Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

imamhassanhissein

Participant au dernier sommet de la CEN-SAD, le Colonel Khadafi en a profité pour prolonger son séjour Ndjaménois. Comme à l'accoutumée, il a rencontré plusieurs individus et a procédé à la pose de la première pour la construction d'un complexe islamique dans la capitale tchadienne.

 

Comme les précédents, ce dernier sommet de la CEN-SAD n'a apporté aucune innovation, c'est la rhétorique habituelle qui consiste à encenser le Guide de la révolution libyenne, grand commandeur de l'ordre islamique mondial pour ses bienfaits à travers le globe terrestre. L'ordre du jour du sommet de Ndjaména était en fait la préparation du sommet de l'union africaine qui devrait se tenir à Kampala en Ouganda et où Khadafi s'obstine à sa chère idée de dissoudre la Commission de l'UA et la remplacer par un gouvernement.

Pour engager ce bras de fer avec les pays qui n'éprouvent pas de problèmes alimentaires, le Colonel Khadafi ne lésine pas sur les moyens financiers. Outre les chefs d'Etat des pays membres de la CEN-SAD qui ont été gracieusement gavés, nous avons noté la présence d'une kyrielle d'experts en tout genre, venus expressément dans la capitale tchadienne pour monnayer auprès du Guide Libyen leurs compétences en terme de lobbying, de communication et marketing politique, bref tout leur savoir faire de mercenariat politique. Le résultat, vous en doutez, est un échec cinglant.


A Kampala, le président Tchadien, en sa qualité de nouveau président en exercice de la CEN-SAD, avait la lourde charge de plaider les caprices du Guide Libyen. Et comme il sait si bien le faire, Idriss Deby Itno a véritablement aboyé du haut de la tribune de l'UA. A tel point que le Premier ministre Ethiopien a dû le rappeler à l'ordre Deby en lui criant qu'il fait fausse route.

 

Lorsque la première personnalité politique du pays se livre à de telles bassesses, vous comprendrez aisément que d'autres peuvent lui emboiter facilement le pas. En Afrique, on imite bien le chef. Nous avons ainsi vu l'imam de la grande mosquée de Ndjaména, Cheikh Hassan Hissein Abakar, se lancer dans un éloge digne d'un griot du temps du Sultan Saboune. Criant à tue-tête, la première personnalité religieuse du pays, a magnifié les oeuvres du Colonel Khadafi, il l'a rendu prophète et dieu sur la terre de Toumaï. Tout ça pour la construction d'un complexe islamique financé par la Libye.

 

Il faut dire que l'imam de la grande mosquée de Ndjaména, ancien Colonel de l'armée soudanaise, vit des jours heureux depuis que son protégé Deby et son président El Béchir se sont réconciliés. Rappelons que l'imam a officiellement demandé à Deby de déplacer la cathédrale de Ndjaména qui, à son humble avis, ne mérite pas cet emplacement stratégique ! 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :