Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


A l’appel du CNCD, hier lundi 25 avril, une marche de protestation contre la mascarade électorale au Tchad a regroupé de nombreux Tchadiens et démocrates africains et français. Nous remercions tous ceux qui sont venus ainsi crier leur indignation envers la prise en otage du processus démocratique au Tchad par le régime du général Déby Itno, avec l’aide active du gouvernement français.


La principale leçon à retenir de cette initiative citoyenne est qu’au Tchad, la peur est en train de changer de camp.
Cela est illustré au niveau national, par l’adhésion massive des électeurs à l’appel au boycott lancé par les trois candidats de l’opposition, malgré les intimidations et les menaces des courtisans du régime.

 

Au niveau de la manifestation de Paris, nous avons été témoin de la réaction de panique de l’ambassade du Tchad, qui a lancé des pathétiques appels au secours en direction des autorités françaises ; ainsi un dispositif policer totalement disproportionné à été déployé dans les rues menant aux locaux de l’ambassade du Tchad. Le prétexte était que les manifestants auraient l’intention de faire un coup de force contre l’ambassade. En réalité, c’était une marche foncièrement pacifique, en accord avec la déclaration de la conférence de l’opposition plurielle (13 mars 2011) qui fonde le CNCD. Nous avions désigné une délégation de trois personnes, sans plus, afin de remettre une lettre des manifestants à l’ambassade, pour transmission aux autorités tchadiennes. La délégation a été brutalement repoussée par les policiers, ce qui a provoqué l’indignation des manifestants et même de certains passants et résidents du quartier. Ce déploiement policier excessif commandité par l’ambassade, a eu pourtant un effet boomerang positif, à savoir que les policiers français, ont pu constater que seuls quelques rares Tchadiens étaient venus pour voter à l’ambassade. Les chiffres électoraux risquent de connaître une inflation miraculeuse, entre Paris et Ndjamena. Ce qui réduirait davantage la crédibilité des résultats truqués qui sont en train d’être concoctés au sein de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) au niveau national.

 

Nous exhortons les Tchadiennes et les Tchadiens, de l’intérieur et de l’extérieur, à mettre de côtés les petites divisions stériles, faire bloc avec les forces démocratiques et multiplier les actions de mobilisation populaire, pour amener le régime militaro-clanique et ses soutiens internationaux, à rompre avec la calamiteuse politique de la fuite en avant, et accepter une transition démocratique pacifique, à travers le dialogue national inclusif.

 

Paris le 26 avril 2011,
Pour le CNCD , la Coordinatrice
Annette Laokolé-Yoram

 

PJ : Lettre des participants à la marche du 25 avril 2011 aux autorités tchadiennes

Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0