Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sans-titre--3--copie-1.png


La question de l'homosexualité revient régulièrement devant l'actualité internationale et africaine perturbant notre quiétude. Il faut être véritablement borné pour ne pas voir et comprendre comment les Occidentaux s'y mettent pour imposer leur obscure vision de l'homosexualité aux Africains.
 

Bien entendu, l'Afrique a sa part de l'histoire sur cette question de l'homosexualité. Mais il faut s’empresser de dire que ce qui se passe en Occident n'a absolument rien à voir avec ce que nous connaissons à Khartoum, à Ndjaména ou à Conakry. En Occident, deux personnes de même sexe peuvent s’entrelacer et se becqueter en public, vivre en concubinage sous un même toit et bénéficier des avantages sociaux (PACS) au même titre que les couples normaux, se marier officiellement et même adopter des enfants. Car, la question a été définitivement tranchée sur le plan culturel, politique et juridique, et ce malgré les manifestations parfois violentes observées dans certains pays comme la France.

 

Rappelons aussi qu'en Europe, l'homosexualité a fait des ravages terribles au sein de l'église. La centaine de cas de scandales portant sur des prêtres pédophiles a fini par chasser les fidèles des lieux de cultes et impacter sérieusement sur leur foi en Dieu. Ce n'est donc pas surprenant de constater que les politiques n'aient pas résisté longtemps face au rouleau compresseur des puissants lobbys homosexuels et franc-maçons. Désormais, ces derniers mettent le cap sur l'Afrique où la chose est présentée comme une question de liberté individuelle, de droit de l'homme ou encore de protection de minorités sexuelles. Désignons-la comme on veut mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit bel et bien de l’homosexualité dans sa forme occidentale la plus exécrable.

     

L’Afrique aussi a ses cas de pédophilies, de viols de mineurs et d'incestes. Mais il n'y a véritablement aucun lien avec l'homosexualité. Au Sénégal par exemple, un pays musulman à 98%, une commission parlementaire a recensé plus de 400 cas de viols et d'incestes rien que pour l'année 2007. La presse locale rapporte régulièrement des faits divers incroyables qui portent sur des maîtres coraniques qui sodomisent des garçons et violent des fillettes. Le tableau serait partout semblable, même si peu de pays africains osent lever le coin du voile sur ces crimes sexuels.

     

Néanmoins, il n’est pas pensable qu’on puisse abdiquer sous la pression des occidentaux et accepter l'introduction de ce cancer dans nos sociétés. Il y a malheureusement des pays africains qu’on peut qualifier de « laboratoires » de l'occident, où toutes les trouvailles (politiques, juridiques, sociétales, etc.) y sont testées, développées et appliquées bon gré mal gré. Mais aussi où on recrute de mercenaires, comme au jadis temps de la colonisation avec les indigènes et les tirailleurs, pour exporter une idéologie et l’imposer au reste du continent. C’est aussi cela la face hideuse de la françafrique, avec son pré-carré composé du Gabon, Congo, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Sénégal et Tchad.

     

Au Tchad, le phénomène a pris une tournure très inquiétante, oeuvre du régime Deby ! Les homosexuels sont choyés et entourés par les femmes notamment celles des barons de la République. Nous savons aussi que de gros bonnets utilisent leurs services pour se prostituer. Cela leur accorde une certaine sécurité pour ne pas dire immunité. Des fêtes grandioses sont organisées à Ndjaména autour de ces homos en toute impunité où on se bouscule pour y être et participer à coup de millions de francs. Dès lors comment s’étonner que le cercle s’agrandisse et de nouveaux paliers franchis. Récemment à Abéché, une sorte de mariage a failli être célébré n’eut été l’intervention de la police. Pire, aujourd’hui certaines familles tchadiennes confient les achats pour le mariage de leurs enfants (fille comme garçon) à ces homos ! N’en parlons pas de la cuisine et de l’organisation de la cérémonie. Bref, un laisser-aller alarmant aux conséquences incalculables. La dépravation des mœurs constatée ces dernières années au Tchad n’y est pas étrangère et il est urgent d’agir.

