Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Intervention2.jpg

 

Il y a quelques jours, lors du 14 ème sommet de la CBLT qui s'est tenu à Ndjaména, Idriss Deby, en sa qualité de Président sortant de la Commission, avait surpris son monde en évoquant la secte islamiste Boko Haram qui sévit au Nigeria voisin. Le Raïs tchadien ne s'est pas arrêté là car il a invité les pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad à partager leurs renseignements et conjuguer leurs forces pour mener une guerre sans merci contre Boko Haram.

 

Les informations relayées par la presse internationale ont toujours indiqué que la secte islamiste nigériane Boko Haram a des bases arrières au Tchad. Les rapports des Agents spéciaux de la CIA, du MOSSAD et de la DGSE dépêchés sur place à Maïduguri, ont établi que les armes, les munitions et même de nombreux recrus viennent directement du Tchad. Plus grave, que ce sont des militaires haut gradés de l'armée tchadienne et appartenant au même clan que le Président Deby qui, dans un trafic frauduleux d'armes, approvisionnement Boko Haram. Cette conclusion a piqué au vif les autorités nigérianes qui ont envoyé un message violent et menaçant à Idriss Deby. Le chef de l'Etat tchadien s'est précipité à Abuja pour jurer sur tous les livres saints qu'il n'est pas melé à tout ça. Depuis décembre 2011, plus de 15.000  tchadiens ont été renvoyés du Nigeria sans que le gouvernement de Nadingar n'ait à piper un seul mot. Aujourd'hui, voyager à travers le pays de Goodluck Jonathan pour un ressortissant tchadien présente beaucoup de dangers car nous sommes stigmatisés comme des terroristes.

 

L'attaque à main armée de deux militaires français à Ndjaména est une grande première. En effet, jamais en 26 ans de présence sur le sol tchadien des soldats de l'opération Epervier n'ont été pris pour cible de la sorte. L'homme qui a attenté à la vie de ces militaires français aurait été arrêté et n'aurait toujours pas justifié son acte. Son identité n'a pas été divulguée, l'enquête se poursuit. Bien évidemment, nous n'attendons rien de cette enquête.

Cependant, en l'absence d'une information officielle, les rumeurs vont bon train. La piste Boko Haram version tchadienne ou Front Islamique Tchadien (FIT) est sur toutes les bouches. Plusieurs indices montrent des similitudes entre les objectifs visés à savoir ici les intérêts occidentaux. Les ressortissants français qui vivent déjà reclus sont invités à une vigilence extrême. Tout le monde se demande quelle sera l'étape suivante. A ce niveau, l'inquiétude est partagée aussi bien par le pouvoir que les populations qui vivent elles aussi l'insécurité au quotidien.  

 

 

La Rédaction d'Ambenatna

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0