Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

wade deby

 

Le Président sénégalais Wade a, très tôt, compris que l’affaire Hissein Habré était un filon d’or, qu’il ne fallait en aucun cas lâcher. Une affaire qu’il a exploitée sur tous les angles pour en tirer le maximum et ce, depuis des années. Les ONG et Deby l’avaient, eux aussi, compris, puisqu’ils ont joué toutes les partitions de ce concerto cynique, ensemble avec le carré des hommes de Wade qui gère l’affaire Hissein Habré.


C’est cela qui explique que personne ne s’est découragé 10 années durant, que malgré les décisions de justice, l’affaire rebondissait et repartait de plus belle sous l’impulsion intéressée des premières autorités sénégalaises. Le Sénégal traîne les pieds, entendait-on souvent, mais demeurait très intéressé et continuait en coulisses à confirmer sa volonté d’organiser le procès.

 

Pour mettre en lumière l’évolution et l’exploitation tous azimuts de cette affaire, rappelons quelques déclarations de Wade. Le fossé est immense, entre les premières, lors de son arrivée au pouvoir et les suivantes, au fur et à mesure que les différentes parties du puzzle de l’affaire se mettent en place par le positionnement des principaux intervenants. Constatons ensemble l’évolution de sa position pour démontrer à quel point le Président sénégalais est conscient de l’importance de la mine d’or qu’il a entre les mains. Jugez- en !

 

« Je n’ai rien à avoir avec cette affaire, c’est Abdou Diouf qui est à l’origine ». « Même si le Tchad en fait la demande, je n’extraderai jamais Hissein Habré ». « Vous savez que je suis juriste, j’ai examiné le dossier des plaintes, il est vide ». Puis, « C’est une affaire qui concerne toute l’Afrique », « Beaucoup de personnes sont intéressées par cette affaire », « l’Union européenne est très intéressée par cette affaire », « le Sénégal est capable d’organiser ce procès, il a dit à quelles conditions» etc…

 

Les Sénégalais qui ont inventé une expression très amusante pour illustrer le changement de comportement d’une personne avant et après un acte de corruption disent : « untel a reçu sa piqûre (injection), son discours changera bientôt.»

 

Quelles sont alors les piqûres dans l’affaire Hissein Habré ?


Le PACTOLE de KADDAFI : piqûre n° 1 :


Durant son long séjour dans l’opposition sénégalaise, Wade a tenté maintes fois, de rencontrer Kaddafi sans succès, il lui est même arrivé de rester un mois à l’hôtel dans l’attente d’une audience selon les dires d’un grand connaisseur de la Libye, Ahmat Khalifa Niasse, homme d’affaires sénégalais chargé de l’introduire auprès de Kaddafi (précisons que le sieur Niasse faisait partie de l’état-major libyen installé à Faya pendant l’occupation libyenne, en appui aux forces de Goukouni et consorts, il avait crée lui-même un front de libération du Sénégal en Libye, il l’a d’ailleurs reconnu lui-même lors d’une émission). Toutefois, dès son arrivée au pouvoir, tout cela changera du tout au tout, en moins de 2 ans, Wade totalisera 12 séjours à Tripoli, visites sans raison officielle et sans compte rendu.


De ses multiples tractations en Libye, le journal JA dira : « Wade ne peut conclure un entretien avec Kadhafi sans évoquer l’affaire Hissein Habré ». C’est lors de la crise ouverte entre Wade et son Premier Ministre Idrissa Seck au sujet d’une somme de 70 milliards de francs cfa reçue de la Libye, que désormais le doute n’est plus permis : Hissein Habré coûte 70 milliards. Idrissa Seck alors premier ministre de Wade était chargé de placer à l’étranger, et de faire fructifier l’argent reçu de Kadhafi. Seulement, quelque temps après, malgré plusieurs relances, l’ancien Premier Ministre refusa de rendre le pactole offert par Kadhafi ; c’est la crise ouverte entre les deux hommes, elle conduisit M. Seck en prison pour 9 mois, aux termes desquels un accord notarié fut signé par les deux hommes prévoyant la restitution de l’argent offert par Kadhafi. Tout ceci de manière officielle, puisque leurs avocats respectifs l’ont annoncé à la presse. Idrissa Seck fut libéré, blanchi de toutes les accusations brandies contre lui et, par conséquent, restitua une partie de l’argent en attendant l’exécution des autres conditions dudit accord pour rendre le reste.


L’origine libyenne de l’argent de la discorde entre Wade et Seck fut confirmée récemment par un ancien de la DST française dans un livre intitulé « Allez y, on vous couvre ! ». Voilà la clé principale pour comprendre ce qui fait courir Wade derrière Hissein Habré 10 années durant sans relâche. Un pactole de 70 milliards de F CFA pour laver l’affront infligé par Hissein Habré à l’armée libyenne.


Récemment, un journal sénégalais, la GAZETTE dirigée par le journaliste Abdou Latif Coulibaly avait pour la première fois, fait un travail d’investigation dans les méandres de l’affaire Hissein Habré, sous un titre parlant « PROCES DE HISSENE HABRE AU SENEGAL : 12 MILLIARDS, LE PRIX D’UNE VENGEANCE.» faisant allusion au coût du procès acheté par l’Union Européenne.


Ainsi donc, comme on peut le constater grâce à l’affaire Hissein Habré, une pluie de milliards tombe sur les autorités sénégalaises. L’Union européenne achète le procès à 12 milliards, Kadhafi stimule le Président sénégalais par une piqûre de 70 milliards. Dès lors, dopé à fond, plus rien n’arrête Wade qui s’entourera d’un staff chargé de travailler et d’éliminer tout ce qui peut gêner dans cette affaire.

Relance judiciaire de l’affaire, recours à l’Union africaine, création d’un comité chargé de gérer l’affaire, commissions de réformes législatives, négociations avec l’UE, le génie sénégalais s’exprimera largement, ce n’est pas bien difficile car les 12 milliards seront utilisés pour récompenser tous ceux qui aideront à organiser de manière « scientifique » ce procès (nous y reviendrons). 12 milliards, c’est une manne financière importante, c’est le prix de la corruption de l’administration et Wade sait s’y faire.


Wade n’a pas besoin de toucher l’argent payé par l’UE, cet argent achètera la collaboration de toutes les personnes qui participeront à l’organisation du procès. C’est la raison pour laquelle, on entendra Wade dire souvent « le Sénégal ne va pas gérer l’argent du procès », posture aisée quand on sait qu’il a déjà touché son pactole pour qu’il pousse à la roue, d’autant plus que l’affaire Hissein Habré, lui a aussi, permis de tenir entre les mains, la 2ième clé de l’affaire Hissein Habré.

 


L’ARGENT DU PETROLE TCHADIEN : piqure n° 2


Il a consisté à savoir exploiter les angoisses d’Idriss Deby avec l’objectif de pomper allègrement dans les revenus pétroliers.

L’argent du pétrole tchadien fait saliver l’entourage du Président sénégalais et ils sont nombreux à avoir compris les états d’âme d’un Deby et à les exploiter à fond. A plusieurs reprises, Wade a fait allusion à l’inexpérience des Tchadiens pour tirer profit de l’argent de leur pétrole et qu’il était disposé à les conseiller utilement.

Lire la suite sur le site ZoomTchad

Tag(s) : #Articles- Affaire HH

Partager cet article

Repost 0