Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

rat.jpgVoilà ce que l’on entend régulièrement depuis l’alternance en 2000. Mais depuis 11 ans que nous avons assisté aux pires formes de trahisons, de bourdes, de scandales, de crimes, de vols, d’humiliations, de forfaitures, de discrédits, de flagrants délit de vol / mensonge / fraude / faux, et j’en passe, qui a déjà constaté de la part des auteurs concernés le moindre sentiment de regret.

Tout de même !!! Si les rats ça démissionnait, cela ne se saurait-il pas depuis longtemps ? On sait pourtant tous ce qu’est un rat : « Ce petit mammifère rongeur très nuisible, vivant à l'état sauvage ou domestique. Par leur grande voracité et leur grande fécondité, les rats causent des dégâts importants aux cultures et à tous les stocks alimentaires, et privent l'homme d'une grande quantité de vivres ».  Qui a déjà vu un rat sortir de chez lui, la tête baissée, l’air gêné car conscient d’être indésirable dans les entrailles des murs de la maison ?

Nous avons tous constaté que depuis qu’il s’est débarrassé de ses premiers collaborateurs au début de l’alternance en 2000, Abdoulaye Wade a redéfini les principaux critères de recrutement de ses proches collaborateurs, ministres, directeurs de cabinet, directeurs généraux, députés, conseillers, etc…. Ils doivent avoir une parfaite indifférence par rapport à l’indignité, au ridicule, au déshonneur, à la morale, à la foi, à la fidélité. Pour trouver ce type de profil, Wade va puiser avant tout dans les poubelles des autres partis, dans les décharges à ordures politiques, ……., bref il va chercher tout ce que le Sénégal compte de plus vil et de plus médiocre afin de ne pas être indisposé dans les pratiques avec lesquelles il compte diriger le pays.

Tous ceux qui affichent un soupçon d’hésitation à voler, mentir, trahir, tuer, violer, sont automatiquement chassés ou éloignés de la cour du maître en ces matières. Ses tous premiers collaborateurs au début de l’alternance l’ont très vite appris…..

Sachant tout cela, quelle plus grande perte de temps que de demander à un Cheikh Tidiane Sy -Ministre de la justice- de démissionner lorsque l’on n’ignore pas son passé de conseiller de dictateurs, mouillé dans les affaires les plus sordides, lorsque l’on voit de quoi sont capables ses deux fils Arona et Pape Ousmane SY. Mauvais sang ne saurait mentir me direz-vous. Ce n’est donc pas pour une affaire de faux coup d’Etat, ou pour toutes les parodies de justice qu’il a commanditées, ou les bavures policières meurtrières qu’il couvre régulièrement qu’il va penser démissionner.

Comment peut-on demander à un Ousmane Ngom -Ministre de l'intérieur- de démissionner lorsque l’on sait toute la boue qu’il a choisie d’avaler afin de conserver son fauteuil sous Diouf, avant de le soutenir en 2000 avec son fameux « changement dans la continuité ». Et après la défaite de Diouf, comment, lors d’une audience au palais, il n’a pas hésité à ramper de sa chaise aux pieds du nouveau locataire de ce palais en le suppliant de le pardonner et de le faire revenir à ses côtés afin qu’il continue à « apprendre tout ce qu’il ne faut pas faire » comme il le disait si bien.

Comment peut-on attendre naïvement d’un ver de terre qu’il démissionne ? Laquelle de ses vestes, lequel de ses pantalons, lequel de ses sous-vêtements le mal éduqué Aliou Sow - Ministre de la décentralisation - n’a-t-il pas retourné au moins une dizaine de fois pour mériter de rester le boy de service des Wade comme il l’a affirmé lui-même lors d’une interview : « Même si Maître Wade me veut comme boy, j’accepterai sans hésitation » sont les termes mêmes sortis de la bouche de ce petit malappris qui dit attendre que l’on marche sur son cadavre avant de demander des comptes à sa femme aux mains indélicates selon le dernier rapport de l’ARMP. Pour se contenter d’un tel  ver-de-terre comme mari, l’on ne peut qu’être adepte de la facilité et des raccourcis pour s’enrichir.

