Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

photonouri2-copie-1.jpgKHARTOUM - Le Soudan est proche d'un "accord cadre" avec les rebelles darfouris du Mouvement justice et égalité (JEM), rapporte la télévision nationale sans plus de détails.

Le JEM n'était pas disponible pour commenter cette information mais son porte-parole, Ahmed Hussein Adam, avait déclaré auparavant à Reuters que des dirigeants du Mouvement étaient partis pour la capitale tchadienne N'Djamena où des discussions devaient avoir lieu.

L'accord, s'il était confirmé, représenterait une avancée majeure dans la résolution du conflit du Darfour, qui a fait depuis 2003 quelque 300.000 morts et deux millions de déplacés.

Le JEM est l'un des principaux mouvements de rébellion de ce territoire vaste comme la France. Il est considéré comme le mieux armé de tous et avait lancé en mai 2008 une offensive sans précédent sur Khartoum.
Plusieurs tentatives de compromis entre les deux parties ont échoué, la dernière en date à Doha l'an dernier.

La télévision soudanaise avait rapporté dans la journée de vendredi que le président tchadien Idriss Déby, qui s'est récemment rendu à Khartoum pour officialiser le rapprochement entre les deux pays, avait prévu cinq jours d'entretiens entre le chef du JEM, Khalil Ibrahim, et le principal négociateur soudanais, Ghazi Salahedine.

"BIENTÔT DE BONNES NOUVELLES"
Le président soudanais Hassan al Bachir a déclaré vendredi que ses compatriotes auraient "bientôt de bonnes nouvelles sur les négociations en cours pour la réalisation de la paix au Darfour".
"Ces nouvelles représenteraient la fin des combats dans la région du Darfour, et cela pour de bon", a-t-il ajouté.

Les rebelles du Darfour, pour la plupart non arabes, ont pris les armes en 2003 en accusant le gouvernement de Khartoum de négliger la région.
Les autorités soudanaises ont eu recours principalement à des milices pour tenter d'écraser la révolte dans le sang. Washington et des ONG ont parlé de génocide, une accusation rejetée par Khartoum.

Le président soudanais est inculpé de crimes de guerre au Darfour par la Cour pénale internationale et fait l'objet d'un mandat d'arrêt international.
Au début du mois, à l'occasion d'une visite inopinée du président tchadien à Khartoum, le Soudan et le Tchad ont décidé d'enterrer la hache de guerre et de cesser de soutenir leur rébellions respectives.

La réconciliation entre les deux pays était considérée comme essentielle à un règlement du conflit du Darfour.

L'accord annoncé à Khartoum interviendrait deux mois avant les premières élections démocratiques depuis 24 ans au Soudan, au cours desquelles Bachir sera candidat à sa propre succession.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0