Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

danger.jpg
Le Soudan est désormais un allié du régime Deby. C'est un fait. Par conséquent, les autorités soudanaises ne doivent plus donner des conseils et des ordres à la rébellion tchadienne. Elles sont disqualifiées d'office. La manière et le ton avec lesquels elles ont "traîté" jusque-là les représentants de la rébellion doivent aussi changer. Aujourd'hui, il serait même suicidaire pour tout leader d'un quelconque mouvement armé de l'Est de prêter encore une oreille attentive aux discours d'El Béchir et de ses collaborateurs.

Comme nous l'annoncions il y a quelques semaines, la Libye du Colonel Khadafi  était prête pour accueillir les rebelles tchadiens et servir de médiateur pour des négociations avec Idriss Deby Itno. Les autorités soudanaises viennent de relancer les différents chefs de la rébellion sur ce sujet. Vous vous demandez bien de quelles négociations s'agit-il ? On ne sait pas trop.
Cependant, personne n'ignore que la prison attend toute personne qui s'hasarde à faire le déplacement de Tripoli. Les personnes qui veulent rallier le régime MPS, la queue entre les jambes, peuvent faire leurs bagages et effectuer ce transit pour N'djaména.

Autrement, tout leader qui aura le courage de dire NON à ce complot, sera isolé, fera face à d'énormes problèmes de tout ordre et voire même humilié. Donc, que vous dites OUI ou NON, le traitement risque d'être le même aussi bien à Khartoum qu'à Tripoli. Que faire donc ?

Il faut se rendre à l'évidence que Deby a besoin de vos troupes mais point de vous. Cela est valable pour tous les chefs rebelles, sans exception. Certains pourraient penser que la charge est plus importante sur certains par rapport à d'autres et qu'ils pourraient continuer à jouer avec le feu. Mais non, qu'ils se détrompent ! Regardez Soubiane Hassaballah.

L'heure est grave mais il n'est jamais trop tard ! Les leaders ont l'obligation de s'ouvrir à leur entourage politique immédiat, faire un geste de compromis en interne et laisser la politique reprendre sa place dans ce contexte critique. On n'a pas besoin d'être un expert en communication politique pour renverser la vapeur. Leur sort étant lié, les leaders de la rébellion doivent reprendre langue et parler d'une même voix. Ils sont condamnés à le faire s'ils veulent continuer à lutter contre Deby. Le temps passe... 

S'ils ne sont pas en mesure de faire ce geste simple et vital pour la suite de la lutte, ils doivent comprendre qu'il leur reste encore un seul et unique service à rendre à tous ceux qui ont cru en eux et qui les ont soutenu jusque-là : DEMISSIONNER.

A défaut, nous serons obligés à recourir aux services des Officiers Nigériens pour rétablir l'ordre Républicain.
Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :