Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

khalil-ibrahim.jpg
Dans notre précédent article, nous soulignions l'agitation sur l'axe Ndjaména - Khartoum. Nous avons mentionné le passage à N'djaména du Représentant de l'UA africaine pour le Darfour, le Colonel Djibril Bassolé. Nous écrivions que le chef du MJE, le Dr. Khalil Ibrahim, ne croyait pas à la paix avec le Président Hassane El Béchir du Soudan.

Suite à cette audience tripartite - Deby - MJE - UA, la tension est montée d'un cran entre Deby et Khalil Ibrahim. Le Représentant de l'UA pour le Darfour est reparti bredouille avec un lourd sentiment d'échec. La délégation du MJE a donc logiquement refusé de faire le déplacement de Doha (Qatar) où l'attendait celle du gouvernement soudanais. Khalil Ibrahim a clairement signifié à Deby que son mouvement ne peut être sacrifié à l'autel des intérêts du régime MPS. La réplique de Deby est sans appel : "je te rappelle que sans mon soutien, ton MJE n'aurait jamais existé...".

Khalil Ibrahim réunit dans la même nuit son conseil de guerre et l'informe de la nouvelle position d'Idriss Deby. L'Ambassadeur de la Libye intervient pour éviter un développement que personne ne peut mesurer réellement l'ampleur. Le chef du MJE est alors invité à se rendre à Tripoli pour exposer son problème et recevoir les conseils du Guide de la révolution.

Khadafi, n'appréciant pas trop d'être éclipsé de ces négociations sur le Darfour au profit du Qatar, promet à Khalil Ibrahim de porter ses doléances auprès d'Idriss Deby et comme à l'accoutumé, il lui a promis un soutien financier pour son mouvement.

De retour sur Nd'jaména, Khalil Ibrahim et sa délégation ont été cueillis par les agents de l'ANS qui leur ont arraché tous les documents (passeports, carte d'identitée) tchadiens à leur disposition. Ses éléments présents à Ndjaména ont été interdits l'accès de l'aéroport. Depuis quelques jours, ils sont étroitement surveillés. La tension est vive et on craint l'affrontement armé.

 

Cette semaine, plusieurs évènements ont été notés : ralliement d'une centaine d'éléments du MJE à El Geinena, expulsion de Caire de Khalil Ibrahim suite à un mandat d'arrêt lancé par le gouvernement soudanais et des déclarations scabreuses d'un proche du chef du MJE qui se démarque de plus en plus des positions de son chef et serait même prêt à reprendre et conduire à terme les négociations avec le gouvernement soudanais.

Face à tout ce chamboulement politico-mafieux, il y a de bonnes raisons de s'inquiéter pour la résistance nationale. La vigilance doit être de niveau max car Deby ne pourrait jamais prendre le risque de s'en défaire du MJE qui a joué un rôle majeur dans les évènements de février 2008. En bon traître, Deby a encore frappé fort. Quelle sera alors la réaction du MJE et surtout quelle sera la contrepartie d'El Bechir dans les jours à venir ?

A suivre...

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0