Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chidi Intégration: Le multipartisme est une réalité au Tchad. Et si on vous demandait de nous brosser le portrait de l'opposition tchadienne ?


Abdallah Chidi Djorkodei : le multipartisme est une réalité au Tchad si vous considérez le nombre pléthorique de partis politiques. Aux dernières nouvelles, il y en a plus de 140 ! Mais si on regarde un peu leurs activités et mesurer leur représentativité, on s’aperçoit très vite que ce sont des véritables coquilles vides abandonnées dans le grand désert tchadien. Ces partis n’ont une existence que sur le papier, ils sont dépourvus de toute organisation et de moyens matériels et humains. Ils ne participent à une élection que grâce au financement du parti de Deby pour faire croire à une compétition. C’est regrettable. Vous comprenez donc que pour le régime actuel, le multipartisme est plutôt un faire-valoir pour tromper l’opinion internationale sur l’existence d’une certaine démocratie au Tchad mais en réalité il n’y a que le MPS, un parti unique, mieux, un parti d’Etat qui s’accapare de manière grotesque des moyens de l’Etat, s’appuie sur l’administration territoriale pour exister et monopolise les médias publics.

 

En revanche, il y a quelques-uns (pas plus de 5) qui essaient d’exister et de s’opposer politiquement au Sultan Général Président Idriss Deby Itno. Ces partis sont assimilés alors à des rébellions armées et leurs chefs sont traqués comme les opposants politico-militaires qui se battent l’arme à la main contre le régime Deby. Certains ont payé de leur vie, à titre d’exemple : Colonel Abbas Koty Yacoub (ex CEMGA, ancien ministre de transport), Dr. Guetti Mahamat (ex DG de l’Asecna, président du parti PDT), Pr Ibni Oumar Mahamat Saleh (ex Ministre de Plan, président du parti PLD, chef de l’opposition démocratique), Mamadou Bissau (ancien ministre, SG du parti RDP), Youssouf Togoïmi (ex Procureur général, plusieurs fois ministre de la République (justice, défense, intérieur)), Me Joseph Behidy (vice président de la ligue tchadienne des droits de l’homme) et la liste des victimes de la démocratie debyenne est longue.

 

 Cliquez sur ce lien pour lire l'intégralité de l'article à la page 12 du journal en .pdf

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0