Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La technologie, les médias, les guerres de domination, les dictatures, les guerres de pouvoir pour le pouvoir, les guerres des intérêts, enfin c'est l'histoire; beaucoup de choses en même temps et très vite ! A-t-on l'idée de nombre exact des gens tuées pendant seulement la deuxième guerre mondiale ? A-t-on l'idée de nombre exact de gens tués pendant la colonisation ? Pourquoi ? Où va toute l'humanité maintenant ?
 
Nous (auteur de cet article) ne sommes rien, rien du tout, pas du tout, moins encore ne méritons rien aujourd'hui ! Mais nous avons une toute petite idée sur ce que nous imaginons par pire intuition, notre simple impression qu'il y a quelque chose qui nous guette à l'horizon, quelque chose qui nous inquiète de plus en plus comme s'il y a un chronomètre qui vient de commencer contre l'humanité, par exemple, rappelez-vous de notre article intitulé «sur les traces d'Alquaïda» en date de décembre 2009 dans lequel nous avions bien mentionné une question(n°6) concernant les changements climatiques que même les Tsunamis seraient dûs au changement climatique. Voici la question elle-même : Quand et par où le prochain Tsunami ? Alors, un pire hasard ne tardât pas, le 12 Janvier 2010, le tremblement de terre frappa Haïti ! Est-ce les dégâts en vies humaines et matériels sont un secret ou une illusion quelconque aujourd'hui ? Quelle est la différence entre ce qui est appelé «Tsunami» et le tremblement de terre, surtout ces derniers en terme de leur bilan ? Et dans ce malheur(de Haiti), il y a bien des gens qui s'accusent de la cause du drâme ! Mais il faut s'attendre au pire à venir. Donc, la question reste toujours posée, par où et quand le tout prochain catastrophe humanitaire àprès celui de Haïti qu'on n'a jamais fini de pleurer; qui connaît le nombre exact de morts, de blessés, de disparus, de deportés, etc ? ! C'est la colère de Dieu, provoquée par l'injustice des personnes diables (de genre de Bush, Idriss Deby, Kouchner, Saddam, Sarkozy, etc) qui ont tué et tuent beaucoup des personnes pauvres et innocentes à travers le monde entier ! 
 
Dieu créa l'humanité pour qu'elle soit heureuse, faire tout pour se rendre heureuse mais dans cette humanité là, il y naît des personnes diables, des «Satans» tout faits ! Autrement, pourquoi le monde entier est-il pris en otage par cette force qui fait comme si elle est invisible ? Elle n'est pas invisible ! Comment arrive-t-on à manipuler le monde entier, de milliards d'âmes de cette façon comme si les gens sont sourds, muets et aveugles ? Est-ce qu'on aura un avenir de vie differente un jour ? Qui croit encore à une quelconque justice sur cette terre ? Nous n'attendrons le ciel et moins encore des individus, mais nous continuerons la guerre de résistance pour la justice, la paix et la démocratie jusqu'au jour «J» de chacun et chacune de nous !
 
Pourquoi tout ce «bla,bla» ? c'est parce que nous voulons venir sur ce qui nous (tchadiennes et tchadiens) concerne à travers les enjeux politiques, scientifiques, technologiques, socio-économiques, culturels, etc; c'est parce que nous, en particulier sommes les vrais esclaves, dociles, bêtes, innocents, faibles d'esprit, fainéants, ignorants et premières victimes des erreurs de ces personnes diables, égoïstes et inhumains !
 
Le plus médiocre élève du Président H.Habré devenu «le 3ième homme» de François Mitterrand.

Tout ce dernier malheur du peuple tchadien commença quand la clique esclavagiste de François Mitterand suppliât le fameux et éternel colonel Khadafi et Colonel Omar Elbechir du Soudan de participer politiquement, matériellement et financièrement au renversement de pouvoir du président H. Habré qui n'obéïssait pas aux règles de la FranceAfrique et qu'elle (clique de F. Mitterand) avait trouvé la bonne personne en remplacement de celui-ci pour les comptes des «intérêts» français, bien sûr en échange d'être soutenu comme président à vie au même titre que les autres franceafricains (Omar Bongo du Gabon, Paul Bya du Cameroun, Eyadema du Togo, Sassou du Congo, Blaise de Burkina) et bientôt on commence avec la famille Wade du Sénégal, etc.


