Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

yayadillo.jpgYaya Dillo Djerou, ce jeune homme d'une quarantaine d'années, aurait pu entrer dans l'histoire par la grande porte n'eut été ses interférences avec ses oncles Erdimi et leur abominable projet de pérenniser le pouvoir zaghawa au Tchad.

En effet, rappelez-vous que c'était en octobre 2005, après plusieurs mois de brouille au sommet du clan zaghawa au pouvoir depuis 15 ans, que M. Yaya Dillo Djerou, à la tête d'une vingtaine de Toyota de la garde rapprochée présidentielle (GR), ouvre le bal de la désertion massive de l'armée «régulière» tchadienne vers la frontière Est du Tchad.  Ces oncles Erdimi, Aguid, Diar, ect. le suivront plus tard dans cette rébellion. Ce déclic a  été la goutte d'eau qui a fait débordé le vase et a provoqué tout ce que vous savez  déjà. L'UFR en est aujourd'hui l'une des dernières résultantes qui hante encore le sommeil de Deby et du clan restreint toujours au pouvoir.

Depuis, Yaya Dillo Djerou est revenu à la case de départ, auprès de son  oncle président, Idriss Deby Itno qui s'accroche vaille que vaille à son fauteuil présidentiel. Il a été aussitôt nommé Secrétaire d'Etat au ministère des affaires étrangères. Imbu de sa personne et très peu sociable, Yaya Dillo va passer un sale temps dans ces ministères qu'il va arpenter en si peu de temps sans rien piger. Du ministère des mines et de l'énergie à sa fonction actuelle de simple Chargé de mission à la présidence en passant par les secrétariat d'Etat du ministère chargé des relations avec l'Assemblée nationale, le ministère de l'agriculture, le nombre d'accrochages avec ses collaborateurs et les scandales se comptent par dizaine. Une intégration tumultueuse.

Par exemple, quand il était Ministre des Mines et de l'énergie, Yaya Dillo a viré sans ménagement quatre chefs de service à la STEE pour les remplacer par ses parents chômeurs et sans aucune qualification professionnelle. Les protestations du DG de la STEE n'ont servi à rien car le ministre n'acceptait pas que ses instructions soient discutées, elles sont des ordres et doivent exécutées sans  tarder ni broncher. Plus surprenant encore, lorsqu'on constate que le ministre Dillo avait une conception toute particulière de la STEE qu'il assimile à un gros groupe électrogène qu'il faut faire fonctionner en mettant tout simplement du gasoil. L'aspect technique, administratif et commercial, il ne les a pas vu ! Après quelques jours de service, les quatre mousquetaires parachutés par Yaya Dillo abandonnèrent leur poste à la STEE. Pour une fois, ces derniers ont compris qu'ils ne sont pas à leur place et étaient partis ponctionner ailleurs.
timane.jpgEvidemment, une telle conception de l'entreprise a surpris plus d'un observateur. En effet, comment comprendre qu'une personne qui, dit-on, aurait fait des études d'ingénierie au Canada, pourrait réagir de la sorte ? De l'avis général, Monsieur Dillo n'a plus toutes ses facultés mentales en place. Il semble même que certaines personnes auraient très tôt relevé cet état dès son retour de la rébellion. Les mêmes personnes soutiennent que les séquelles de son incarcération à Khartoum sur ordre de son oncle Timane Erdimi sont pour quelque chose. Nous nous rappelons tous des crises au sein du SCUD, RAFD puis RFC et qui ont abouti à l'arrestation et à l'emprisonnement de Monsieur Yaya Dillo Djerou durant plusieurs mois. A l'époque de cette affaire, des écrits le plus souvent rapportés par Monsieur Hassane Abdelkerim Bouyebri, informaient que Monsieur Dillo a été enfermé pendant des jours dans une latrine d'une concession à Eldjinéné, sans eau ni nourritures et aurait subi des sévices corporelles voires tortures des hommes de Timane Erdimi. Des faits qui l'ont sérieusement secoués.

Aujourd'hui, alors que les jeunes Zaghawas sont promus tous azimuts dans l'administration, dans les sociétés d'Etat, dans les projets et  leurs nombrables marchés financiers, ect., Yaya Dillo Djerou quant à lui est admis dans un de nombreux bureaux vides de la présidence de la République où il cotoie des vieux retraités de la fonction publique et autres généraux usés. C'est vraiment catastrophique pour un jeune, qui se veut du clan, mais c'est peut être cela le prix de la trahison. Et comme l'a si bien relevé mon ami Korei Djimi du RTJ, on ne connaît pas encore le vrai visage de Deby.

A méditer.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :