Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 reedjacki.jpg

Comme avez pu le constater, le tintamarre sur l’affaire Hissein Habré (HH) continue et ce malgré la dernière décision de la Cour régionale de justice de la CEDEAO qui a définitivement mis fin aux manœuvres politiciennes entreprises depuis une dizaine d’années par des Ong des « droits de l’homme » commanditées et téléguidées par des Etats bien connus que sont la France, la Belgique, la Libye, le Tchad et le Sénégal.

Face donc à cette décision de justice qui sonne le glas de leurs activités de mercenariat, les nébuleuses Ong des droits de l’homme sont plus que jamais éclaboussées et ne savent plus à quel sain se vouer. On les entend agoniser sur RFI, la voix des dictateurs françafricains et autres Guides arabes illuminés.

Depuis donc ce verdict de la CEDEAO en date du 18 novembre 2010, tous les malfrats qui vivotent autour de l’affaire Habré sont estomaqués voire assommés et se posent mille et une questions sur leur avenir immédiat. Admettre une telle décision de justice, reviendrait à se suicider à court terme pour ces mercenaires humanitaires sans qualification ni fonction. Alors, ils se remobilisent, battent le rappel des troupes, rassemblent toutes leurs dernières cartouches, bref nous assistons à un véritable état d’urgence afin de maintenir vaille que vaille la flamme du complot politico-affairo-judiciaire qui s’éteint doucement mais inévitablement.

Aliounetine.jpgCes individus sans scrupule et d’une bassesse indescriptible, unis par des objectifs communs obscures et malsains, entendent donc passer outre la décision de justice qui se veut définitive et sans appel. Mais c’est peine perdue ! Alioune Tine, Jacquelines Moudeina et autres Clément Aboufouta sont des désœuvrés qui doivent faire face sans cesse aux divers problèmes de leur propre survie mais surtout de l’avenir de leurs progénitures. Alioune Tine par exemple a exigé pour son engagement dans l’affaire Habré, l’installation de toute sa famille en France. Quand on voit comment ses jeunes frères Sénégalais risquent leur vie par millier dans les eaux troubles de l’océan Atlantique pour arriver en Europe, faute de visa, on peut comprendre aisément que la famille TINE bénit HH dans chacune de ses prières.

Autour de ceux-là que le Pr. Oumar Sangaré de l’Université Cheikh Anta DIOP a qualifié à juste titre de charognards, gravitent toute une kyrielle de criquets pèlerins essentiellement Sénégalais, chômeurs et sans domicile fixe, plus préoccupés par leur ration alimentaire du jour que par des questions des droits de l’homme et de moralité. Ces derniers qu’on appelle communément « Abssakit » au Tchad, trouvent en cette affaire un job rémunérateur. En effet, encadrés et financés par l’organisation juive américaine Human Right Watch via la Raddho, ces groupuscules créent et adaptent leurs activités suivant l’évolution de l’affaire Habré. On a ainsi connu la COSEJHAB (Coalition sénégalaise pour le jugement d’Hissein Habré), puis la COSEHAB (Coalition sénégalaise pour l’extradition d’Hissein Habré) et maintenant la COSJEHH (Coalition sénégalaise pour le jugement équitable d’Hissein Habré). C’est un véritable délire ! Ces gens, oisifs, se réunissent régulièrement à la Raddho pour recevoir des mots d’ordre et bien entendu leurs pécules. Inutile de vous préciser que c’est tout ce qui les intéressent, et comme ils ont à faire à des charognards, c’est toujours à couteau tiré qu’ils se séparent à la Raddho de Monsieur Alioune Tine alias la Baleine (surnom de ses collaborateurs car il avale tout !), éternel SG de l’organisation qui aboie sous tous les cieux le respect de la Constitution, la bonne gouvernance, la moralité, alors que nous savons beaucoup de choses indécentes sur le sieur.

Evidemment, cet activisme des droits de l’hommiste sénégalais (Raddho, Ondh, Amnesty Sénégal, …etc.) aurait été plus crédible si les 1.863 naufragés du bateau le Joola, si les 60.000 refugiés négro-mauritaniens qui vivotent depuis 1989 au nord du Sénégal, si la famille de feu Me Babacar Seye assassiné et dont les assassins et commanditaires hument l’air frais de la corniche de Dakar, si les victimes de la répression aveugle de l’armée sénégalaise en Casamance, ….etc. auraient eu droit au 1/100ème de ce matraquage médiatique de l’affaire Habré.

Signalons la présence discrète et lâche d’un petit nombre de déshydratés Tchadiens qui agissent en cachette avec les profiteurs Sénégalais.

Cependant, il est ahurissant de voir un type comme Robert Dossou, Président du Conseil Constitutionnel du Benin, pays connu pour ses Cadres brillants et intègres, tomber si bas devant des autorités sénégalaises corrompues et les représentants des pays européens racistes, une prostitution intellectuelle d’une indécence nauséabonde. A Dakar, tout le monde en parle, Robert Dossou désigné représentant de l’UA dans l’affaire Habré, a subitement changé de discours et d’engagement après son audience avec le Président Sénégalais, Me Abdoulaye Wade. Rien d’étonnant commente toujours l’homme de la rue, il faut être Alex Ségura pour ne pas tomber dans l’abîme au pays des Wade.

Force est de constater que le débat juridique est clos sur cette affaire Habré avec le débâcle des droits de l’hommiste qui n’ont d’autres recours que de se rabattre sur la politique politicienne, la corruption et le marchandage pour ne pas dire tout simplement le chantage. Car dans cette affaire, en 10 années d’activisme, les financiers (Khadafi, Idriss Deby) ont beaucoup dépensé. Et comme disait il y a longtemps déjà le Président Hissein Habré : « le pétrodollar libyen, c’est du poison… ».

Au Tchad, l’enjeu est multiforme et il serait fastidieux de recenser ici les déboires d’Idriss Deby. 20 ans après le départ du Président HH, le régime MPS n’arrive toujours pas à imposer sa marque. Contesté et combattu dès ses premières heures à la tête de l’Etat tchadien, faute de vision et dépourvu de toutes compétences minimales requises, Idriss Deby et son régime, incapables de gérer un Etat normal et moderne afin de réconcilier les Tchadiens, instaurer la paix et la démocratie au Tchad, vont promouvoir l’amateurisme, la médiocrité, la fraude, les trafics mafieux (drogues durs, fausses monnaies, organes, êtres humains –arche de zoé-) et les crimes odieux comme mode de gouvernement au Tchad. Le résultat est là, le Tchad a basculé dans la guerre civile avec son lot des violations des droits de l’homme (Rapport sur les violations des droits de l’homme au Tchad 2009-2010 publié sur le site web de l’Ambassade des Etats-Unis à Ndjamena) et le pays traine le pas derrière toutes les nations civilisées du monde. Plusieurs fois sauvé in extremis par ses parrains français, libyens et soudanais, Idriss Deby est un homme aux abois, il sait pertinemment qu’il est vomi et honni par ses compatriotes et son règne s’achèvera un jour ou l’autre et probablement brutalement.

Monsieur Youssouf Ramadane
Ramadane2004@hotmail.fr
Dakar - Sénégal

Tag(s) : #Articles- Affaire HH

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :