Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

robertdossou.jpg
Me Robert Dossou et Aminata Touré, Ministre de la Justice du Sénégal

 

A l’instar de l’Assemblée nationale, le 21 mai 2013, le gouvernement a désigné hier jeudi 30 mai 2013 ses trois représentants à la prochaine Cour constitutionnelle beninoise. La surprise, l’actuel président de la Haute juridiction, Me Robert Dossou ne figure pas sur la liste.

Euloge Akpo, Magistrat ; Simplice Dato, Juriste de haut niveau et Nassirou Lamatou, personnalité. Ce sont là, les noms retenus au titre des représentants du gouvernement à la Haute juridiction. Le constat est clair, l’Exécutif n’a pas renouvelé le mandat de ses représentants sortants au sein de l’institution. Il s’agit du Président sortant Robert Dossou, de Clémence Yimbéré Dansou et Jacob Zinsounon, remplaçant de feu Robert Tagnon. Mais le cas le plus préoccupant et qui alimente d’ailleurs les débats au sein de l’opinion, c’est celui de Me Robert Dossou dont le nom est resté collé à la Cour constitutionnelle à cause de ses décisions que d’aucuns jugeaient de partiales, en faveur du gouvernement. D’où les qualificatifs « La Cour Yayi », « La caisse de résonnance du pouvoir », « La Cour des miracles » ou la « La Cour de tous les dangers ». Comment Yayi Boni a-t-il pu alors en arriver à une telle option ? Bien malin qui pourra y répondre.

Robert Dossou et le KO

Il faut noter que cette mandature finissante de la Cour constitutionnelle a essuyé beaucoup de critiques et d’invectives de l’opinion publique, et ceci au nom du pouvoir Yayi. Que de commentaires et que de désapprobations par rapport à telle ou telle décision rendue. 

Y avait-il eu même de décision rendue par cette Cour et qui n’ait pas fait l’objet d’attaques de la part de l’opposition ou d’acteurs de la société civile ? 

En tout cas rare d’en identifier. On a encore à l’esprit, cette décision d’utiliser la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) ou rien pour l’élection de présidentielle 2011 avec à la clé, la proclamation du K.O qui a permis au patron des Forces cauris pour un Bénin émergent d’être élu. Beaucoup de remous et de contestations dans le temps mais au finish, tout a fini par rentrer dans l’ordre et Yayi Boni à entamer son second mandat. 

Sékodo
Koaci.com 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0