Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

idyamahani.jpg


Le Tchad est vraiment tombé trop bas, non seulement sur le plan économique et politique mais aussi sur le plan culturel et sportif. Deux évènements majeurs ont retenu notre attention ces derniers jours : la CAN 2012 et ... la fête des amoureux, la Saint Valentin. Sans blague.

 

La CAN qui vient de s'achever, co-organisée par deux pays pétroliers de l'Afrique centrale, le Gabon et la Guinée Equatoriale, a été riche d'enseignements à tous les niveaux. Encore faut-il que nous soyons en mesure de tirer des leçons sur cet évènement à dimension continentale... vu le nombre de cancres qui peuplent notre administration.

 

Nous avons vu deux équipes de football de la sous région de l'Afrique centrale à la hauteur de leurs ambitions, qui ont mouillé le maillot pour apporter joie et plaisirs à leurs populations. Deux Etats qui ont mis les moyens et réussi le pari de l'organisation. Aux yeux de nombreux Africains, le Gabon et la Guinée Equatoriale ont montré un nouveau visage, celui d'un pays émergent porté vers le progrès et l'excellence. Leurs équipes nationales de football ont fait sensation et sont désormais prises au sérieux pour les prochaines compétitions africaines. Espérons qu'elles confirmeront les bons résultats obtenus lors des éliminatoires qui ne tarderont de commmencer pour la CAN 2013.

 

Ceci dit, nous ne pouvons passer sous silence ces exploits gabonais et équataux-guinéens sans évoquer le marasme dans lequel est plongé notre équipe nationale de football et toute l'activité culturelle en général. Quand ailleurs, on serre la ceinture et réussit des grands projets dont les retombés sont avant tout sportives et culturelles mais aussi politiques et économiques, au Tchad, on s'amuse et gère les caprices et humeurs du couple présidentiel.

Idriss Deby qui débloque 12 milliards de francs pour convoler en noce pour la 14ème fois de sa vie et ce n'est pas terminé, tandis que son ex-motié, Hinda Deby, rassemble le gouvernement et sa petite cour d'obligés dans un hôtel pour célébrer..... la Saint Valentin. Entre ces deux-là qui a perdu la raison ?

 

Au vu du spectacle offert à la télévision nationale, tout montre que c'est Hinda qui est en total désarroi, attendant désespéremment dans cette grande cour de l'hôtel Novotel son Valentin qui ne viendra pas cette nuit. Le Valentin Idriss Deby a brillé par son absence même si dans la tête de tous les invités, il n'y a aucun doute sur le motif de son empêchement à cette soirée Love. Beaucoup se demandait même à quoi ressemble un Saint-Valentin à la soudanaise et les commentaires abondaient durant cette longue nuit. Plus triste encore quand on s'efforce à faire comme si tout est rose, on affiche un sourire bloqué jusqu'au oreille, lance un coucou à tout le monde sans arrêt, bref  un comportement inhabituel qui ne trompe que son auteur et a fini par peser lourdement sur l'ambiance déjà fade. "Elle ne parvient même pas à capter notre pitié" s'est désolé un invité tellement que le spectacle produit est faux et grossier.

 

Finissons avec ce groupe musical de Moursal qui chantait : "maman Hinda, on ne t'oublie pas...". C'est dire que la page est belle et bien tournée. On est très curieux de connaître quel message de bienvenue ce même groupe est-il entrain de concocter pour Amahani, la Valentine de Deby.


Tag(s) : #Ambénatna

Partager cet article

Repost 0