        


Le célèbre homo Salaw dans ses oeuvres !

 


Ailleurs, des mesures préventives contre ce cancer sociétal sont à l’étude. C’est bien le cas des pays du Golf (Qatar, Émirats, Oman, Arabie Saoudite, Koweït, Bahreïn) qui ont décidé d'imposer un test d'homosexualité à tout Européen demandeur de visa. Il s'agit plus précisément d'un examen de l'anus chez les hommes. Pour l’heure, les chancelleries occidententales grondent à huis clos et l’information est presque censurée par les médias. Mais que ne feront-ils pas pour l’argent ?

 

Toujours dans le même registre, de passage cette semaine devant la Commission des droits de l’Homme de l'ONU pour son Examen Périodique Universel (EPU), le Sénégal pays d’Afrique jadis présenté comme la vitrine de la démocratie, des libertés et des droits de l’homme, a été sérieusement malmené par les puissances occidentales. Il s’agissait en fait d’un véritable examen de passage pour la promotion de l’homosexualité dans le monde, en Afrique et le Sénégal en particulier. L’Occident s'inquiète ouvertement des blocages et pas des moindres au pays de la Téranga où le Président Macky Sall a récemment réitéré, lors d’un point de presse conjoint avec son homologue américain, Barack Hussein Obama, que la question de la dépénalisation de l’homosexualité n’était pas à l’ordre du jour dans le pays.

Mais à Genève, ce fut un tir groupé de l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la France, la Grande Bretagne, la Hollande, la Grèce et l'Italie qui ont vigoureusement dénoncé la répression contre les minorités sexuelles et demandé que ces personnes (homos) puissent s’épanouir pleinement au pays de feu Jules François Bocandé. Les autorités sénégalaises quant à elles, se sont défoncées sur les droits de l’enfant, de la femme, sur la mendicité mais aussi sur le procès du Président Hissein Habré. Toutefois, la réponse du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux Sénégalais, Me Sidiki Kaba qui a indiqué que « Personne n’est détenue au Sénégal pour ce délit », n’est pas pour rassurer des pays comme la Belgique et la Grande Bretagne, qui ont demandé au Sénégal « de créer les conditions de dépénaliser l’homosexualité ». On ne peut être plus clair. Le cas du Journaliste Tamsir Jupiter Ndiaye, consultant de l’ONU, condamné à 3 ans de prison ferme pour actes contre nature, dément formellement le ministre.

 

Toutefois, cette injonction des occidentaux n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd surtout quand on sait que Me Sidiki Kaba est un fervent défenseur de la cause homosexuelle. Déjà, juste avant sa nomination au ministère de la Justice, étant Président d’honneur de la FIDH, il a expressément invité le Président Macky Sall à dépénaliser l'homosexualité. Un complexe d'infériorité qui a indigné toute l’Afrique voire le monde. Cela a eu comme effet immédiat la mise en branle des puissantes confréries religieuses, les associations islamiques et les populations qui jurent en découdre avec quiconque ose promouvoir ces pratiques contraires aux préceptes religieux. Tout récemment la correspondante de RFI à Dakar a rappelé comment les homosexuels sont traqués au Sénégal. Voir vidéo ci-après tournée à Thies (70 Kms de Dakar) montrant des jeunes révoltés déterrer un homo inhumé nuitamment dans un cimetière musulman.

 

Après le Sénégal, à qui le tour ?


Il ne fait l'ombre d'aucun doute que nos pays seront affectés à tour de rôle et destabilisés. Nous devons nous opposer énergiquement à cette nouvelle croisade des occidentaux en soutenant le Sénégal dans sa résistence. Les partis politiques, les asociations civiles, les organisations non gouvernementales, les associations religieuses, les associations culturelles et sportives, 
les associations des femmes, les étudiants, les chefs traditionnels et religieux, les médias, 
etc. doivent être sensibilisés et organisés autour d'un front africain anti-homosexualité pour faire face à cette agression de l'occident en Afrique

 

Attention, âme sensible s'abstenir

 

 

Tag(s) : #Question sur l'Actualié

Partager cet article

Repost 0