Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déclaration

Forum national des droits de l’homme au Tchad : c’est du miroir aux alouettes !

mak
Annoncé avec fracas et à grand renfort médiatique par le Gouvernement tchadien et M. Abderamane Djasnabaille, ministre chargé des droits de l’homme et de la promotion des libertés, le Forum national des droits de l’homme au Tchad s’ouvre le 10 mars 2010 à Ndjaména, mais dans l’indifférence générale de toutes les couches sociales tchadiennes brimées et opprimées par un régime totalement répressif à divers niveaux.

Selon nos informations, plusieurs organisations qui œuvrent pour les droits de l’homme au plan sous-régional et international, sont conviées par les autorités tchadiennes afin d’y participer à ce forum dont le mobile dominant, est destiné, principalement, à redorer le blason au régime en place et convaincre l’opinion publique internationale que le Tchad est respectueux des instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme mais aussi à démentir les allégations soutenues par l’opposition et autres voix discordantes au pouvoir central et solitaire d’Idriss Deby.

Nous estimons donc que la tenue de ce Forum, est inopportune et relève du
miroir aux alouettes aux yeux des observateurs nationaux et internationaux avertis et éclairés sur la situation relative aux violations massives et permanentes des droits de l’homme au Tchad depuis vingt (20) ans de règne terreur, d’humiliation, d’exclusion sociale, des répressions politiques et du non-respect des droits élémentaires et des libertés fondamentales des citoyens tchadiens complètement réduits au silence dans le pays.

De plus, il convient d’ajouter que la grave situation des droits de l’homme dans nos grandes agglomérations urbaines et rurales au Tchad, est légendaire et patente, étant donné que chaque jour que Dieu fait, nous apprenons des cas d’arrestations d’opposants, d’intimidations des citoyens par les combattants proches d’Idriss Deby ou autres dignitaires de son régime.

Les droits civiques, politiques et socio-économiques de nos citoyens sont transgressés sans que de structures locales investies de la mission de défendre leurs causes ne soient émues et plaident en leurs faveurs. A ce constat, viennent s’y greffer la traque des opposants tchadiens et autres personnes même apolitiques se trouvant à l’extérieur du pays.

Nous avons des cas d’arrestations telles que : celle du Général Baba Ladde, chef rebelle du Front Populaire pour le Redressement (FPR), arrêté à Bangui en octobre 2009 alors qu’il était en négociation de paix. Il a été transféré vers Ndjaména à la demande du Gouvernement tchadien, l’interpellation à Lomé par les autorités togolaises M.Hassane Fadoul Kitir, réfugié politique tchadien et témoin clé dans l’affaire des faux billets du Bahrein qui met en exergue l’implication directe du Président tchadien dans cette vaste escroquerie financière, des étudiants tchadiens interpellés par la police congolaise sur instructions données par l’Ambassade du Tchad accréditée dans ce pays hôte.

Plusieurs autres cas sont à évoquer et citer, mais la liste risque d’être longue et vous ennuierait davantage.

Ainsi, nous pensons donc que devant un tel et triste panorama qui dresse un bilan tout à fait négatif des droits de l’homme au Tchad, les responsables des organisations internationales traitant de la question, ne doivent pas manifester le désire de prendre part à un tel Forum sinon, cela reviendrait à cautionner aussi l’arbitraire, l’impunité et le despotisme d’Etat sur toutes ses formes illégales et se faire compromettre aux yeux des opprimés tchadiens.

C’est pourquoi, nous appelons tout les acteurs de la société civile venus d’ailleurs pour participer à ce Forum de faire de prudence et suivre le déroulement des travaux mais aussi de profiter de leurs séjours au Tchad pour échanger avec les citoyens lambda afin de mieux s’imprégner et avoir une approche globale du contexte des droits de l’homme dans ce pays.

Si au plan sous-régional et international, on reste soucieux du respect des droits de l’homme au Tchad, il faut retenir que ce Forum n’est autre qu’une opération de charme initiée par les autorités en place pour une fois, de plus duper la vigilance de la communauté internationale sur des sujets relatifs aux droits humains dans notre pays.


Fait à Dakar, le 09-3-2010


Makaila Nguebla
Tel : 00 221 77 617 31 47
Tel : 00 221 33 825 93 72

 

 

 

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :