Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

image1UFDD.JPGContrairement à ce quun certain ultrapessimiste affirmait il ya quelques temps, la mission de la Resistance armée nest pas impossible, mais seulement difficile. Lhomme n'a-t-il pas déplacé des montagnes, na-t-il pas détourné des fleuves, na-t-il pas construit des lacs, n'a-t-il pas marché sur la lune, na-t-il pas créé des satellites. Les Forces armées nationales tchadiennes navaient ils pas libéré tout le territoire tchadien. Le peuple afghan navait-il chassé larmée rouge du pays et ce qui a eu comme conséquence directe lécroulement du communisme. Les cubains navaient ils pas stoppés la poussée de lApartheid en Angola. Nos frères tchétchènes, minus des armes de mains, font face a larmée la plus cruelles de la plante. Les enfants de la Palestine qui ont pour toutes munitions que des cailloux, défient les tanks israéliens. Donc rien nest impossible. Mais seuls, les eternels perdants se laissent dominer par leur émotion.

Au demeurant, la rébellion tchadienne vit des moments cruciaux qui doivent servir de leçon. Il suffit que les leaders mettent de coté leurs appétits politiques pour que la Resistance transforme les défaites et le pessimisme grandissant en succès. Aussi les rebelles sont tenus daccepter certaines vérités car les bons vieux temps de lutte comme ce qui fut au Tibesti, à Ain Arami, Koulbousse ou Aramkolé, ne sont plus à lordre du jour. Contrairement à ce qui se passe aujourdhui sous nos yeux, à lépoque des premiers révolutionnaires tchadiens, la lutte était avant tout une deuxième religion et les chefs étaient plus honnêtes et plus préoccupés à la victoire et à la survie des hommes. Ces derniers se considèrent tous comme des frères et chacun est près à se sacrifier pour la vie de lautre. Lunité du groupe était donc leur point fort et ce qui a fait que malgré leur petit nombre et les moyens dérisoires en leur possession, ils avaient toujours su réussir.

Depuis beaucoup de leau a coulé sous le pont. La rébellion de lEst doit intégrer en son sein, les nouvelles technologies de linformation et de communications. Nous ne comprenons pas toujours pourquoi, au 21eme siècle, les rebelles tchadiens qui sont mentionnés comme étant les meilleurs combattants au monde, partent en guerre «les yeux bandés et les oreilles bouchées ». Nest ce pas, pour vaincre son ennemi, le cœur et le fusil, à eux seuls, ne suffisent pas. Le plus souvent, cest la ruse et lintelligence qui font la différence. Pour être plus au complet, à travers les siècles, rien na été laissé de coté par les auteurs pour expliquer lart de guerre, par exemples concrets, des hommes comme Alexandre le Grand, Napoléon, Usman Dan Fodio, Samori Touré, Le roi Chaka Zulu, etc. Mais apparemment, nos amis rebelles ne lisent absolument pas et ce triste de constater ou quils nont rien compris. Le fameux livre de Machiavel : "Lart de guerre" qui devrait être le livre de chevet de ces personnes dont certaines ont des ambitions démesurées.

La défaite de lUFR à Gozbeida est la plus grosse bêtise de la rébellion. Quest ce quun fantassin des Toyota pick up munies darmes légères peut faire face à des chars de lourds surtout que les combats sétaient déroulés sur un terrain plat(une plaine). Le relief géographique était donc plus favorable à la milice de Deby.

Pour répondre à des tels problèmes, il aurait suffi aux maquisards dutiliser à bon escient le logiciel Google earth professionnel lequel dailleurs, les enfants de la Palestine utilisent pour creuser des tunnels souterrains dans le but dapprovisionner la population et larmée la plus moderne (américaine) du monde, fait bon usage aussi de cet outil.