1) Où sont celles et ceux qui connaîssaient bien notre frère Mr IDriss Deby (le 3ième homme de F.Mitterand), au temps où disait-on qu'IDI avait commis un crime délibéré à l'âge de 16-17 ans avec son cousin le défunt Ibrahim Mahamat Itno(IMI) à Faya centre, un soir du ... (il y a de gens qui connaissent la date exacte). Il n'a pas été condamné par la justice de l'époque sous le régime de président Tombalbaye parce qu'il etait mineur (?).

2) Où sont ceux qui avaient dit qu'IDI avait été un «Colombien», c'est-à-dire dormait dans les coins des rues où à même d'ordures d'Abéché puis devenu coupeur de routes nocturnes dans les environs toujours de la ville d'Abéché. C'est-à-dire, à la fin des marchés hebdomadaires environnants, il se masquait pour suivre les gens qui rentraient chez elles, surtout des personnes très âgées, parce qu'elles ne remarqueraient pas si vite, qui et comment étaient le/les malfrats et aussi moins d'auto-defense. Avec les revenus de banditisme, il revenait en ville dans la même nuit pour camoufler ses expéditions nocturnes, il dort bien le matin, cherchait à boire dans les cabarets, courrait bien les «juppons», organisait des danses folkloriques de temps à autre, s'auto-proclamait chef des jeunesses, et depuis ce jour (c'est dans sa nature) il faisait des ruses pour mettre des gens en conflits, faisait des navettes malsaines; ce n'est pas de petits brevets ou de beaux diplomes arrangés qui font l'homme (moins encore, Idriss Deby a seulement un CEPET-certificat d'étude primaire elementaire tchadien), ce n'est pas une éthnie qui fait l'homme, ce n'est pas la taille ni la couleur de peau, mais c'est bel et bien les caractères innés à une personne qui comptent plus; il avait eu l'avantage de parler le Zaghawa, le gorane, l'arabe du Tchad et français. Il a été un bandit notoire. Dit-on que c'etait grâce à Abounassour, un zaghawa de Kobé, plusieurs fois ministre et sous le régime de président Tombalbaye et le régime de général Félix Malloum qu'IDI a été enrolé dans l'armée tchadienne avec un niveau de CM2 (cours moyen 2ième année) se faisant étudiant au lycée franco-arabe d'Abéché. De là, il aurait tissé des amitiés avec des militaires dans de debits de "boissons" qui l'auraient facilité à être viré à l'école des officiers inter-armées (EOIA), ce n'etait pas parce qu'il etait meilleur mais pour juste le mieux dresser, le bien punir, parce qu'il etait tellement fainéant, trop mesquin et malfaiteur, en arabe Ndjamenois«Fognack» et ce terme regroupe toutes les mauvaises qualités sur une personne (les enfants et les autres parents proches à Deby n'ont qu'à nous excuser, nous n'avons rien contre elles ou contre eux, car IDI ne mérite aucun honneur de la part du peuple tchadien mais a prouvé que c'est cela qu'il mérite), parce que quand on a la responsabilité de beaucoup de personnes, il faut accepter ce qu'on mérite ni plus, ni moins !
 
