Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'actualité internationale est très riche en ce début de l'année 2011. Des évènements majeurs et d'importance capitale passent même inaperçus tellement qu'il y a à dire et à redire.

Le Soudan est désormais scindé en deux, le Sud et le Nord Soudan. Le réferendum tant redouté est passé comme une lettre à la poste. On attend donc le mois de juillet prochain pour accueillir le 55 ème Etats de l'Afrique. Certains illimunés de pacotille ont vite jugé et considéré le choix des Soudanais comme erreur monumentale dont les conséquences détastreuses auraient un effet de dominos sur les pays  voisins voire sur toute l'Afrique noire. Le Général Sultan Président Dictateur (GSPD) du Tchad, Idriss Deby Itno, a une fois de plus montré quel piètre politicien est-il et surtout, il a fait honte à notre pays devant le monde entier. Certes, mais vous me direz qu'il y en a eu bien d'autres beaucoup plus abracadabrantesques.

 

 

La Cote d'ivoire respire un peu malgré les sanctions économiques que les populations commencent à ressentir les effets négatifs. Les médias françafricains ont d'autres chats à fouetter ce dernier temps. L'UA,  en décidant de la mise en place d'un panel de 5 chefs d'Etat appuyés par des experts pour examiner la crise ivoirienne dans son intégralité, rejoint le camp du Président Laurent Gbagbo qui a très tôt offert cette possibilité pour une sortie heureuse et pacifique de la crise. C'est inconstestablement une défaite pour Alassane Ouattara qui a plutôt misé sur la force d'un commando de mercenaires et l'étouffement  économique du pays pour espèrer retrouver le palais présidentiel "squatté" par Gbagbo. Signalons au passage la présence décrié du Président Blaise Compaoré du Burkina voisin que les Ivoiriens considèrent comme la marionnette de Sarkozy. Mais que dire alors de GSPD du Tchad ? Quels conseils pourrait-il vraiment donner aux deux protagonistes ? Ne vous trompez pas, les ivoiriens connaissent bien le dossier du GSPD et ne manqueront pas d'ouvrir les vannes au petit dérapage. Même le patibulaire Alioune Tine de la Raddho s'est désolé de la présence du GSPD du Tchad dans ce panel de chefs d'Etat. C'est vous dire combien le type est ingrat, la reconnaissance du ventre devrait normalement l'empêcher de descendre ainsi son mentor. Mais comme on sait, entre bandits de grands chemins, tous les coups bas sont permis.  


Le monde arabe tremble depuis qu'un jeune Tunisien a abrogé sa vie pour exprimer le désespoir qu'il vivait péniblement depuis pratiquement son existence. Non seulement son geste a fait tomber le régime autocratique du sieur Ben Ali mais mieux, il a fait basculer toute une région jusque-là sous contrôle stricte des régimes militaro-monarchiques. Fini donc les règnes de 30 ans, l'état d'urgence sans fin, les élections bidons et aussi fini les successions familiales à la tête des Etats. 

Le peuple Egyptien manifeste toujours pour réclamer le départ immédiat du Raïs Hosni Moubarak qui refuse de rendre le tablier et indexe l'ingérance inacceptable des pays étrangers. L'armée egyptienne s'est déclarée indignée par les injonctions qui fusent de l'étranger pour décider à la place des Egyptiens. Les Etats-Unis et les pays européens encouragent ouvertement le changement, ils craignent au-dessus tout pour la sécurité d'israel. Sarkozy n'est pas allé avec le dos de la cueillère et a comparé le départ éventuel de Moubarak à celui du Shah d'Iran en janvier 1979. Mais pour l'heure, Hosni Moubarak restera Président jusqu'en septembre 2011 où il y aura des élections auxquelles il a déjà annoncé qu'il ne se représentera pas. Il a tout de même confirmé avoir cédé certains de ses pouvoirs au Vice-président Oumar Souleyman. C'est le schéma final retenu, l'armée entrera bientôt en jeu pour demander au million sur les 80 millions d'âmes que compte l'Egypte de rentrer chez eux. Moubarak se rendra bientôt en Allemagne pour des soins, il sera de retour des mois plus tard.

L'Algérie gronde encore et se prépare à une grande manifestation. Le gouvernement a annoncé la fin de l'état d'urgence qui dure depuis 19 ans et évidemment annoncé une armada de mesures sociales. Là aussi, ça risque de déraper grave.

La Libye où tout le monde lorgne maintenant le Colonel Khadafi, seul Chef d'Etat au monde qui règne depuis 40 ans sans organiser la moindre élection. Les informations relayées par les organisations de défense des droits de l'homme font état d'une véritable terreur qui se déroule à huis clos dans les principales villes libyennes. Les comités populaires libyens font du porte à porte pour "sensibiliser" les familles libyennes sur la nouvelle trouvaille des occidentaux pour détruire les pays arabes. Toute contradiction ou la moindre remarque déplacée, entraine une bastonnade à domicile et une surveillance policière. C'est dire que ça bouillonne dans les foyers en Libye et la marmite risque d'exploser à tout moment. Khadafi et son clan prient Dieu pour que cette vague passe très vite pour tenter de trouver une autre parade à la question de la gouvernance dans les pays arabes. Vivement la fin des Khadafi !

Tag(s) : #Question sur l'Actualié