Aussi comment se fait-il que des hélicoptères et avions de chasse de larmée tchadienne décollent de la capitale NDjamena ou de la ville dAbéché pour aller bombarder les zones rebelles sans que ses derniers ne sen rendent compte. Pourtant les sympathisants de la résistance ny manquent pas. Les rebelles doivent être en contact avec les compatriotes de lintérieur, les considérés et les encourager à communiquer : un coup de fil ou tout simplement un message sms peut sauver des vies humaines. Le téléphone portable est ignoré et cest une faiblesse de la résistance dune manière générale. La rébellion peut aussi, avec des moyens dérisoires, crypter les communications satellitaires. Pour ce faire, Il y a des gadgets électroniques quils peuvent trouver partout et même à Khartoum ou a Dubaï.

Les touristes ou voyagistes qui vont au terrain, sans se rendre compte, ils sont entrain de faire du mal à la rébellion. Les images photos sur lesquelles saffichent, étaient très mal prises car elles montrent une vue lensemble de la base rebelle. Ainsi ceux qui sont partis jouer au Rambo ou à la figuration, exposent les maquisards à tous les dangers.

Et enfin, la rébellion tchadienne de lEst ne doit pas trop faire confiance à leur parrain soudanais. Khartoum à plutôt intérêt de traiter la «résistance nationale» comme un partenaire et non comme une horde des mercenaires recrutés pour veiller sur la frontière. Il faut noter aussi que malgré tous les moyens colossaux en armement lourd et la «machine » des services de renseignement (première dans le monde arabe), que dispose Khartoum, Force est de constater que les généraux soudanais nont voulu en moment aider les rebelles tchadiens en lutte contre lennemi commun qui sont les milices de deby et le Mouvement justice et Égalité (Mje) qui est mieux équipé. De ce constat de fait, nous attirons lattention des chefs rebelles de prendre toutes les précautions, car selon certains observateurs, le régime dElbéchir avec la complicité de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) sont entrain utiliser les rebelles tchadiens pour mettre de la pression sur le deby. Ce sont aussi les mêmes les avions militaires et singulièrement le Breguet français installées au Tchad qui fournissent les renseignements sur des rebelles darfouris aux autorités soudanaises et ceux des maquisards tchadiens au dictateur deby. Pour mieux convaincre les chefs rebelles tchadiens sur les doubles jeux des soudanais, et si leur mémoire est bonne, ils doivent se souvenir sur lépisode du terroriste vénézuélien Illich Ramirez Sanchez, plus connu sous pseudonyme de Carlos. Ce dernier avait emprunté presque le même chemin cest-a-dire, il avait travaillé comme agent pour le «Mukhabarat» : le secret soudanais, il lutta pour la cause palestinienne ou il risqua sa vie en détournant des avions de ligne avant dêtre trahi puis finir comme un vulgaire malfrat dans les geôles françaises. Une scène a quen bien même marque lhistoire de la vie de Carlos : cela sétait déroulé dans un café parisien ou des gendarmes étaient venus pour arrêter le terroriste qui ne tarda pas de les abattre avant de prendre la clef des champs. Tout compte fait, Les hommes dAbdellah Salah Gosch ont trop tôt compris quun Carlos vieillissant nétait plus utile pour eux et par conséquent il fallait le vendre à la DST. Il ne faut pas oublier non plus que ce sont les soudanais qui avaient tentés de livrer Oussama Bin Laden aux américains alors quils étaient leur hôte mais le gouvernement de Clinton avait émis des réserves.

Ne dit-on pas souvent que : « A quelque chose de malheur est bon ». Le fait que le Soudan ne va plus "singérer" dans les affaires des rebelles tchadiens est peut-être en soi, sous un certain angle, une bonne nouvelle pour la rébellion. Les rebelles une fois délaissés par le parrain seront confrontés à des dures réalités. Les bases arrière seront délocalisées hors du territoire soudanais. Ils n'auront pour tout et en tout que les seuls moyens qui restent à leur disposition. Les séjours dans les villas a la californienne, seront un lointain souvenir. Cette nouvelle donne pourrait être leffet catalyseur de prise de conscience. Pour survivre et pouvoir continuer la lutte, ils seront obligés dunir leurs forces. Nest ce pas que cest au moment difficile qu'on connait les vrais amis.

Par Cheikh Tidjane Galmaï
Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0