3) De cette école professionnelle militaire, il a été envoyé en formation en France ! Quelle formation ? Qu'avait-il mérité vraiment? Non, rien ! Pourquoi et qui avait decidé ? Est-ce les français ? Non ! Peut-être voir son actuel ministre de defense le fameux et genocidaire colonel Kamougué qui pourrait avoir plus de versions vraies ou semblables du jeune soldat Deby, parce que Kamougué a été un personnage incontournable dans l'histoire tragique du Tchad, à partir du régime de feu président Tombalbaye, jusqu'à ce que le même colonel Kamougue devint l'assassin de notre cher frère et 1er président Tombalbaye et devenu le n 2 du régime de GL Félix Malloum qu'on l'avait sorti de prison sur le coup d'Etat du 13 Avril 1975 et acceptât d'être le président de la République du Tchad et qui s'était retiré au Nigeria à la suite des evenements du 12 Février 1979 qui etaient aussi déclenchés par colonel Kamougué jusqu'aux événements de la guerre civile de 9 mois, parce que Kamougué a été mécontent d'être ommis de son poste de ministre des affaires étrangères du Tchad dans le régime de «CSM» conseil supérieur militaire par H.Habré dans son premier gouvernement en tant que premier ministre sur accords de Khartoum (la Charte fondamentale). Mais d'autres sources disent qu'IDI aurait été choisi par un certain commandant du centre des recrutement et d'instructions qui l'aurait utilisé comme garçon de chambre et de courses, généralement les militaires estiment toute personne bien malfaitrice, toute personne qui aime les alcohols et les femmes d'où cette version est beaucoup plus considérable pour toutes les personnes qui le(IDI)connaissaient à fond.

 

4) Revenu de France, à beau mentir qui vient de loin, Idriss Deby portait un gallon d'«aspirant»; dans l'armée française, c'est un grade entre l'adjudant-chef et sous-lieutenant en début de 1979. Idriss avait rejoint les rangs des FAN depuis les FAP de Goukouni Weddeï avec son cousin et tuteur traditionnel le defunt Ibrahim Mahamat Itno, Hassan Djamous, et un autre du nom de Ousman Saleh (mort dans la guerre de neuf 9 mois). Idriss Deby, dès son adhésion aux FAN, son premier poste de responsabilité avec Habré, dit-on, était «Ordinaire» à la présidence sur sa propre demande. Son rôle etait de s'occuper des vivres, de la cuisine, de prisonniers, des munitions, etc, en quelque sorte un mini-logistique dans les logistiques des FAN, c'etait pour d'abord éviter de participer aux duels de combats des hommes braves et enfin d'attirer la confiance de Habre. C'etait fut fait. C'est quoi la différence entre l'intélligence et la ruse ?

 

5) De Février 1979 à Mars 1980, il y avait eu 11 tendances politico-armées avec comme siège Ndjamena, qui faisaient chacune ses propres lois dans sa zone ou son quartier. Toute la zone du Ouaddaï géographique, le Biltine, le Batha et le Salamat aux mains des FAN, le Kanem, le BET et le LAC aux mains des FAP coiffées par les armées libyennes, le Sud au complet aux mains du Comité permenant de Kamougué, etc. Voir les differentes tractations des accords de paix entre ces factions au Nigeria (Kano I, Kano II, etc) durant lesquels, il y a eu de tentative d'arrestation de Hissein Habre et de Goukouni Weddei au detriment d'Acyl Akhbache par les libyens et bien de marchés de dupe aussi seraient plutôt en jeu entre français et Libyens jusqu'à ce que la guerre éclatât entre FAN et FAP, les deux principales tendances politico-armées par un simple voulor des libyens qui avaient poussé Mr Adoum Togoï (chef d'Etat-major des FAP) d'attaquer les positions de FAN à Diguel, où toute la section de l'officier assimilé Tata Tchakouma (un des com-Zones Nord de H.Habré), environ une cinquantaine des hommes, encerclés dans leur sommeil et assassinés d'une bale dans la tête et en même temps les FAN qui etaient dans le camp dit EMB, une composante FAN d'une Brigade Mixte avaient subi le même sort, mais il y a eu des rescapés de cette nuit qui sont aujourd'hui vivants au Tchad, à l'exemple de l'adjoint de Tata Tchakouma, officier assimilé (OA) Mahamat Terap dit«Mahamat OROBOU», actuellement dans ses troupeaux de chameaux au Nord de Mao, qui avait survécu avec 7 balles de Kalach-nikov criblant son corps.