Est-ce réaliste de demander au fameux cartouchard (13 ans pour une licence) Souleymane Ndene Ndiaye de démissionner alors que lui-même ne se considère pas sérieusement comme un premier ministre ? Les bourdes qui sortent régulièrement de sa bouche ne doivent étonner personne. Lui ne s’en rend pas compte, même si l’on passait une journée à lui expliquer qu’avouer sur la place publique que son patron corrompt ses souteneurs à coups de 30 millions par mois ne fait pas gagner des points à ce patron, ni à lui en tant que convoyeur de cet argent volé.

Ce qui est sûr, c’est que si les rats ça démissionnait, les chimpanzés en seraient capables aussi. C’est ce que doivent ignorer tous ceux qui n’avaient de cesse de demander la démission de Farba alors ministre de l’agriculture, ou ministre des transports aériens, ou ministre de la solidarité nationale. D’abord il ne faut pas s’y tromper. Ce n’est pas parce ça porte un costume, que cela remue les lèvres, que c’est forcément un être humain. Il suffit de fréquenter les cirques pour s’en convaincre.

Comment certains ont pu imaginer que Djibo Ka - Ministre de l'économie maritime - ait déjà eu un seul l’intention de démissionner de son fauteuil pour soi-disant marquer son désaccord au fameux projet de Ticket présidentiel de Wade ? Djibo, l’homme du 14 Mars comme le surnomme notre cher Mody Niang, se serait-il subitement plus le maître de la tortuosité et de la traitrise ? Même lorsqu’il avait été pincé au cœur du scandale de la plus grosse prise de trafic de cocaïne maquillée sous une activité d’élevage de crevettes que Djibo a couvert sciemment de sa signature, il n’a jamais songé un seul instant à démissionner. Ce n’est donc pas pour une banale affaire de ticket qu’il y pensera. Il l’a d’ailleurs dit avec tellement d’insistance au journaliste qui lui demandait si la rumeur était vraie. Réponse de Djibo : « je n’ai jamais pensé démissionner, jamais jamais jamais». Ceux qui attendent naïvement de la part de Djibo un sursaut de dignité sont donc avertis.

N’est-ce pas utopique de demander à des plaisantins de la trempe de Serigne Mbacké Ndiaye de démissionner alors que lui-même ne réalise toujours pas qu’il soit en train de faire autre chose au palais que de lustrer les chaussures de ses occupants ?

En résumé, le mot « démission » ne sera jamais prononcé de la bouche des collaborateurs que Wade s’est choisis,  jamais. Même lorsque par démagogie ou par caprice passager il décide de chasser tel ou tel collaborateur à coups de pieds au derrière, celui-là-ci encaissera, suppliera, résistera jusqu’à l’avant dernier souffle.  

Les rats ça ne démissionne donc pas, et ça ne démissionnera jamais. C’est la nature qui est ainsi faite. Quant au maître des rats et à ses ratons, l’espérer d’eux est tout simplement stupide. Comme disait encore notre cher Mody Niang, le plus infime des scandales qui a éclaboussé directement Abdoulaye Wade est infiniment plus grave que le Watergate qui a vu la démission du président Richard Nixon en 1974. Et comme « mauvais sang ne saurait mentir », demander à Karim de démissionner des postes offerts par papa, des postes marqués tous par des génocides économiques, est une utopie. Quant à Sindjeli (fille de Wade), il faut déjà espérer la voir ailleurs que dans les déserts à faire des rallyes pour pouvoir lui demander de démissionner de son poste de conseillère du président.

Les méthodes qui marchent avec les rats, nous les connaissons pourtant, c’est entre autres s’armer d’un gros bâton ou d’une pierre et chasser le ou les rats. Le 23 Juin 2011 a encore prouvé l’efficacité de cette méthode. Alors débarrassons-nous de ces rats sans plus attendre avant que eux aient fini de ronger tous les piliers de notre foyer commun.

Marvel
affairebi

Quand Abdoulaye Wade affirmait qu'il ne peut pas se représenter à l'élection présidentielle

de 2012 et dressait le portrait de son successeur.

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0