Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PD.jpgL’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire et le coordonateur de l’Ong Alternative Côte d’Ivoire, Touré Claver , ont signé, le  mardi 25 juin 2013,  le protocole de financement portant sur la mise en œuvre du projet Weteminan (signifie en langue Tagbana « ensemble et tous égaux »).


Promotion des droits humains et lutte contre les discriminations en raison de l’orientation sexuelle.
 Ce projet bénéficiera d’une subvention du Fonds social de développement (Fsd) de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire d’un montant de 30 millions de Francs Cfa (soit 45 000 €).  Mais cet acte a été diversement apprécié.
 

En tout cas, Selon  Touré Claver que nous avons joint, le vendredi 28 juin 2013, le projet Weteminan vise à promouvoir et à vulgariser les droits de l’Homme auprès de la population générale, des minorités sexuelles (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, intersexes) et des professionnel(les) de sexe (prostitués hommes et/ou femmes).


A l’en croire, des pairs éducateurs (des agents de terrain qui interviennent sur les questions de vih/sida) et des Para-juristes bénéficieront d’une formation sur le fonds alloué. Ce sera sur les questions des Droits Humains, de la stigmatisation et la discrimination des minorités et des professionnels du sexe, et sur la méthodologie de l'enquête et du rapportage des violations des droits humains.
« Est-ce parce qu’on est lesbienne ou professionnel du sexe qu’on  n’a pas le droit de se soigner comme tout le monde à l’hôpital, par exemple », nous a-t-il demandé, avant de soutenir que malgré les engagements de l’Etat de Côte d’Ivoire à promouvoir et à protéger les droits humains, des difficultés de mise en oeuvre et de suivi de ses engagements demeurent, en raison des dysfonctionnements et/ou faiblesses lié(es), au niveau des  ressources humaines,  matérielles et financières ; des pesanteurs socioculturelles ; des problèmes d’ordre éthique et  du  renforcement des capacités. « Tout ceci conduit à la vulnérabilité de la population ivoirienne face à la violence y compris la discrimination liée à l’orientation sexuelle, de l’identité et/ou de l’expression du genre »,  a relevé Touré Claver.
 

Au terme de la formation, les participants seront capables de définir les notions de bases du Droit Humains, de connaitre les différents types de violations de Droits Humains, de maitriser les notions de stigmatisations et de discriminations, de décrire les cas de stigmatisations et de discriminations et protéger des Lgbti (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, intersexes)  par les instruments juridiques internationaux.

 

Dominique FADEGNON

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0