6) La guerre etait declenchée par la volonté des libyens pour capturer H.Habré mais au bout de quelques semaines seulement les FAN de Hissein Habré avaient néttoyé systematiquement toutes les resistances de 10 autres tendances (CDR, FAO, MPLT, FAP, FROLINAT1ere Armée, Frolinat 2e Armee, le Volcan, etc, incluant l'armée libyenne avec de centaine de chars dans les zones de combats (Diguel, Farcha) sans les bombardements aériens quotidiens 24 h / 24 h par l'aviation libyenne. Les 3/4 de la ville de Ndjamena etait sous administration des FAN pendant huit 8 mois sur neuf 9. Le Colonel Khadafi avait decidé, dit-on, sur demande express de président de GUNT(gouvernement d'union nationale de transition)Mr Goukouni Weddei d'envoyer tout ce qu'il a comme force necessaire (en ce temps, la Libye avait la 2ième Armee la plus puissante en Afrique) combattre les FAN;1(une)colone de 300-500 chars chenille directement sur Ndjamena, deux autres colones de même taille directement à Ati et Abéché.

 
7) H.Habré, au bout du dernier 9ième mois (la guerre de 9 mois c'était de Mars-Décembre 1980)des combats corps à chars contre l'Armée Libyenne, avait décidé de faire un repli tactique vers l'Est sous le commandement de GL Taher Guinassou etant Chef d'Eta-Major general des FAN, parce qu'autrement l'armée libyenne etait en train de faire beaucoup, beaucoup de dégats seulement au sein de la population civile dans toutes les villes sous controle des FAN; surtout la ville de Ndjamena par de pilonnage de toutes sortes de batteries lourdes, d'artilleries lourdes, des intenses bombardements aériens 24 h/24 h, etc.


8) Pourquoi Habré avait toujours choisi de favoriser Deby plutôt qu'une autre personne ?; parce qu'Idriss Deby lui rapportait des navettes de bisbilles contre ses propres frères (surtout contre le vrai homme dignement responsable de la communauté Bidéat, c'etait Mr Ibrahim Mht Itno) pour se faire de fidélité aupres de Habre.

 
9) Durant le repli à la frontière Tchad-Soudan, Habré avait organisé un congrès dit "de WADI-BARID" sur lequel il avait été reconduit à la tête des FAN. Un peu après le congrès de «Wadi-Barid», les trio d'Idriss deby, Ibrahim Mahamat Itno et Hassan Djamouss avaient, dit-on, contacté les libyens pour négocier et rallier à Ndjamena, mais Habré les avait pris de vitesse pour attaquer sur plusieurs fronts des bases libyennes dans le Ouaddaï et Biltine. Au vu des résultats de ces opérations de grandes envergures, les trio avaient abandonné leur projet de ralliement en réintegrant les rangs des FAN en suppliant à Habré. Alors, Habré décidât de pardonner en nommant son médiocre élève au poste de adjoint commandant en chef des FAN dont le titulaire etait le colonel Gouara Lassou, et Ibrahim Mahamat Itno, très brave homme, acceptât d'aller en mission vers la RCA et Cameroune.
 
10) Habré est un homme très stratège sur tous les plans (militaire, politique, etc), a un don inné d'organisation et de diriger des hommes, place généralement les hommes à la place qu'ils méritaient mais pour Idriss Deby, Habré avait eu beaucoup de pitié et l'avait donné de promotions qu'Idriss Deby ne méritait pas normalement dans la hiérarchie militaire, mais certainement cela pourrait être pour deux 2 raisons:

a) Il lui rapportait très fidèlement tous les secrets des hommes piliers dans les communautés bidéat et Zaghawa, par exemple, surtout il l'avait branché sur Ibrahim Mht Itno qui est de même mère zaghawa avec Timan Deby Itno parce que le leadership d'Ibrahim mht Itno au sein de deux communautés Bidéat et Zaghawa etait incontournable, incontestable et qu'Ibrahim avait même posé, dit-on, sa candidature à la place de Habré pendant le congrès de Wadi-barid dont Habré aurait bien des reserves envers IBrahim Mht Itno à tout moment, surtout depuis leur projet de ralliement aux libyens.


b) Idriss Deby obéïssait Habré, son (Boss-Dougli) comme un Dieu dont Habré l'avait crû comme un fidèle à jamais et Habré ne s'attendait jamais qu'IDI lui réserve un tel sort un jour. Dans un de nos articles précedents, nous avions mentionné l'adage suivant: Selon nos aïeux« La seule chose que vous ne pouvez pas donner et reprendre comme l'on veut chez un homme, c'est cet honneur qu'il ne méritait jamais».


11) Pendant les offensives finales, le rôle d'IDI etait beaucoup plus la coordination auprès de Habré entre les unités dans les opérations arrières et toute personne prisonnière de guerre etait son affaire personnelle que tout le monde peut témoigner aujourd'hui. Idriss Deby etait très particulièrement allergique aux «gorane Kreda, arabe de Batha et les libyens», ce n'est pas de la blague, il faudrait demander à tous ceux et celles qui auraient eu l'occasion de travailler avec Deby d'à peu près d'Avril 1979 à Décembre 1990..., par exemple, où sont ceux qui avaient été au côté de Deby, dit-on, à «Wadi-hama» sur l'axe Faya-Abéché où Deby avait executé personnellement des centaines de prisonniers ligotés les quatre membres dans le dos pretextant que ce sont eux qui auraient capturé et tué son petit frère du nom de Hamit Deby dans les differents duels entre l'armée libyenne et les FAN d'Habré dans les environs de Ounianga-Kébbir ou à Kalaït-Amchalobat vers les années 1980-1987.

 
12) Pourtant, le vrai homme de terrain qu'Habré avait nommé comme 2ieme adjoint dans les offensives finales contre les libyens etait bel et bien un certain Mr Orcheï Bouchoukou Aoucheï (celles ou ceux qui veulent savoir sur Mr Orchei, s'il vous plaît demander à Gl Gouara Lassou) parce qu'il ne l'avait pas connu seulement dans les FAN, car il le connaissait comme le bouillant lycéen organisateur de bastonade en Avril 1974, du proviseur de Lycée de Faya, un blanc français du nom de Mr VIAL, et encore plus loin, le vrai cerveau de manifestations populaires «ville morte»à Faya en Février 1976 dont Mr Gouara Lassou etant ministre de l'éducation dans le régime de GL Félix Malloum, etait envoyé spécial pour calmer le jeu, venu écoûter les doléances des lycéens à leur tête comme porte-parole Mr Orcheï Bouchoukou Aoucheï. C'etaient les derniers jours de Orcheï Bouchoukou à Faya pour rejoindre les rangs des FAN etant encore dans les massifs de Borkou-TIBESTI.
 
13) De Février 1976 à Juin 1982, Mr Orchei Bouchoukou Aouchei etait un homme exceptionnel, dit-on, participait a tous les combats volontairement (c'est-à-dire même s'il n'etait pas designé officiellement), toutes les batailles contre les libyens, à Abéché, à Katro Folata, à Amchalobat, jusqu'à son dernier duel fatal à l'entrée triomphale des FAN à Ndjamena le 7 Juin 1982.
 
14) Quand les FAN avaient pris le pouvoir en chassant les 10 tendances de GUNT appuyées par l'armée libyenne, président Habré, dans sa 1ère mise en restructuration des FANT(forces armées nationales tchadiennes), avait nommé Mr Gouara Lassou comme ministre des affaires étrangères et son médiocre élève, notre fameux «fennec» Idriss Deby comme commandant en chef des FANT en remplacement de colonel Gouara Lassou appelé à d'autres fonctions.
 
15) Où est le colonel français du nom de Mariani, qui serait responsable de quelque chose dans l'opération «Épervier» à l'époque qu'Habré avait accepté comme conseiller du Comchef «Idriss Deby» ? Quel rôle avait-il (colonel Mariani)joué dans le complot de lavage de cerveau de notre 3ième homme par la clique de François Mitterand jusqu'au coup d'Etat irréversible contre le président H.Habré après que le colonel Khadafi etait totalement et definitivement mis hors du Tchad par les vaillantes FANT d'H.Habré ?
 
