Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

deby1.jpgEn 1990, l’arrivée au pouvoir de l’actuel président Deby a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme mais la suite s’est soldée par l’instauration d’un régime corrompu, répressif, avide de pouvoir et d’argent. C’est dans un système de gestion où les non-instruits, gèrent la grande masse à leur grés. La  démocratie au Tchad de Deby ou la lutte politique  se joue au bout du canon, aux fouets, aux matraques et à l’intimidation que bon nombre des citoyens peuvent en témoigner.

Les moyens démocratiques  sont aux mains du régime en place  et sont utilisés à son guise justement pour se justifier ou contrôler par des moyens illégaux ou  de force le débat politique contrairement à une opposition  civile qui n’a pas des moyens de surcroit  désemparée , minée par la crainte et qui ne peut faire le jeu politique efficacement. Tel un leitmotiv pour Deby « nous sommes les démocrates et  jouons le jeu démocratique en laissant la presse privée dire ce qu’elle veut» mais c’est faux, car
les journalistes  tchadiens sont poursuivis comme des moisissures surtout ceux des medias en ligne.

Notre démocratie fait naitre des opposants de tous bords et l’unanimité politique est loin de se consolider et ouvre les voies aux  vagues de contestations armées (rebellions) puisque les gens ne peuvent mener pacifiquement une opposition civile de l’intérieur. Disons que Deby réprimande toutes sortes de manifestions pacifiques et taxe celles-ci  de désobéissance civile et cela « tourne toujours aux vinaigres ».

Deby a corrompu les conjectures  intellectuelles  et fait place à la déchéance éthique pour demeurer le plus longtemps possible et il semble bien que son dessein  est réussit.
Avec Deby et son systeme, il est facile de se faire une notoriété politique et d’avoir aussi de l’argent, il suffit juste d’appliquer la théorie des habitudes des opposants qui pour certains mais pour d’autres,  les vrais opposants sont honnis et traqués au risque de leur vie.

On a aussi entendu  Deby dire qu’il n’a pas atterri au pouvoir par un avion d’Air Afrique, la défunte compagnie africaine, ce qui suppose bien audible de ne jamais laisser le pouvoir même dans les circonstances électorales. Il est  déplorable d’entendre de tels arguments  au profit du dialogue et du débat politique.
On note également le renforcement de son Agence Nationale de Sécurité, une escouade policière  bien présente partout et dispose d’énormes moyens pour pourchasser les paisibles citoyens.

Comme disait Saleh Kebzabo, dans  son analyse du pouvoir Deby, « Autopsie d’un régime agonisant» : Deby est affolé par le pouvoir et il n’est pas prêt à abandonner du luxe qu’il en réjouit. Certes, Kebzabo a parfaitement raison et a fait le portrait pur de cet homme et de l’exercice de son pouvoir.

La plupart des  partis politiques de plus en plus fascinés par l’appât du gain chez Deby avec la politique du ventre et d’autres n’arrivent pas du tout à émerger sur la scène nationale et la rébellion qui ne trouve point de consensus face au délogement de l’homme du palais rose. Quant aux soulèvements populaires, rien ne se pointe à l’horizon. Quelle explication à  fournir face à cette situation ?

Nous disons à Deby que nous sommes d’accord avec sa  démocratie  de « ni or, ni argent mais la liberté».Mais nous voulons un peu plus car le concept de  liberté en démocratie est trop lourd, c’est aussi le partage des ressources, de toutes les  richesses que notre pays en regorge. Des biens communs que chaque tchadien doit avoir sa part et cela n’est nullement une priorité d’Itno Deby.

Cordialement Zenaba et M.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :