Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cidroithomme.jpg
Depuis l'accession de Mr Ouattara à la magistrature suprême, il ne se passe quasiment plus une semaine sans que des accusations graves de violation des droits de l'homme ne soient lancées contre l'armée républicaine de Cote d'ivoire (FRCI).  En effet ces anciens rebelles qui ont participé à la campagne militaire des nations unies pour l'éviction de Laurent Gbagbo, s'étaient illustrés dès les premières heures du conflit, par l'extrême barbarie de leurs actes contre des populations ciblées (ethnie guéré, appartenance supposé au camps Gbagbo). Des villages entiers furent  incendiés dans le centre-ouest et un millier de morts recensés dans la seule région de Duekoué.


Les organisations des droits de l'homme (Amnesty international, HRW) le CICR et même la mission d'observation de l'ONUCI, ont multiplié jusqu'à ce jour les accusations de graves atteintes aux droits de l'homme à l'encontre des ex-rebelles. Accusés en juin dernier d'utiliser les armes lourdes pour des opérations de maintien de la paix, les FRCI sont à nouveaux pointés du doigt par l'ONUCI dans son rapport  couvrant la période du 11 juillet au 10 août 2011; Ce sont au total 26 personnes qui sont mortes d’exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires. Des crimes auxquels s’ajouteraient quelques 85 cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales. On ne peut pas dire que cette nouvelle tombe pour le président ivoirien au meilleur moment.


C'est pour cela que le gouvernement ivoirien s'est fendu très rapidement d'un communiqué pour tenter de désamorcer cette bombe à retardement que l'onuci vient de lancer dans son camps. "Nous n`avons pas d`observation à faire sur le fond, dans la mesure où le gouvernement a ordonné des enquêtes pour établir à n`en point douter la véracité ou non des faits et situer les responsabilités afin que les auteurs identifiés soient traduits sans délai devant les juridictions nationales", a répondu le ministre des Droits de l`Homme, Gnénéma Coulibaly, il a ensuite poursuivi en déclarant : "c`est légitime que le gouvernement ivoirien se sente indexé à tort par les accusations qui fusent de partout et surtout quand de tels rapports indiquent que les faits sont la plupart imputables aux FRCI....Au sortir d`une telle situation de conflit armé, le port du treillis n`indique pas l`appartenance aux FRCI".


Le gouvernement Ouattara n'est pas il est vrai à une contradiction prêt au point de ne pas se rendre compte qu'il vaut plutôt mieux pour lui que l'ONUCI ne soit pas traité d'organisme qui lance des accusations a tort.  Si l'ONUCI n'était pas crédible comme le suggère le ministre alors Gbagbo aurait été aussi accusé à tort par l'organisation.

Le ministre a toutefois concédé par la suite que "Des efforts sont faits pour que ces militaires se comportent mieux".


cidroithomme2.jpg


Mais s'il est vrai que "le port du treillis n`indique pas l`appartenance aux FRCI», le ministre ne devrait pas être étonné de ce juste retour de bâton. A quoi s’attendaient donc t'ils lorsque les rebelles de Ouattara ont ouvert les portes de la prison MACA, fait sortir les prisonniers et  distribué treillis et armes à feu avec pour seule consigne d'en faire bon usage sinon ce serait à nouveau la prison. Ces ex-prisonniers  dont certains étaient des criminels à qui on a fourni  gracieusement du matériel de guerre s'en servent aujourd’hui non pas pour assurer les tâches régaliennes réservés aux miliaires mais pour commettre à nouveau des crimes.


La dernière phrase du ministre sonne comme un aveu d’impuissance devant cette bête incontrôllable qu’est l’armée républicaine de Côte d’ivoire. A qui obéissent en réalité les commandants de zones qui ont transféré à Abidjan leurs méthodes de gestion du nord : partage de territoire et rackets organisés ? Pourquoi les dozos, chasseurs traditionnels coachés par les FRCI, continuent t’ils à semer impunément la terreur à l’ouest, empêchant les autochtones guérés de retourner sur leurs terres et cela malgré des rapports des organisations des droits de l’homme?


Quels sont donc ces efforts qui sont faits? Alassane Ouattara et Soro Guillaume ont-il une autorité quelconque sur les éléments de plus en plus indisciplinés des FRCI ?


En attendant d’avoir une réponse à ces interrogations les FRCI et leurs supplétifs les dozos continuent de régner en maîtres absolus. Perquisitions nocturnes, viols, tortures et autres exactions graves que le dernier rapport de l’ONUCI dénonce Leurs actions sapent toute initiative de retour de près de 630.000 déplacés et réfugiés.

 

Source : lepost.fr

 

 

 

Complément du Blog

 

A l'occasion de la fête de l'indépendance de la République de la Côte d'Ivoire, le Président Alassane Dramane Ouattara en a profité pour décorer les responsables de la guerre dans son pays. Il s'agit de :

 

- Monsieur Guillaume SORO, Premier ministre et Ministre de la défense.


- Monsieur Youssouf Bakayoko, Président de la commission électorale indépendante (CEI).

 

- Monsieur Young-Jin Choi, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Cote d'Ivoire.

 

- Monsieur Philippe Carter, Ambassadeur des Etats Unis.

 

- Monsieur JeanMarc Simon, Ambassadeur de la France.


Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0