Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

debyparis.jpg
24 heures après la déclaration de Ben Laden, chef international de la nébuleuse Al Qaïda, qui exigeait à la France de retirer sans condition ses forces militaires présentes en Afghanistan, le Ministre français de la défense, Hervés Morrin, vient d'annoncer  le retrait des troupes françaises de ce pays d'ici une année. Le gouvernement français s'est empressé de souligner que cette décision n'a absolument aucun lien avec la dernière déclaration de l'ennemi public numéro un des occidentaux.

 

Difficile à croire à une pareille coïncidence quand on connait les discours tenus jusque-là par le président français Nicolas Sarkozy. Ce dernier s'est d'emblée aligné sur les positions américaines dans leur lutte contre le terrorisme international et  la croisade contre les groupes fondamentalistes islamiques à travers le monde et cela sans tenir compte des conséquences facheuses qui pourraient en résulter pour son propre pays.

Les otages du groupe minier français AREVA retenus depuis plusieurs semaines par AQMI dans la zone triangulaire Niger - Mali - Algérie en est certainement pour beaucoup dans la décision française car Ben Laden lie maintenant leur libération au retrait des français de l'Afghanistan. Sur cette affaire des otages AREVA, la France est complétement enlisée dans le désert du Sahara et n'a apparemment aucune solution. Elle est aussi appraemment toute seule, en tout cas on ne voit pas  le soutien de la grande coalition mondiale autour d'elle. La France n'aurait pas d'autre choix que de se plier aux doléances des ravisseurs. Ces derniers, rappelons-le, avaient exigé l'abrogation de la loi interdisant le port du voile islamique en France, la libération de leurs sympathisants arrêtés sans jugement en France et dans certains pays africains (Mali, Mauritanie, Niger) et une rançon de 7 millions d'euro.  

A ce stade, on constate que Nicolas Sarkozy ne peut que réculer face à un tel bras de fer engagé par le redoutable Ben Laden. Lui qui fait face déjà à une fronde nationale sur la question de la retraite et voit son avenir présidentiel s'assombrir à l'horizon 2012, ne peut s'offrir en sus des situations semblables à celles des années 80 où un certain
 Ilich Ramírez Sánchez plus connu sous le pseudonyme de Carlos ou du chacal a plongé toute la France Mitterrandienne dans une longue série d'attentats meurtriers.

Le gouvernement Sarkozy a toujours brandi l'insécurité, agité l'immigration, pointé l'islam, flirté avec l'extrême droite et bien d'autres politiques mesquines pour acquérir une certaine popularité du reste éphémère et sans lendemain meilleur. La France Sarkozienne est aujourd'hui à genou devant la nébuleuse Al Qaïda sous les projecteurs du monde entier. Qu'attend le Front islamique Tchadien (FIT) pour que la France lâche le Tyran Deby ?

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0