16) Notre cher frère Idriss Deby, après 365 jours de séjour dans des Hotels luxes de Paris que beaucoup de gens croyaient comme "école de Guerre", revenait à Ndjamena. Quelques jours de repos, IDI épousât la nièce de Habré, c'etait Habré lui-même qui aurait accepté cette union de mariage, parce qu'il a toujours consideré IDI comme son fidèle des fidèles. Notre frère IDI, a l'habitude de se vanter qu'il connaît le pourquoi de ce qu'il fait. Alors, aussitôt le mariage scéllé, il supplîât son «Boss, Dougli» de le nommer comme commissaire à la tête de tout ce qui etait Sécurité publique, Surêté nationale, renseignements generaux (DDS, RG,) le B2 miltaire, incluant mêmes les milices auxiliaires dirigées par le défunt Mr Issa Outman, un arabe de Batha, aussi très fidèle incontournable du régime d'Habré, etc).
 
17) Notre «fennec» IDI connaît sa vraie mission confiée par la clique de F.Mitterand mais malheureusement, le président Habré ne s'attendait pas que son plus médiocre élève, devenu par déssus son gendre ne lui reservait un coup. Alors, Idriss Deby commençât aussitôt ses sales bésognes d'assassinats, de tortures auprès de certaines communautés bien visées pour qu'elles se révoltent contre le régime de Habré afin de servir les causes d'Idriss Deby(zaghawa, Hadjaraï, arabe de Batha, Ouaddaïens, etc)dont les desordres records auraient dû attirer l'attention de Habré et cela ne demande pas d'autres témoins que ceux qui sont aujourd'hui ses (d'IDI)propres conseillers à l'exemple d'un certain Boukar Kadjallami qui a été envoyé spécial d'IDI pour detruire le MDD et kidnapper les cadres de MDD comme notre frère Goukouni Guet, Colonel Mahamat Fadil, commandant Mahamat Bidon, capitaine Wouléda Nouri, Alhadji Issa Mahamat dit «Issa Gorane» (chères lectrices et lecteurs, ayez la chance de demander ce qui s'etait passé exactement à certains frères rescapés du Kidnap, libérés par «simple pitié» (qu'IDI aurait prononcé devant de gens), tels que Mr Oumar Tahir Yaïdé et Mr Nokour Chougui qui sont aujourd'hui à Ndjamena.
 
18) Alors, Idriss Deby, dès son retour de la France avait entrepris de réaliser 4(quatre)choses préliminaires dans sa "mission":
-Demandé à son cousin et tuteur traditionnel Ibrahim Mahamat Itno qui etait ministre de l'inteieur à l'époque de le faire réconcilier avec Hassan Djamouss qui etait commandant en chef des FANT parce qu'ils avaient un malentendu personnel très sérieux avant qu'Idriss Deby ne partit en France.C'etait fût fait.
-Avec Djamouss, Idriss Deby avait planifié de placer des hommes de confiance dans de postes stratégiques au sein des FANT, surtout sur son itinéraire vers l'Est jusqu'à la frontière Tchad-Soudan à travers la Zone de Salamat, Guera et Ouaddai.
-Épousé la nièce de Habré, la fille de chef de canton Annakazza.
-Suppliât Habré de le nommer à la tête de tout ce qui etait comme sécurité publique, renseignements generaux, surêté nationale, de DDS, B2 de renseigements militaires, etc, et c'etait fût fait.
 
19) Enfin Deby planifiât un coup d'Etat contre Habré, dit-on, c'etait à l'occasion d'un match de foot-ball Tchad-...le...1989 à Ndjamena mais Djamouss (Comchef des FANT) et Ibrahim Mht Itno (ministre de l'interieur) l'avaient fortement déconseillé en preferant aller plus loin pour faire une rebellion comme prévu d'un commun accord avec les francais-libyens et soudanais, parce que leur plan initial etait qu'ils arrivent à regagner le terrain à l'Est du Tchad sur la frontière.
 
