Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre ouverte aux petits commentateurs de mauvaise foi.


Beaucoup des internautes tchadiens sont victimes de ces petits oisifs qui n'ont autre travail que d'insulter et dénigrer leurs compatriotes par le biais de "Rubrique de commentaires automatiques". Il n'y a aucun mal de prendre un pseudo et faire des commentaires objectifs mais ce qui est inacceptable c'est de s'attaquer à' la vie privée des gens. Dernièrement, ils tournent leur canon à tous ceux qui écrivent et signent de leurs vrais noms. A titre d'exemple, Mr. Issa Kouroundou n'intervient pas tout le temps, mais sa lettre s'adressant à Mr. Tandja (PR du Niger) a déclenché une onde de Choc chez les petits chialeurs. Le fait de prendre le temps d'écrire à un président lui a plongé au cœur de critique de nos petits commentateurs de mauvaise foi.

Les petits insolents ont besoin d'apprendre et comprendre le SENS du mot Liberté. Par pitié de leur grande ignorance et innocence, je prends le temps de leur apprendre le sens de ce mot important. D'abord la Liberté est un concept auquel tous les hommes civilisés accordent une très grande valeur. Pour éviter les dérives idéologiques, il faut que les termes employés par l'auteur d'un article (Mahadjir.fils, Kouroundou, Ngoussou, Dr. Lyadish, Nguebla, Allazam, Enoch ou qui que ce soit) ait la même acceptation pour tous. Selon le Dico Le Grand Robert, la Liberté, c'est l'absence, la suppression ou l'affaiblissement d'une contrainte. C'est le fait de ne dépendre de personne. C'est la possibilité d'agir sans entrave, de n'être lié par aucun engagement, et d'être affranchi d'une domination. Donc Kouroundou est libre d’écrire à Tandja, Mahadjir.Fils est libre d'écrire au Ministre de l'Éducation Nationale, Enoch à tout le monde etc...

Sur la question de savoir si Kouroundou est du Tchad ou de Niger (posée par un insolent commentateur), je me permets de répondre : Issa Kouroundou est un Tchado-Canado-Nigérien. Où est le mal d'avoir la double ou la triple nationalité ? Alors il a le plein droit d'écrire à Tandja ou au gouvernement du Niger. C'est ça la liberté d'expression. En Afrique on dit souvent : "Quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brule". Pourquoi ? C'est parce que beaucoup de nos sages vieillards africains n’écrivent pas leurs savoirs. Kouroundou est un grand intellectuel. Au lieu de chercher de le décourager, il est plutôt important de l'encourager d'écrire ce qu'il pense. D'ailleurs, l'encouragement est valable chez tous les peu des compatriotes qui ont le courage d'écrire à visage découvert. Écrire demande beaucoup de sacrifice : temps, moyens, connaissances et Courage. Si tout le monde fait comme vous les faux commentateurs, les sites web tchadiens seraient fermés par manque de débats !


Est-ce que les petits commentateurs de mauvaise foi savent que beaucoup des hommes intègres les détestent pour leur insolence ? Moi je ne souffre pas du syndrome de l’artiste à la vérité absolue. Mais en général, vous les chialeurs et les faux commentateurs vous ne donnez rien et surtout vous ne faites jamais rien de constructif. C’est pourquoi vous êtes et vous resterez toujours dans l’ombre pour dénigrer ceux qui vous dépassent en intellectualisme, en connaissances et en savoir. Cette partie me pousse à penser aux propos d’un humoriste québécois (Michel Sigouin) qui dit : « Sur un chantier, quand t’es pas bon en construction, tu vas en démolition. ». Vous êtes exactement ce que cet humoriste décrive. Vous n’êtes pas capable d’écrire, vous prenez des pseudos pour vous s'attaquer à tout le monde. Il est temps de cesser d’écrire des conneries et des saloperies.

Ce qui est bizarre dans tout ça, pas besoin de viser d’énormes sommets pour être attaqués par les petits commentateurs de mauvaise foi. Que vous écriviez 10 petites lettres à un ministre, que vous vous adressiez à un PR, que vous interveniez sur une crise quelconque, c’est toujours pareil. Les hommes d’idées, les grands faiseurs construisent, les bavards, les nullards, les connards et surtout nos petits faux commentateurs détruisent. Bref, nous qui avons opté pour écrire beaucoup essayons de croire à l’expression suivante : « Quand on sait que ce qu’on fait est du bien et ça ne nuit à personne, on doit laisser les bavards bavarder. »

A bon entendeur, Salut.
Votre ami et
frère

Mahadjir.Fils
Amérique du Nord.

www.enfantdutchad.com

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :