Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

evariste

Le Sénégal est devenu ce que vous connaissez : un pays en regression démocratique inquiétante où les hommes politiques tout comme les Juges sont corrompus jusqu'à la moelle épinière. A ce titre, ils excellent en imagination sordide et prêts à tout pour justifier les pécules qui leur sont tendues. Lisez donc ce que notre Juge Sénégalais a sorti de sa petite cervelle pour ne pas égorger le mouton Evariste Djékété le jour de la Tabaski.


  

Ce 6 février a été rendue la décision sur la citation pour diffamation servie par Mme Habré à l’encontre de M Djeteke ,un tchadien installé au Sénégal qui a écrit une lettre d’insultes à l’encontre de Mme Habré , laquelle lettre a été positionnée sur le site des Chambres Africaines Extraordinaires par la cellule de communication des CAE . C’est la raison pour laquelle ayant constitué un support pour amplifier les insultes mais aussi détourné le site des chambres africaines de sa mission première qui est d’informer sur les activités des chambres, la cellule de communication des CAE a aussi fait l’objet d’une plainte.

 
Face à ces plaintes, la cellule dirigée par Marcel Mendy et M Djeteke qui se révèle être une personne ayant déjà participé aux procédures antérieures dans l’affaire Habre et ce aux côtés des ONG , ont opté pour une stratégie commune : ignorer la justice et ne pas déférer à aucune audience, ne pas se donner la peine de constituer avocat . Il faut avoir les bras longs pour se permettre d’afficher un « je m’en foutisme pareil ». Cités à comparaitre le 17 octobre, puis le 7 novembre, puis le 21 novembre et enfin le 19 décembre 2013, personne ne se présenta pour répondre au juge .Seuls les avocats de Mme HABRE se sont présentés pour présenter leurs arguments, Marcel Mendy et ses adjoints ainsi que M DJETEKE ont refusé de comparaitre et ne se sont même pas donnés la peine de constituer avocats. Assurés qu’ils étaient d’être soutenus et protégés en haut lieu. Alors , ce 6 fevrier 2014, la décision du juge a été d’annuler la citation au motif que la première date de comparution était un jour férié , jour de la Tabaski.


La stupéfaction fut totale dans le camp des avocats , car d’abord le jour de la Tabaski est toujours décrété quelques jours avant , personne ne connaît au moment de la fixation par le greffe de la date de comparution que la Tabaski serait le 17 octobre . Toutes les audiences fixées le 17 octobre ont été reportées à une date ultérieure .Ainsi pour cette affaire, la date du 7 novembre a été décidée, les avocats de Mme Habre étaient bien là , les autres non, et ainsi de suite , le juge leur a accordé plusieurs chances, le 7 novembre, le 27 novembre et puis finalement constatant leur défaut de comparution, le 19 décembre, le juge demanda aux avocats de Mme Habre de plaider . C’est ce qu’ils feront et l’affaire fut mise en déliberé pour le 6 fevrier avec la décision que l’on sait.


C’est bien la première fois qu’un juge fait tout pour aider des personnes qui ont méprisé la justice , son tribunal en refusant de comparaitre par le biais de leurs avocats pour s’expliquer sur une violation de la loi. Quel est le citoyen qui peut se permettre un tel comportement et être assuré que le juge fera le boulot à sa place ?


La démarche du juge a été d’éviter à tout prix de se prononcer sur le délit de diffamation sachant pertinemment qu’il était constitué. L’enjeu etait aussi politique : donner raison à Mme Habre contre la cellule de communication des CAE reviendrait à refroidir les élans de la fameuse campagne de sensibilisation d’autant plus que la cellule de communication agit sous la houlette de ces fameuses agences désormais riches à millions. D’où l’extraordinaire contorsion du juge pour sortir une décision qui prête à sourire ; elle symbolise l’incroyable gêne du juriste qui esquive magistralement le fond pour venir en aide à des personnes agissant en violation de la loi.

Source : http://www.hisseinhabre.com

Tag(s) : #Articles- Affaire HH

Partager cet article

Repost 0