Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un an après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, la Libye peine toujours à trouver ses marques et le Conseil national de transition (CNT) a des difficultés à restaurer l’ordre. Ces dernières semaines, les tensions ont été particulièrement vives entre les Toubous, noirs autochtones du Sud, et la tribu arabe des Oueleds slimane. Les deux communautés se sont violemment affrontées à Sebha, dans le Sud du pays, faisant plusieurs centaines de morts. Jomode Elie Getty Doby, représentant des Toubous en France, analyse la situation.

 

Les Toubous qui ont la peau noire et vivent dans le Sud de la Libye, ont longtemps été marginalisés par Mouammar Kadhafi. Désormais, ils souhaitent avoir une place dans la nouvelle Libye pour vivre dignement sur la terre de leurs ancêtres. Jomode Elie Getty Doby, âgé de 33 ans, est un Toubou libyen. Il vit en France depuis une douzaine d’années et milite pour les droits des Toubous en Libye, au Tchad et au Niger. Il a créé il y a dix ans, le "Conseil national des Toubous" et l’ONG Tibesti ainsi que de multiples associations pour interpeller la communauté internationale sur la question toubou. Le jeune homme, qui est un membre fondateur du Conseil national de transition (CNT), est aussi le premier Libyen à avoir porté plainte contre Mouammar Kadhafi le 14 septembre 2009 auprès de la Cour pénale internationale (CPI). Il estime qu’il ne pourra pas y avoir de paix en Libye si les revendications de son peuple ne sont pas prises en compte.


Afrik.com : Pouvez-vous revenir sur les origines du conflit qui a opposé les Toubous aux Oueleds slimane à Sebha ?

Jomode Elie Getty :
Le lundi 26 mars, lors d’une réunion hebdomadaire sur la sécurité de Sebha entre les leaders politiques toubous et Oueleds slimane, un jeune issu de la tribu des Oueleds slimane muni d’une arme à feu a fait irruption dans la pièce et a tiré sur les dirigeants toubous. Il y avait mon oncle qui était le président de la commission de la sécurité, le responsable chargé des armements et des réconciliations entre les brigades et le patron de la lutte-antiterroriste. Tous ces responsables toubous ont été tués. Ce jeune homme a été manipulé par des leaders Oueleds slimane qui lui ont raconté que la voiture de son père avait été volée par des Toubous. En réalité, elle a été dérobée par un voleur Oueled slimane. Les Oueleds slimane cherchaient un prétexte pour rentrer en conflit avec les Toubous.


Afrik.com : Pourquoi les Oueleds slimane sont-ils en conflit avec les Toubous ? Que leur reprochent-ils ?

Jomode Elie Getty :
Les Oueleds slimane accusent les Toubous de faire venir des immigrés noirs africains dans le Sud du pays pour agrandir leur communauté. Ces accusations sont un prétexte pour générer un conflit. Les Oueleds slimane souhaitent en réalité s’approprier la région de Fezzan, dans le Sud, où vivent en grand nombre les Toubous. Ils veulent que la Libye redevienne un Etat fédéral, ainsi, ils seraient les seuls représentants de cette région au sein de l’Etat libyen. Avant la chute de Kadhafi, Fezzan était composée de cinq départements : un département toubou, un département touareg, un département oueled slimane et deux départements de tribus arabes. Nous savons qui est à l‘origine de ce conflit, il s’agit d’Abdel Majid Seif Nacir, ex-représentant oueled slimane de Sebha au CNT. Lors des affrontements, il a démissionné du CNT pour dénoncer l’incapacité des autorités à gérer le conflit, mais en réalité cette situation l’arrange car il souhaite une guerre entre Toubous et Oueleds slimane pour nourrir sa propre ambition en divisant pour mieux régner.

 

Cliquez sur ce lien pour lire l'intégralité de l'article sur afrik.com

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0