Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  imagesCAYQDFW1.jpg

 

L'armée française indique qu'un habitant a prévenu la force Serval vers 13 h 15 que les deux ressortissants étaient enlevés. "Un dispositif de surveillance a été mis en place pour tenter de localiser le véhicule", indique le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état major à Paris. Deux unités sont alors parties surveiller les sorties nord et nord-est de la ville.

 

 

Parallèlement, un véhicule militaire a quitté la ville en direction de l'Est. Au même moment, les deux hélicoptères français basés en permanence à Tessalit, un Puma et un Tigre, un hélicoptère de combat ultra moderne, décollaient vers Kidal. Mais c'est la patrouille au sol qui a découvert les deux corps sans vie des journalistes. Les deux hélicoptères ne sont arrivés que 50 minutes plus tard, un laps de temps envisageable compte tenu des distances entre ces deux villes du désert, plus de 200 kilomètres.

 

Les deux journalistes découverts par les soldats français gisaient au sol près d'un pick up, à une dizaine de kilomètres à la sortie Est de Kidal. "Les forces françaises n'ont à aucun moment été contact avec un véhicule en fuite", assure le colonel Jaron. C'est le scénario qui s'était produit au Niger, en janvier 2011, quand deux jeunes Français enlevés dans un restaurant de Niamey, Antoine de Léocour et Vincent Delory, ont été pistés par les forces spéciales françaises sur la route du nord empruntée par leurs ravisseurs d'AQMI, sans pouvoir être sauvés. Ils avaient été tués dans la tentative d'interception de leur convoi, au Mali, juste derrière la frontière.

Source : Le Monde

Partager cet article

Repost 0