Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

kimjongil.jpgCorée du Nord : Kim Jong Il

Vivant ? Mort ? Hospitalisé ? Les rumeurs vont bon train sur l'état de santé de l'actuel dirigeant de la Corée du Nord. Après plusieurs démentis, Séoul a reconnu officiellement l'attaque cérébrale dont a été victime Kim Jong-il, absent de la scène publique depuis le 14 août. Le 8 juillet, il est apparu, très amaigri, au cours d'une cérémonie à la gloire de son père. Les discours officiels le donnent pour convalescent, mais la Corée du Nord s'organise en secret pour parer à toute éventualité, au moment où le pays défie les Etats-Unis avec son programme d'enrichissement d'uranium.

fidel raul castroCuba : De Fidel à Raul

24 février 2008 : Fidel Castro passe officiellement la main à son frère Raùl. Vieillissant, affaibli par la maladie, le leader maximo affirme : "mon devoir élémentaire consiste à ne pas m'accrocher à mes fonctions". Après 49 ans de règne... Mais après l'espoir d'une libéralisation du régime, les Cubains doivent rapidement déchanter. La démocratisation tant attendue ne vient pas, et le frère cadet de Fidel se révèle aussi autoritaire et conservateur que son aîné. Dernier exemple en date : la mobilisation, fin novembre, des troupes cubaines pour se préparer à une éventuelle invasion américaine.


kadhafiua.jpgLibye : Khadafi

Décembre 2007 : Mouammar Kadhafi arrive en France pour une visite officielle au cours de laquelle il rencontrera à deux reprises le Président Nicolas Sarkozy. Une visite très controversée. Mais si le dictateur, à 66 ans, sait que l'avenir passera par l'intégration à la communauté internationale et donc par des efforts démocratiques, il continue à tenir d'une main de fer les rênes de l'état libyen et surveille toujours de très près la liberté de parole du peuple libyen.



thanshweBirmani
: Than Shwe

100 000 morts, un million de sinistrés, des débuts d'épidémie : c'est le bilan estimé des dégâts occasionnés par le cyclone Nargis qui a frappé la Birmanie le 3 mai 2008. Il faudra attendre le 23 mai pour Than Shwe, le leader de la junte armée au pouvoir, entrouvre ses frontières à l'aide humanitaire, sous la pression des Nations-Unies et de la communauté internationale. Dernièrement, un tribunal a confirmé la peine de 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence à l'encontre de l'opposante Aung San Suu Kyi.

 

gourbangoulyTurkménistan : Gourbangouly Berdymoukhamedov

Autre "monument" disparu de la dictature, à l'Est, cette fois-ci : Saparmourat Niazov pilotait le Turkménistan d'une main de fer, cumulant les fonctions de chef de l'Etat, de chef du gouvernement, de commandant suprême de l'armée, et de président du "Parti démocratique du Turkménistan", seul parti autorisé du pays, jusqu'à sa mort, le 21 décembre 2006. Si son successeur, Gourbangouly Berdymoukhamedov, a mis fin au délirant culte de la personnalité de Niazov, il n'a en rien amélioré les conditions de vie et les droits du peuple turkmène.


debytenu.jpgTchad : Idriss Deby Itno

Arrivé au pouvoir à la suite d'un coup d'Etat militaire largement favorisé par la France et l'influent voisin libyen, Idriss Deby Itno a vite déçu l'espoir du peuple tchadien qui, après plusieurs décennies de guerres civiles interminables, aspire à la paix, d'une évolution démocratique de la vie politique,  et surtout d'une bonne gestion de ses maigres ressources, seul gage pour sortir le Tchad d'une pauvreté endémique.

Les violations des droits de l'homme ont atteint une proportion très préoccupante, le pays est replongé dans la guerre civile; malgré les revenus pétroliers, les populations tchadiennes ne parviennent toujours pas à joindre les deux bouts. Plus grave, une classe s'est progressivement mise en place, constituée du clan au pouvoir et de leurs alliés, ils sont responsables d'innombrables détournements de biens publics et de l'aide internationale, se livrent à des exactions inhumaines mais aussi jouissent d'une impunité totale. Cette situation dramatique, source de plusieurs foyers de rébellion, entraîne le pays vers des lendemains encore plus sombres.


ALI_BEN.jpg


Gabon : de Oumar à Ali

Installé à la tête de l'état gabonais par la France en 1967, Omar Bongo aura régné durant 42 années sur ce pays africain aux riches ressources énergétiques. Symbole de la "Françafrique", intimement lié aux dirigeants et aux intérêts français, il se repose sur ces deniers plus que sur son gouvernement ou son armée pour demeurer au pouvoir jusqu'à sa mort, le 8 juin 2009. Mais son décès ne sera pas l'occasion d'un tournant démocratique : c'est son fils, Ali Bongo, qui est investi président en octobre, à la suite d'une élection contestée.



dadis_camara.jpgGuinée : de Conté à Dadis
 

En décembre 2008, quelques heures après la mort du président de Guinée Lansana Conté, un jeune capitaine de l'armée proclame la suspension des institutions et la dissolution du gouvernement au nom du peuple guinéen. Propulsé Président, il promet des élections libres et transparentes pour 2010. Mais le 28 septembre 2009, à la suite d'un rassemblement populaire, l'armée tire sur les manifestants à balle réelle, faisant plus de 150 morts. Isolé, critiqué, Camara est blessé d'un coup de pistolet par son propre aide de camp, le 3 décembre. On annonce sa mort, avant de la démentir. Le flou règne sur son état de santé, ainsi que sur la politique guinéenne.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0