont déjà atteints.

 

Dans la région du Guéra, Batha, 42% des populations sont dans une situation d’insécurité alimentaire aggravée, les prix ont augmenté de 80%, la famine s’est déjà installée, les femmes quittent les villages avec leurs enfants vers les centres de nutrition du PAM qui a déjà sonné l’alerte : « Nos greniers sont vides, nous sommes pauvres et oubliés de tous, que faire ? » Ce sont les propos que les responsables des centres  de l’UNICEF, et du PAM entendent chaque jour. Plus de 8.000 enfants y sont déjà admis avec des œdèmes, du  kwashiorkor. La PAM fournit le lait aux enfants, que fait le gouvernement super pétro-dollarisé ?

 

21 ans de pouvoir, plus de 1.489 milliards de francs par an de revenus pour le pétrole de Doba sans compter celui des Roniers, et l’écrasante majorité de la population oubliée, appauvrie à dessein par l’absence de tout intérêt sur son sort. Il paraît qu’ils ont construit des routes, dans un océan de misère noire, à quoi servent-elles ces routes ? Elles ont été inspirées pour justifier un détournement massif des revenus pétroliers que ce sont partagés les entreprises qui les ont construites, et le clan au pouvoir qui les a orchestrés, le tout, sur le dos du peuple tchadien qui a, pourtant, le droit de profiter lui aussi des richesses de son sous-sol.

 

Lire l'intégralité de l'article en cliquant sur ce lien

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0