Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une fois de plus nous portons à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que l’aide de la Confédération suisse destinée au développement des communautés rurales du Tchad est utilisé à des fins personnelles par un réseau constitué des coopérants suisses et des cadres tchadiens.

Pour mémoire, nous pouvons citer l’article du président de l’Organisation  Tchadienne des Droits Humains (OTDH) paru dans Le Temps n°553 du 23 au 21 janvier 2008, l
’article intitulé plein feu sur la Coopération au Tchad : la vérité de Mahamat Ali Togoï paru dans ce même journal n° 573 en septembre 2008 et enfin celui de Adoum Korom, Coordinateur du Programme-Kanem, ″La face cachée de la Coopération Suisse au Tchad″, actuellement disponible dans les différents sites et blocs (senego.org, wikio.fr, ndjamena-matin.com, ambenatna.com, etc.) qui ont tous dénoncés la gestion opaque du Bureau de la coopération Suisse au Tchad.

D
ans la même ordre d’idées de ces réactions concernant les dérapages et les détournements d’objectifs orchestrés par Sabine Schenck (ex-coordonnatrice) et ses complices, nous relaterons parmi tant d’autres les sujets ci-après : les gabegies du projet de réhabilitation des pistes et ouvrages Biltine-Ennedi (T45) et la problématique de l’extension du PDR Ennedi vers les régions du Borkou et du Tibesti.

La gabegie
du projet de réhabilitation des pistes et ouvrages

Le Bureau de la Coopération Suisse (BuCo), avant la reforme de 1999, gérait des projets thématiques dans lesquels figure le volet piste et ouvrages hydrauliques qui intervenait dans la région de Biltine et l’Ennedi. Cette reforme  a conduit à la mise en place des programmes de développement régionaux appelés PDR. Curieusement, le volet piste et ouvrages qui intervenait dans ces deux régions est devenu un projet à part entière. Ce projet destiné à améliorer le trafic routier est transformé en une entreprise privée après sa première phase de démarrage qui est de trois ans. Le processus lancé pour sa privatisation échappe à toutes les normes vu le flou avec lequel Sabine Schenck s’est engagée pour la création du Bureau d’Etudes Conseil et Assistance Technique (ECAT).

La seule idée derrière cette privatisation consiste à mettre en place une machine de d
étournement des fonds. A cet effet, la même équipe du projet T45 a été scindée en deux entités, l’un contrôleur  (T57) et l’autre exécutante (ECAT). Les financements qui ont servis à créer l’ECAT ont été prélevés du Programme de Développement Régional Ennedi, des autres Programmes et de la liquidation du projet pistes/ouvrages ou T45.  Par exemple, une lecture du rapport d’évaluation et du Protocole de Remise/Reprise respectivement en date du 18 au 28 décembre 2001 et 16 août 02 révèlent que des véhicules et des camions en bon état ont été vendus à l’ECAT à des prix  dérisoires. En plus de cela, un lot important des matériels jugé arbitrairement défectueux (motopompe, groupe électrogène, compresseur, chargeur, Caterpillar, porte-chars, dame-sauteuse, etc.) et des immobiliers (terrains, bureau) ont été attribués gratuitement à cette entreprise dont-elle semble être l’une des actionnaires importantes. Cette formule de privatisation d’un projet de développement en une entreprise à but lucrative est unique au monde surtout en matière de gestion des programmes et projets de développement. L’ECAT constitue aujourd’hui une chasse gardée de S. Schenck et ses complices. La question qu’on peut se poser ici, pourquoi les PDR créés avant T45 n’ont pas encore obtenu leur autonomie.

Les efforts que
la DDC (Direction de Développement et de la Coopération sis Berne) déploient à travers la collecte des fonds pour le développement de nos communautés sont ainsi détournés par des individus mal intentionnés via des projets maffieux, tel que le cas de l’ECAT et projet  T57 unité de contrôle.

L’extension vers la région du Borkou et du Tibesti

Il est à noter que le Programme de Développement Régional Ennedi est destiné à la population de toute la région du B.E.T, comme le prévoyait le document stratégique de la DDC dit Programme Par Pays (PPP) 2002. Il se trouve que la population du Borkou et du Tibesti ne bénéficient pas de l’appui au développement à cause de diverses manœuvres utilisées  par le BuCo pour maintenir le PDR Ennedi dans un stade embryonnaire et avoir une main mise sur les actions. Le traitement inégal entre les régions (Borkou, Ennedi, Tibesti) a engendré une tension entre les cadres du PDR et le BuCo. Car certains individus dotés de mauvaise foi entravent un développement socialement  et économiquement équilibré entre les régions.

Tous les cadres qui ont revendiqués au respect du processus d’extension des actions vers les autres régions, ont été expulsés ou poussés à démissionner. Cette stratégie permet au réseau d’accumuler des fonds pour s’enrichir.

A travers la manipulation des certaines autorités issues des régions d’intervention de chaque Programme de
la Coopération suisse, ils tentent d’édulcorer la réalité de la mauvaise gestion du programme Tchad. A titre d’exemple, après la parution de l’article du Coordinateur Adoum Korom,  tous les membres du réseau se sont mobilisés pour trouver des issus favorables à leur sort. C’est pourquoi nous demandons aux autorités d’agir avec beaucoup de vigilance sur l’imbroglio  de l’affaire S. Schenck et  ECAT. Car, le dossier Tchad est actuellement en pleine agitation au niveau de la DDC –Berne. Des inspections sont en cours pour faire la lumière sur la gestion passée et présente du BuCo -Tchad.

A lire prochainement
 : les investissements détournés par l’ECAT et les mystères du projet de lutte contre la désertification au BET appelé GUP dont le coût est estimé à neuf milliards (9. 000 000 000) FCFA !!!

Par
 : Mahamat Ali Togoï et Mahamat Kosseï Allahimi,
ex-cadres du PDR Ennedi.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0