Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaire du cambriolage de l’avion militaire français au Cameroun : des Camerounais s’emparent d’une cargaison évaluée a Ndjamena à 300 millions d’euros (197 milliards de F CFA) !!! Record absolu……

C’est une affaire extraordinaire qui vient de commencer avec le cambriolage de l’avion militaire français survenu, il y a quelques jours, dans la capitale camerounaise.

L’avion a passé la nuit à l’aéroport de Yaoundé pour une escale technique avant de regagner le Tchad. Placé sous la garde de la gendarmerie camerounaise, le cambriolage s’est déroulé sans problème, la cargaison a été vidée et emportée. L’équipage séjournait dans un hôtel de la place.

Très vite, en quelques heures, c’est la présidence camerounaise, les services spéciaux, la direction de la sécurité présidentielle, le ministère de la défense qui se mobilisent, une rafale de sanctions tombe en quelques heures; le Commandant de la légion centre, le Colonel ZAL est limogé, le Commandant de la compagnie de l’aéroport est, lui aussi démis de ses fonctions, ainsi que ces deux adjoints.

Ce n’est pas fini, le Commandant de la brigade de surveillance est relevé de ses fonctions ainsi que tous ses collaborateurs. L’Ambassadeur de France a débarqué en personne à l’aéroport. Plusieurs hôtels de la place ont été perquisitionnés, mais toujours rien, les cambrioleurs restent introuvables.

Au Tchad, destination finale de la cargaison, l’émotion est à son paroxysme, la présidence tchadienne a envoyé une délégation par avion spécial. Le président Idriss Deby a écourté son séjour à Copenhague et est rentré dare dare à Ndjamena. La cargaison est estimée à 300 millions d’euros, autrement dit 197 milliards de FCFA. C’est une très grosse affaire qui démarre ainsi, et qui éclabousse la mission Epervier. Une chose est sûre, cette affaire pose le problème de ce qui se passe à l’intérieur des bases militaires implantées en Afrique dans la mesure où personne ne peut dire avec certitude que des trafics n’y sont organisés, puisque aucune autorité du pays d’accueil ne peut y exercer le moindre contrôle.

Le vol de cette cargaison d’euros destinée au Tchad ayant eu lieu à Yaoundé, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale dont le siège est justement dans la capitale camerounaise, est interpellée, dans la mesure où elle est l’organe chargé de veiller au respect des règles et procédures en matière de circulation monétaire et ce, en relation directe avec la Banque de France.

Affaire à suivre…
 
Source :
http://www.zoomtchad.com 

Tag(s) : #Politique