Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

debyddl.gif
La kermesse sur les droits de l'homme au Tchad, organisée du 10 au 13 mars 2010 à Ndjaména par le gouvernement tchadien, a été une occasion de plus pour démontrer à la face du monde combien ces ONG des droits de l'homme sont aux services des politiques. Les quelques naïfs qui croient encore à leurs discours vides et fades peuvent maintenant apprécier.

Presque tout le monde a répondu à l'appel de Monsieur Abderamane Djasnabaye, Ministre aux droits de l'homme de Deby. L'homme a doublé de volume depuis qu'il a renié ses convictions droit de l'hommiste pour se mettre aux services de la dictature. Il a tellement grossi que sa place devrait être auprès des hippopotames du Chari.

D'autres comme Alioune Tine de la Raddho ou Me Sidiki Kaba, ex-président d'honneur de la FIDH, ont dû sacrifier quelques nuits blanches entre plusieurs correspondances de vol pour rejoindre la capitale tchadienne. Il faut dire qu'au pays de Debydeboisson, le Cfa coule à flot et cela malgré la famine qui décime les populations tchadiennes à l'intérieur du pays. Ces deux messieurs ne peuvent résister face un tel appât.

Alioune Tine, surnommé la baleine par ses collaborateurs de la Raddho (il avale tout sur son passage, ne laissant que des miettes aux autres) et Me Sidiki Kaba le charognard, ne peuvent pas rater un tel festin. Eux qui ont abandonné respectivement l'enseignement universitaire et le prétoire du palais de justice de Dakar pour se convertir en crieurs publics, à la solde du crasseux Reed Brody dans l'affaire Habré.

Cette kermesse sur les droits de l'homme, appelé abusivement forum, s'est caractérisée particulièrement par son désordre et son objectif nauséabond. Il s'agit avant tout pour toutes ces personnes réunies de laver en communion le dictateur Idriss Deby de tous ses crimes. En effet, durant ces trois jours de bavardages, il n'a jamais été question de faire un bilan de la situation des droits de l'homme au Tchad de ces 20 dernières années.

Puisque le pays est, dit-on, devenu depuis une démocratie où la liberté d'expression est une réalité, où le multipartisme bas son plein et où la paix sociale et la justice nationale sont une réalité quotidienne, pourquoi a t-on alors eu peur de faire un bilan ? C'est parce que le tableau est foncièrement sombre et à tout point de vue accablant pour le régime en place. Cela tout le monde le sait et c'est pour cela aussi qu'on a pas voulu en parler au risque de fâcher le roitelet Idriss Deby Itno 1er. Ce dernier, pour s'assurer que ses invités ne vont pas murmurer dans la salle sur d'autres dossiers qu'il sait nombreux, a tenu à lancer cet avertissement en direction des droits de l'hommiste présents dans la salle : « ne vous occupez pas de la politique, concentrez-vous sur les questions de droit de l'homme, laissez la politique aux politiciens... ». Tout est dit, gavez-vous et bouclez là.

Abderamane Djasnabaye, M
e Jacqueline Moudeina, Dobian Assingar, Masalbaye Tenabaye, etc. avaient compris très tôt qu'il vaille mieux brouter dans la cour de Deby que d'aller prêcher dans le désert des droits humains. Durant cette kermesse, ils se sont distingués par leurs bassesses insoutenables, poussant le ridicule jusqu'à remettre une décoration à Deby pour ses efforts pour la promotion des droits de l'homme. Me Joseph Behidi doit se retourner dans sa tombe.

Les Tchadiens savent désormais à qui ils ont à faire : des véritables escrocs, sans foi ni loi.

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0