Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ouaga.jpg
Ouagadougou — Bureaux et marchés fermés, rues désertées : Ouagadougou, la capitale burkinabè habituellement grouillante de vie, s'est muée hier en ville morte à la suite d'une mutinerie de militaires transformés en pillards.


«Voir "Ouaga" comme ça, ça fait pitié», dit un jeune Ouagalais, qui ne se rappelle pas avoir constaté un tel silence et un tel «vide» dans la ville depuis décembre 2006, lorsqu'une altercation entre des militaires et des policiers avait abouti à des violences dans la ville.

Les motos, vélos et scooters sophistiqués dont certains sont appelés «avions par terre» et qui ont valu à la ville un de ses surnoms, «Ouaga cent chars», avaient déserté hier la chaussée et les trottoirs qu'ils disputent habituellement aux voitures et aux piétons.

Depuis le mois dernier, le président Blaise Compaoré fait face à des soulèvements de membres de l'armée, qui protestent, entre autres, contre la condamnation à des peines de prison de cinq des leurs, jugés coupables d'agression sur un civil.

  Reuters

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0