Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

deby amjaress

Tchad : Les coups d’état  contre le  président Déby ou le bal des opportunistes.

 

Les arrestations de certains Officiers supérieurs et les limogeages d’autres ont rythmé la vie politique au Tchad depuis trois semaines. Malgré les démentis  sur les  putschs militaires lus à la télévision tchadienne par le  Haut Commandement militaire de l’Etat major de l’Armée tchadienne, il y a effectivement des complots rivaux en cours.

 

Certains observateurs affirment l’existence de trois coups d’états militaires en préparation, par ailleurs opposées les uns aux autres sur bases claniques. Ce premier groupe de comploteurs, est composé par la famille nucléaire ou proche du président Idriss Déby Itno.

Grâce  à l’esprit clanique et au népotisme du président Déby, les « Itnos » dont la plupart sont caractérisés par leur incompétence intellectuelle, mieux encore par leur  illettrisme car certains qui  n’ont jamais été à l’école, ont pu se  hisser au sommet de la hiérarchie institutionnelle de l’Etat. Les Itnos ont envahi l’administration publique tchadienne : Directeurs généraux des régis financiers,  Ministres, Ambassadeurs, Conseillers à la présidence, Gouverneurs, Préfets, Sous-préfets…Le Tchad est devenu une propriété privée de la famille Itno. Toutes les  richesses du pays sont aux mains de la famille présidentielle et du clan.

 

Voulant toujours plus, ces opportunistes  que le président Déby a sortis de la misère et de leur « état primitif » ont décidé de l’abattre aujourd’hui. Chaque chef des trois groupuscules putschistes rivaux convoite le trône. 

 

Les indiscrétions de certains comploteurs non satisfaits de leurs parts du futur gâteau, confirmeraient l’organisation d’un quatrième coup d’état qui serait élaboré par le Général analphabète Hamada Youssouf Mahamat Itno, neveu du président Déby. Cet officier de pacotille a déjà placé tous ses proches  aux  postes de commandements des unités militaires qui contrôlent les armements lourds. Cependant, en dehors de la famille Itno, le coup mortel surgirait d’ailleurs, là où on ne le soupçonnerait jamais. La surprise de taille viendrait d’un cinquième putsch militaro-civile en préparation. Il serait organisé par une cellule dormante au sein de même de la Présidence, du Gouvernement de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel. L’aile militaire serait dirigée par trois (3) Officiers supérieurs et la branche civile par quatre (4) hautes personnalités : un parlementaire, un  dirigeant  du MPS(le parti présidentiel), un Ministre et un membre du conseil constitutionnel. Quels seraient les profils des six comploteurs et quels liens auraient-ils en commun ?

 

Ils sont membres du MPS ou sympathisants. Un des Officiers, le parlementaire et le Ministre auraient un point commun c’est d’avoir étudié aux Etats-Unis. La troisième personnalité civile, ancien ministre, séjournerait régulièrement à Paris et dans le sud-ouest de la France. Quant à la quatrième personnalité civile, juriste de formation et ancien proche collaborateur du président Déby pendant de longue année, serait lui aussi un ancien étudiant de France. Les deux autres Officiers et leur dernier comparse juriste, quant à eux seraient déçus car les postes de responsabilités qui leurs seraient promis car ils sont en dessous de leurs ambitions. Hésiteraient-ils à quitter le navire ? Enfin, un détail aussi important pour ce complot est la présence dans cette cellule dormante les ressortissants de la région du Logone orientale, productrice du pétrole, exploité par la compagnie américaine Esso.

 

La « parité » établie dans cette composition des sept(7) comploteurs entre les anciens étudiants tchadiens des Usa  et de France, sudistes et nordistes, supposerait un certain accord entre ces deux puissances pour en finir avec  Déby ? Ces deux pays auraient-elles la ferme volonté de se débarrasser de leur fidèle serviteur qu’ils avaient pourtant toujours soutenu depuis 21 ans? En matière de trahisons diplomatiques et politiques, elles sont monnaie courante.


Au fait, Déby lui-même n’a-t-il pas trahi le président Habré ? Va-t-il récolter aujourd’hui ce qu’il avait lui-même expérimenté avec succès en décembre 1989 contre son prédécesseur ? En tout cas, il mérite fort bien ces coups d’états pour ses crimes.

 

Les rancœurs survenues entre les comploteurs sur le projet des futures postes à pourvoir de l’après Déby (partage du gâteau), les confrontations tribales au sein de ces opportunistes, auraient conduit a levé le voile sur ce cinquième putsch qualifié par ailleurs de «sudiste» par les « nordistes » car il est à dominante sudiste.

Le constat est véridique car depuis la désignation du chansonnier Emmanuel Nadingar au poste de premier ministre, on note une percée « significative » des nominations des courtisans sudistes du président Déby aux postes de responsabilités dans tous les départements ministériels, y compris celui ultra sensible de la défense et de l’Etat-major général des Armées. Quelques sudistes de France, des Usa, Canada, Belgique… furent nommés  à des postes de responsabilités à la présidence, à la primature, dans l’administration territoriale sans aucune compétence avec leurs formations initiales. Le tragédie administrative pour certains d’entre-eux, c’est qu’ils ont obtenu des diplômes universitaires très en dessous de nombre d’années passées en France, Canada, Belgique, Sénégal, Cameroun, Egypte, Soudan, Tunisie...

Ces cancres et opportunistes ont passé leur vie à faire la fiesta au lieu d’étudier consciencieusement avec les bourses des contribuables tchadiens qui se sont sacrifiés.

Le «griotisme» et la traîtrise ont payé pour ces ex-veilleurs de nuits ou « abagardis » de France qui ne méritent pas d’occuper ces postes pour lesquels ils n’ont pas été formés par conséquent ils sont incompétents. C’est le bricolage dans l’administration tchadienne, un nid des médiocres.

 

Les sudistes s’apprêteraient-ils à prendre leur revanche depuis leur lamentable défaite militaire et leur éviction du pouvoir en 1979 par les CCFAN d’Hissein Habré ? En tout cas, les sudistes y tiennent mordicus. C’est pour cela qu’ils se sont alliés à un noyau de nordistes aigris et humiliés tout autant par le président Déby afin de fomenter le cinquième coup d’état. Le président Déby les laisseraient-ils passer à l’action pour les neutraliser et en profiter pour réduire au silence tous les ennemis potentiels ? Ou frapperait-il avant les comploteurs par mesures préventives ?  

 

Les mêmes veilleurs de nuits ou abagardis nordistes ont bénéficié tout autant de ces mêmes promotions dans les institutions de l’état. Au Tchad, la promotion des cancres  ou la « médiocratie » est érigée en mode de gouvernance. Alors, pourquoi s’étonner que notre pays soit le dernier sur la liste en matière de développement ? Le Tchad est à l’image de ces cancres et pseudo intellectuels qui nous gouvernent.

 

Les traîtres « nordistes » et « sudistes » veulent toujours plus  pour eux-seuls et leurs familles. C’est la raison pour laquelle ils collaborent avec le président Déby dans les crimes contre les tchadiens depuis 21 ans. Les populations du nord et du sud n’attendent rien de bon  pour elles  à travers cette  lutte entre rapaces du régime.

   

Tous ces opportunistes tchadiens sudistes et nordistes, ces « darabamen ou gombomen » sont des traîtres. Qu’ils aillent tous griller en enfer avec leur maître Déby, car leur bal satanique n’intéresse pas les populations victimes du régime des Itnos et ses courtisans.         

 

Brahim Adoum Pierre

brahim_adoum13@yahoo.com

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0