20) Autre chose, Idriss Deby avait un autre plan que personne d'autre n'imaginait. C'etait un plan de quand et comment élimner Djamouss et Ibrahim, car en présence de surtout Ibrahim Mahamat Itno, Idriss Deby Itno n'osera même pas un instant d'être chef. Alors IDI doit élimner IMI avant d'entreprendre quelque chose à son propre nom. C'etait fût fait;
 
21) En voila le scinario : Les trio avaient planifié de sortir le plutôt possible de Ndjamena en direction de l'Est. Dit-on qu'a quelques 20 vingtaines de minutes de leur "D" départ, Idriss Deby, en tant que commissaire à la sécurité de Habré, avait informé Habre tout en ordonnant à ses subordonnés de la DDS et de R.G. d'arrêter le ministre de l'interieur ajoutant qu'il avait déjà informé le président Habré qu'Ibrahim etait en train de traverser le fleuve Chari. C'etait fût fait dans les instants qui suivaient. D'ailleurs, il y a eu mêmes de mauvaises langues qui disaient qu'Idriss Deby l'aurait achevé en prison à son amenée au pouvoir du 4 Décembre 1990.
 
22) Arrivé sur le terrain à l'Est, IDI planifiât l'élimination de Djamouss et c'etait fût fait grâce à ses complistes dans les rangs des FANT qui les avaient poursuivi sur ordre de président Habré jusqu'à la frontière. Sur le terrain, Idriss avait planifié une contre-offensive de telle sorte que Djamouss tombait dans une ambuscade où il ne sortira pas vivant et c'etait bien scelle avec ses complistes. C'etait fût fait. Djamous a été blessé et capturé par les FANT.
 
23) Idriss Deby avait fait appel à Abbas Koti Yacoub, fils d'un canton Zaghawa de Kobé, ex-cadre des FAP, rallié à Habré qui l'envoyat comme attaché culturel à l'ambassade du Tchad à Khartoum et Maldom Bada Abbas (déjà rebel sur le terrain avant IDI) pour leur exposer son projet de lutter contre le régime d'Habré. Mais IDI avait son plan de les dribbler aussi : Il les avait demandés de s'entendre pour qu'un d'entre eux soit président et l'autre comme vice-président parce que lui, Idriss Deby ne voulait pas être président mais se fixe le seul objectif de renverser le régime de Habré. Alors, Abbas Koti et Maldom Bada Abbas avaient pris toute une journée pour s'entendre mais malheureusement ne s'etaient pas entendus mais revenus dire à deby qu'ils n'arrivaient pas à s'entendre dont tout de suite Deby les avait fait juré sur le coran qu'ils lui donne la confiance totale pour qu'il (Idriss Deby)conduise une transition vers des elections libres, démocratiques et transparentes en leur disant qu'ils doivent être candidats contrairement à lui qui n'aura pas le droit de se porter candidat; bien sur, c'est une ruse seulement !C'etait fût fait, c'est-à-dire qu'Abbas Koti et Maldom Bada avaient juré devant lui et c'etait pourquoi même que Maldom Bada Abbas etait le premier à investir Ndjamena et l'avait gardé pendant plus de 24 H(vingt et quatre heures) pour attendre notre Idriss Deby qui se déclarât président du Tchad avec ces termes " Je vous ai apporté ni or, ni argent mais la liberté" fin de citation !

 

Finalement, c'est le début et la fin de cette partie tumultueuse de l'histoire du Tchad, plus ou moins connue par le public tchadien de notre homme de Bamina, le plus médiocre élève du président Hissein Habré mais devenu le 3ième homme de François Mitterand. Le jeune soldat Deby, grâce à son abonnement franceafricain voudrait bien bien devenir non seulement un empereur du Tchad, mais tellement qu'il se croit Dieu, se croira de l'être de toute l'Afrique à un doigt ! Pourtant, il se trompe largement que son seul instinct de la ruse du mal ne l'amenera nulle part autre que de se créer une belle longue histoire de toutes les qualités et de bonne réputation au pays de Sao grâce aux petro-dollards, grâce aux mesquins historiens et écrivains à sa solde, mais son château de cartes s'écroulera un jour comme s'il(Idriss Deby Itno) n'était même pas né parce qu'il a empreinté le mauvais et inhumain chemin pour servir son peuple !
 
Korei Djimi prdt RTJ 

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0