Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

grene.jpg

 

Excellence, quel est l’état des relations entre le Tchad et la Libye ?


Le Tchad et la Libye sont deux Etats liés par la géographie. L’un est le prolongement de l’autre. Outre le prolongement ethnique entre le peuple libyen et tchadien, les deux peuples sont liés par des relations religieuses décisives.

Avec l’arrivée du MPS au pouvoir il y a 20 ans, les relations tchado-libyennes se sont consolidées davantage dans l’intérêt des deux peuples, tchadien et libyen, au service de l’Afrique centrale et de l’Union africaine.

 

La Libye est très présente dans l’immobilier et même le foncier. La Libye a acquis beaucoup de terres à usage agricole dans la région du lac et du mayo-Boneye (Bongor). Qu’est ce qui explique cela ?


C’est l’ère des intérêts communs entre les peuples. La présence visible de la Libye dans le domaine des investissements consolide ces relations. Ce n’est pas étrange. Tout ceci est au profit des citoyens. Avec l’arrivée du MPS, la situation du pays est devenue stable. L’investissement résulte de la sécurité et de la stabilité. La coopération entre le peuple tchadien et libyen se traduit par tous ces projets, au niveau de l’hôtellerie, de l’agriculture, de l’enseignement. Ces bienfaits sont ressentis par les citoyens et cela nous donne de la fierté.

 

La Libye vient d’entrer dans le capital de la société tchadienne de télécommunication (SOTEL). C’est un nouveau tournant pour les investissements libyens au Tchad ?


La Libye participe au capital de la société à hauteur de 60%. J’ai appris que le trésor libyen a transféré 30 millions de dollars à la société libyenne qui est entrée dans le capital de la SOTEL. Les modalités pratiques seront prises. Le nouveau Directeur général de la SOTEL viendra de la Libye dans quelques jours. Nous vivons l’ère des communications, celui qui possède des moyens peut les y investir et en tirer des dividendes.

 

Au dernier sommet afro-arabe de Syrte, le Guide Libyen aurait pesé de tout son poids pour que le Tchad rejoigne la ligue arabe. En quoi l’entrée du Tchad dans la ligue arabe est bénéfique pour ce pays ? Dans un pays très majoritairement négro-africain, l’entrée dans la ligue arabe ne sera-t-elle pas une source de problèmes internes ?


L’entrée du Tchad dans la ligue arabe va dans l’intérêt du Tchad et de l’Afrique. Car le Tchad est lié au Moyen Orient. Le Tchad est entouré par l’Algérie, l’Egypte, la Libye, le Soudan et le Niger. Le Tchad n’est pas un pays négro-africain. Plus de 85% de la population tchadienne est d’origine arabe et non négro-africaine. Nous ne sommes pas aujourd’hui à l’ère des tribus, des races. C’est l’ère des intérêts. Et l’intérêt du Tchad se trouve dans son voisinage africain, arabe et islamique.  L’entrée du Tchad dans la ligue arabe matérialisera la politique africaine. Vous savez très bien que plus de 80% de la population tchadienne est d’origine arabe. J’affirme qu’il n’y a aucun problème contraire à l’intérêt du Tchad en ce qui concerne son entrée dans la ligue arabe.

 

Le Tchad, comme beaucoup de pays africains, fête cette année les 50 ans de son indépendance. Quelles sont selon vous les leçons à tirer de ces 50 ans d’indépendance en Afrique ?


Les Tchadiens sont conscients de leur histoire, de leur indépendance. Depuis l’avènement du MPS au pouvoir, un système politique s’est instauré au Tchad. Il y a eu stabilité et développement. Des routes ont été construites. La population a accès à l’eau et à l’électricité. L’ère de la soumission et du colonialisme est révolue. Les Tchadiens ont maintenant leur destin en main. Ils décident de leur sort, de leur sécurité, de leur développement, de leur pétrole, de leurs projets économiques. Aujourd’hui, les leçons à tirer sont la stabilité, la sécurité, le développement et les rapports fraternels avec les pays voisins et la sous-région.

 

La Libye a joué un rôle important dans les négociations entre le gouvernement tchadien et les rebelles. Aujourd’hui la plupart des chefs politiques de la rébellion ne sont pas rentrés. Que peut bien faire la Libye pour leur retour au bercail ? Est-ce que l’arrestation des chefs militaires, rentrés récemment, par le régime de N’djaména n’est pas un handicap pour la réconciliation nationale ?


La Libye a joué un rôle important de la libération du continent africain du joug du colonialisme et de la soumission. Khadafi est devenu la figure emblématique de tous les peuples africains. Nous avons contribué efficacement pour la stabilité et la sécurité du Tchad, pour que les fils du Tchad gouvernent. Nous travaillons jour et nuit pour trouver un accord entre la rébellion car ce problème n’arrange pas le continent africain. Arrêter une ou deux personnes, c’est un problème simple qu’on peut résoudre. Il faut distinguer entre ce que nous ressentons aujourd’hui, le changement intervenu (routes, hôpitaux, écoles, etc.) et le fait de s’entretuer. Nous devons voir comment nous étions et ce que nous sommes devenus.

Que veulent ceux qui sont venus en Afrique ? Ils sont à la recherche de leurs intérêts Tchadien, tu dois bâtir ton avenir ton avenir. Tous les peuples ont bâti leur propre avenir, librement, avec leurs propres moyens et surtout volonté. Les colonisateurs doivent nous laisser tranquille.

Source : Le Temps, n° 676 du 1er au 6 décembre 2010

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0