Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 ismaelhachim


Ismaël Hachim Abdallah
, le président de l’Association des Victimes des Crimes de Répression Politique (AVRCP), n'est plus. En effet, Monsieur Hachim qui suivait dans l'Est du Tchad Idriss Deby Itno dans son vagabondage, a été victime d'un accident de la route, sa voiture a fait plusieurs tonneaux, il y aurait eu plusieurs blessés et morts. Cet accident est intervenu à la veille de la fête de l'Aïd el Fitr, Ismaël Hachim et d'autres personnes fonçaient vers le trou perdu d'Amdjarass pour justement célébrer cette fête avec le diable en personne
.

 

Ismaël Hachim Abdallah, faut-il le rappeler, a été le Directeur de Cabinet du Ministre de l'intérieur Brahim Mahamat Itno durant la 3ème République. Impliqué dans le coup d'Etat d'avril 1989, orchestré par la bande de Deby-Djamous-Itno et leurs parrains Français et Libyens, Monsieur Hachim a été pris avec deux valises bourrées de passeports, de documents administratifs et des divers cachets alors qu'il tentait de s'enfuir de la capitale N'djaména. Il recouvrira la liberté avec l'arrivée au pouvoir du MPS. Depuis lors, il s'est activé au sein de l'ANS et a été mêlé à tous les coups tordus du régime mafieux, criminel et impopulaire d'Idriss Deby Itno.

 

Au déclenchement de la cabale politico-judiciaire contre l'ancien Président Hissein Habré, Ismaël Hachim Abdallah va trouver là une occupation qui lui rapporte non seulement gros en terme financier mais en plus d'exister sur la scène politique grâce à son association dénommée AVCRP. Inutile de vous préciser que cette association ignore royalement les crimes de toutes sortes commis depuis sous le régime MPS.


Sa collaboration avec la bande de Jacquelines Moudeina encadrée par Reed Brody (HRW) et Alioune Tine (RADDHO) ne fera pas long feu. Comme dirait l'autre : "les bandits de grands chemins ne se disputent que lorsqu'il s'agit de partager le butin". En effet, Hachim, Jacquelines et Clément Aboufouta se sont révélés experts en « victomologie ». S'auto-proclamant porte-parole et défenseur des « victimes » de l'ancien régime, Hachim et ses camarades vont racketter tour à tour les chancelleries, les organisations non-gouvernementales et l'Etat tchadien mais aussi les associations de défense des droits de l'homme à travers le monde et même des institutions internationales. Un véritable business humanitaire qui leur permet de voyager entre Ndjaména, Libye, Bruxelles, Paris, Dakar et les capitales qui reçoivent les sommets de l'Union Africaine. Partout où ils se rendent, passé le show mélodramatique devant les journalistes, ils s'empressent pour partager les pécules et foncent dans les marchés pour les achats de marchandises. A Dakar, des écrits en ligne ont rapporté le cas flagrant de Jacquelines Moudeina qui a transformé le siège de la RADDHO en un véritable magasin de consigne de marchandises.

 

Courant toujours derrière l'appât du gain facile où tous les coups tordus sont permis, Ismael Hachim et ses camarades ne cachent plus leur désaccord quant au partage des aides et autres budgets. La goutte d'eau qui fera déverser le vase interviendra lorsque la chancellerie de la République d'Allemagne au Tchad a octroyé au nom de l'association un don de 15 millions de francs Cfa aux « victimes » virtuelles de l'ancien régime. Cette somme, aussitôt encaissée, sera aussitôt détournée par Me Jacquelines Moudeina et Clément Aboufouta et virée dans leur compte personnel. Ismael Hachim floué, porte plainte à Ndjaména et claque la porte de l'association des malfaiteurs, il créé sa propre structure. A Dakar où ils convergent tous, la porte lui sera fermée hermétiquement avec la complicité active de Alioune Tine de la Raddho et bien entendu de leur grand patron, le Juif-américain Reed Brody.

 

Grillé à l'étranger, Ismaël Hachim s'est finalement rabattu sur l'Etat tchadien où il compte sur des soutiens solides des mafioso du clan au pouvoir pour qu'un projet de loi permettant d'indemniser les « victimes » soit adopté. Le 4 novembre 2008, lors d'une conférence de presse tenue au siège de son association, il déclare : « Beaucoup d’entre nous sont morts et nous sommes pas sûrs que Hissein Habré sera jugé. Il faut d’abord nous indemniser.... Ce projet de loi a été adopté en conseil des ministres et transmis à l’Assemblée nationale depuis 2005. Son adoption permettra aux victimes d’entrer dans leurs droits, car, plus le temps passe, plus les victimes meurent ».

 

A la veille de cette fête de l'Aïd el fitr, Ismaël Hachim Abdallah a quitté ce bas monde pour l'au-delà. Il répondra de ses actes devant la seule et vraie Justice, celle de Dieu.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :